Evaluation: quand les salariés jugent leurs Services RH….

par La rédaction

Comment les salariés évaluent-ils la fonction RH et les programmes pilotés ? Existe-t-il une distorsion dans la façon dont est perçue la GPEC par les salariés selon leur niveau hiérarchique ? L’information circule-t-elle bien ? En bref…

« Il y a souvent, tous secteurs d’activités confondus, une incompréhension majeure entre ce que les salariés vivent sur le terrain et l’intention des services RH », explique Caroline Couturier, Conseil en RH et Management, avant d’ajouter que « malgré la mise en place de nombreux outils (entretien annuel, enquête, réunion…) pour comprendre ce que veulent les collaborateurs, il y a derrière des distorsions avec la réalité terrain ». Y aurait-il donc un fossé entre l’intention des services RH et le message reçu par les salariés ?

« A noter tout d’abord que les salariés ont des attentes mais que ces dernières ne sont pas forcément exprimées. Résultat, les collaborateurs espèrent et aspirent à des évolutions (augmentation, mobilité interne,…) et autres changements qui n’ont jamais été clairement dits. Les managers et les services RH ne sont donc pas en mesure de répondre aux attentes des salariés ». Premier problème, auquel s’ajoute celui de la circulation de l’information dans les différentes strates de la pyramide hiérarchique. « Il est clair qu’une partie des salariés perçoit la politique RH avec un filtre qui dépend de la position hiérarchique. Les collaborateurs situés tout en haut de la pyramide ont une vision plus claire de la stratégie RH de l’entreprise. Tout l’enjeu pour les RH consiste donc à veiller à la clarification de la politique RH auprès de l’ensemble des salariés, par exemple en désignant des interlocuteurs privilégiés pour chaque service, véritables portes parole pour l’ensemble des sujets RH, pas uniquement ceux liés à l’administration du personnel », réaffirme la conseillère en RH et Management.
GPEC
Après avoir conseillé de nombreuses entreprises, Caroline Couturier a constaté que la notion de GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) ne s’inscrivait absolument pas dans l’imaginaire collectif de salariés. La plupart des salariés ignorent concrètement ce que cela signifie.
Et quand on en vient à évoquer la délicate question de l’entretien annuel, Caroline Couturier répond « du point de vue du collaborateur il y a une certaine méfiance, c’est une épreuve et il n’est pas rare d’entendre des expressions telles que « on va juger ma personne, je vais passer sur le grill ou encore, pourquoi mon chef veut me voir alors qu’on travaille ensemble tous les jours ? ». A contrario pour les DRH, il s’agit d’un véritable moyen pour créer des temps d’échange de qualité qui permettent de mesurer l’écart entre les objectifs et les résultats obtenus par les collaborateurs ».
Avant d’être considéré comme le partenaire privilégié des salariés, les services RH ont donc encore des progrès à faire. Le premier serait peut être de commencer par casser le mythe institutionnel du service RH tout en haut de sa tour d’ivoire.

 

Emilie Vidaud

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire