Les Français et l'économie réelle

par La rédaction

 

Depuis 18 ans, le salon Actionaria a pour rôle de faciliter la rencontre entre les sociétés et les investisseurs individuels, mais également d’offrir à ses visiteurs une approche pédagogique de l’investissement en entreprise. Axée, cette année sur la thématique de l’économie réelle, l’édition 2015 du salon mettra en avant le lien existant entre l’investissement en entreprise et le soutien de l’économie.

C’est dans ce cadre qu’Actionaria a souhaité évaluer et analyser la perception des Français et des investisseurs individuels de l’économie réelle et leur connaissance de l’investissement en entreprise.

L’enquête a été réalisée en septembre par l’institut OpinionWay auprès de 2 cibles :

  • 1 052 individus représentatifs des Français

  • 655 investisseurs actifs Français*

 

Principales conclusions :

  • La notion d’économie réelle demeure floue aux yeux des Français et ne parle, à date, qu’aux investisseurs individuels.

  • Une fois la notion d’économie réelle expliquée, c’est avant tout l’angle de la consommation et non pas celui de l’entreprise qui est perçu par les Français comme le meilleur moyen de soutenir l’économie.

  • Les Français demeurent méfiants à l’égard des formes classiques de l’investissement en entreprise. Leur aversion au risque, renforcée par un pessimisme marqué quant à l’évolution de l’économie française, les poussent à se méfier d’un investissement qu’ils jugent risqué et peu transparent. Les investisseurs sont un peu plus mesurés, conscients de la rentabilité potentielle et de la dimension participative de ce type d’investissement.

  • Pour autant, les Français ne sont pas, par principe, hostiles à l’investissement en entreprise dès lors que ce dernier fait sens à leurs yeux. Les Français se montrent en effet très intéressés à l’idée d’investir dans une entreprise qu’ils créeraient, ou dans l’entreprise pour laquelle ils travaillent.

Extrait des résultats :
 

1. L’investissement en entreprise, mal connu des Français

L’investissement en entreprise, un type d’investissement peu connu dont une partie des Français se méfient.

  • Les Français investissent peu en entreprise : seuls 12% des sondés ont déjà investi dans une entreprise

  • 14% des Français disent ne pas savoir comment investir dans une entreprise

  • 25% des Français évoquent la peur de prendre une mauvaise décision et 24% le manque de confiance (respectivement 13% et 20% des investisseurs individuels)

 

Si l’achat d’actions a la faveur des investisseurs individuels pour investir dans une entreprise, le Grand Public est bien plus hésitant, du fait notamment d’une méconnaissance du fonctionnement de ce type de placement

 

  • 61% des investisseurs individuels conçoivent l’acte d’investir en entreprise par l’achat d’actions en bourse alors que seuls 12% des Français utiliseraient ce mode d’investissement

  • Le mode d’investissement privilégié par les Français pour investir en entreprise serait la prise de part dans une entreprise (16%) et le financement participatif (15%). Pour les investisseurs individuels ces 2 modes d’investissement représentent respectivement 13% et 7% de leurs réponses

 

2. Les principaux freins et leviers l’investissement dans une entreprise

Dans un contexte économique toujours délicat, la peur du risque, le manque de moyen et le manque de visibilité restent des freins majeurs à l’investissement en entreprise. De plus, 20% des Français sondés estiment que le manque de connaissance de l’entreprise les dissuade d’investir.

Toutefois, l’investissement en entreprise, dès lors qu’il fait sens aux yeux de Français, se révèle être particulièrement attractif.

  • 42% des Français conçoivent l’acte d’investir en entreprise comme trop risqué alors qu’ils ne sont que 22 % des investisseurs à avoir le même sentiment

  • Pour 28% des investisseurs le principal frein est lié au manque de visibilité et de transparence 22% des Français ont le même constat

  • 22% des Français estiment ne pas avoir assez de liquidités pour investir en entreprise

  • Cependant, pour rappel l’étude effectuée l’année dernière révélait que :  

    • 39% des Français pourraient investir dans une entreprise qu’ils créeraient

    • 32% des Français pourraient investir dans l’entreprise dans laquelle ils travaillent

 

3. La confiance dans l’avenir

Les deux populations interrogées se révèlent être plutôt pessimistes concernant l’avenir de l’économie française, même si ce sentiment est moins marqué que l’année dernière. En revanche, elles sont plutôt positives quant à l’évolution des entreprises.

  • 71% des investisseurs et des Français se disent être pessimistes quant à l’avenir de l’économie française

         (vs 83% des investisseurs et 77% des Français lors de l’étude 2014)

  • 57% des investisseurs ont confiance dans l’évolution des PME (52% en 2014) et 90% dans les entreprises

     du CAC 40 (82% en 2014). Respectivement 46% et 66% pour les Français interrogés (37% et 54% en 2014).

 

LA PERCEPTION DE L’ECONOMIE REELLE

 

4. L’économie réelle, une notion floue pour les Français

La notion d’économie réelle reste difficile à cerner pour le Grand Public, alors que pour les investisseurs individuels, elle se définit avant tout par la production de biens et services.

  • Pour 14% des Français sondés, l’économie réelle correspond à l’argent gagné, à l’épargne, aux liquidités disponibles. Pour 48% des investisseurs individuels, cela concerne les acteurs de l’économie qui produisent des biens et services et l’économie d’un pays

  • 46% des Français sondés ont répondu « je ne sais pas » à la question « qu’est-ce que l’économie réelle à vos yeux ?

 

5. Le rôle de l’investissement en entreprise dans le soutien de l’économie réelle

L’importance de l’investissement en entreprise pour soutenir l’économie réelle est bien comprise par les investisseurs individuels, en revanche cela l’est beaucoup moins aux yeux des Français.

  • 29% des Français considèrent que le meilleur moyen de soutenir l’économie réelle est d’acheter des biens et services de consommation, alors que pour 66% des investisseurs c’est l’investissement en entreprise qui se révélerait le meilleur moyen

  • A noter que 31% des Français ont répondu « je ne sais pas » à la question « quel est le meilleur moyen de soutenir l’économie réelle 

« Les résultats de cette étude, confortent le positionnement d’Actionaria. En effet depuis sa création, la pédagogie, la formation et l’information sont au cœur du salon. Nous élaborons, chaque année, un programme qui vise à mettre l’accent sur la compréhension des marchés financiers et de l’économie en général pour donner à nos visiteurs toutes les clés pour investir, en toute connaissance de cause, dans les entreprises. » Précise Blandine Fischer, commissaire générale du Salon Actionaria.

 

 

A propos du salon Actionaria
Actionaria est dédié depuis 18 ans à la rencontre entre sociétés cotées et non cotées et investisseurs individuels. Il offre aux actionnaires une approche pédagogique sans équivalent de la bourse, des marchés financiers et de l’investissement en entreprise. Deux jours de rencontres, de réunions d'actionnaires, d'interviews, de conférences et d'ateliers pédagogiques.

 

Actionaria 2015 en quelques chiffres :

• 90 exposants : Grandes capitalisations, Small & Midcaps, Start-Up & Crowdfunding, Produits & Services Financiers, sociétés de gestion…
• Une conférence inédite avec des chefs de grandes entreprises et des acteurs politiques « Les investisseurs individuels, une chance pour la croissance et la relance de l’économie »
• 13 réunions d’actionnaires : Adocia, Albioma, Axa, Carbios, Carrefour, Engie, Interparfums, L’Oréal, Lisi, Onxeo, Saint-Gobain, Suez, Total
• 120 animations et conférences : Toutes les clés pour investir en actions, des recommandations d’experts financiers pour investir autrement, des ateliers pratiques (fiscalité, diversification, stratégie d’investissement…)
• Des tables rondes sectorielles : Décryptage complet des secteurs immobilier, énergie, finance et biotech/medtech…
• Des consultations patrimoniales gratuites
• 5 espaces pour faciliter la visite du salon

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire