Tribune : Le surendettement des ménages, une responsabilité individuelle ou collective ?

par La rédaction
.

Par Arbia SMITI, fondatrice de ROSALY & Valéria Faure-Muntian, députée LREM de la Loire

Les consciences s’éveillent et animent le débat public face aux difficultés financières que rencontrent les Français. Si des solutions existent, se traduisant spontanément par des aides bancaires, elles présentent néanmoins un certain coût. Les possibilités émanant du dépassement de découvert, du recours aux prêts à la consommation ou aux micros-crédits engendrent une avalanche de frais et engagent les ménages français au sein d’une spirale négative.

Si la crise sociale s’est illustrée par son retentissement, elle n’a fait que mettre en lumière un malaise social latent au titre duquel les réponses tardent à être apportées. On observe en effet que 51% des Français estiment vivre des fins de mois difficiles. Ce regrettable constat interroge sur le rôle que peuvent endosser les différentes parties prenantes de notre société afin d’impacter positivement cette situation.

L’entreprise : acteur majeur du bien-être financier

Une bonne qualité de vie sur le lieu de travail est de plus en plus convoitée par les employés. L’entreprise se doit alors de veiller au bien-être financier de ses salariés, encore à parfaire en France. Les problèmes de nature financière peuvent consister en une source de stress majeure et se décliner au sein de l’environnement de travail. Une enquête d’OpinionWay révélait en 2017 que 35% des Français estimaient que les problèmes de nature financière incarnaient l’une des causes principales de stress. Ce stress financier n’a fait que s’intensifier en raison de la pandémie. Si la crise a permis aux Français d’épargner, nombreux sont ceux qui redoutent les impacts négatifs de la Covid-19 sur leurs finances.

Si le sujet est encore peu investi en France, de nombreux programmes de “financial wellness” (bien-être financier) se sont développés dans les pays anglo-saxons. Ces derniers ont intégré une corrélation entre la baisse de performance des salariés et leur état de stress lié aux difficultés financières. Si un salarié rencontre un tel malaise, son engagement va décroître et finalement impacter négativement les performances de l’entreprise.

Cette situation touche tous les Français, quel que soit leur âge, et fait abstraction des écarts de revenus. A chaque génération son lot de financement : la génération Z cherche à financer ses études à travers le prêt le plus avantageux, les Millenials, quant à eux, souhaitent investir dans l’immobilier tandis que la génération X compose avec ses endettements et crédits divers. Le stress financier n’est donc pas directement lié au niveau de rémunération du salarié mais à son rapport à l’argent. La maîtrise de son propre budget n’étant pas innée, elle nécessite accompagnement et pédagogie. Par la proximité qu’elle entretient avec ses salariés, l’entreprise se trouve en première ligne pour proposer des solutions au malaise financier de ses collaborateurs.

Gestion budgétaire : pour davantage de pédagogie

De nombreux leviers sont mobilisables par l’entreprise pour veiller au bien-être financier de ses salariés. Parmi eux, nous pouvons citer la demande d’acompte sur salaire qu’on a pu voir se démocratiser progressivement chez nos voisins anglo-saxons. L’acompte sur salaire est un droit auquel les Français peuvent prétendre mais qui demeure encore méconnu. Permettant de parer les imprévus financiers, il est en mesure de préserver ces derniers d’une situation de détresse financière. Ce dispositif permet alors d’éviter de tomber dans le piège insidieux du recours aux divers crédits générant souvent de lourds frais supplémentaires.

Dispositif vertueux sur le long terme, les entreprises ont toutes les raisons d’accompagner leurs collaborateurs dans leur éducation budgétaire. En leur donnant les moyens de suivre leur paie en temps réel par exemple, les entreprises pourraient doter leurs collaborateurs des outils nécessaires à l’alignement de leurs dépenses sur leurs gains en temps réels et favoriser une meilleure maîtrise de celles-ci.

Les difficultés de gestion budgétaire ne relèvent pas seulement d’une responsabilisation individuelle, à nous tous collectivement de doter les Français des outils nécessaires à la bonne compréhension et gestion de leurs dépenses afin de tendre vers un bien-être financier généralisé.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire