Total Talent 2013 : 3 Questions à Christian Gayton, Président de Qoveo

par La rédaction

A la croisée du e-learning et de la gestion des Talents, Qoveo sera un des exposants phare d’iLearning Forum Paris 2013.

 

Sally-Ann Moore : Selon vous, quelles sont les nouvelles technologies d’apprentissage qui vont faire la différence en France en 2013 et 2014 ?

Christian Gayton : 2012 a été marquée par l’intérêt des donneurs d’ordre pour les outils auteur. 2013 devrait donc confirmer cette tendance, avec l’expression de besoins complémentaires tels que l’accompagnement, la fourniture de bibliothèques graphiques, d’avatars. Nous avions déjà anticipé cette tendance dès l’an dernier, et vous en avions parlé lors du dernier iLearning Forum. Elle s’est confirmée.

Concernant la technologie à proprement parler, 2 points majeurs sont à prévoir, issus des nouveaux modes de diffusion et des nouveaux concepts plus élaborés tels que les serious-games. Il s’agit respectivement de l’avènement de HTML5, et de Tin Can API.

La généralisation de l’utilisation des tablettes (et des smartphones) en environnement professionnel oblige désormais les prestataires à aborder la conception sous un angle nouveau : le Responsive Elearning Design. Ce qui implique une remise en cause de l’ingénierie pédagogique, de l’ingénierie du dispositif technique (LMS, on/off line, etc.), et par conséquent des compétences du prestataire.

Tin Can API va de son côté permettre aux éditeurs de LMS d’offrir les fonctionnalités attendues depuis longtemps par les prestataires. En termes de tracking par exemple : l’utilisation offline, synchronisation en cas de détection d’une connexion réseau, etc. L’adoption de cette évolution va encore prendre un peu de temps du côté des éditeurs LMS, mais à la différence de la version 2004 de SCORM, le marché l’attend, voire l’exige.

Bien évidemment, des tendances fortes telles que le social-learning continueront aussi de progresser. A nous d’y apporter à la fois la gamification et le fond pédagogique nécessaires pour que ce genre de dispositif ne reste pas un vœu pieux.

 

 

Sally-Ann Moore : Pourquoi un DRH / Responsable Formation désireux de gérer les compétences et talents de ses apprenants devrait-il utiliser l’e-Learning ?

Chrsitian Gayton : Les raisons évoquées ces dernières années restent valables bien sûr : optimisation des coûts, compression des temps de formation, déploiements massifs, facilité de mise à jour, etc.

Mais aujourd’hui, et bien plus qu’hier, la gestion des compétences et des talents font partie intégrante des besoins stratégiques des organisations. Papy-Boom, Génération Y, Performance et Compétitivité, Innovation, Capitalisation des Expertises, sont les mots-clés qui habitent au quotidien les DRH et les RF.

Ils sont donc confrontés à des choix pour lesquels la formation traditionnelle ne peut, de plus en plus, répondre que très partiellement.

L’e-Learning, lorsqu’il est bien pensé, en termes de dispositif (mode blended par exemple, mais aussi plateforme LMS, etc.), d’outils de mesures (identification des KPI), d’accompagnement (communication, sponsorship internes, …) s’avère prendre toute sa place dans les nouvelles fondations dont l’organisation a besoin pour répondre aux enjeux de demain.

 

 

Sally-Ann Moore : e-Learning et management des talents sont-ils selon vous le couple gagnant de la formation professionnelle de demain ?

Christian Gayton : Je ne pense pas que l’on puisse réduire l’équation aussi simplement. Ce qu’il y a de certain, c’est que la formation professionnelle doit se remettre en question d’un point de vue opérationnel (je ne parle pas de son cadre réglementaire, de son financement, etc. il y aurait trop à dire, hélas).

Pour manager les talents, il faut d’abord les identifier, et cela ne passe pas forcément par de la formation, bien qu’un dispositif e-Learning réfléchi puisse permettre d’en détecter certains.

L’e-Learning en soi, ne garantit pas non plus que les talents restent fidèles à l’organisation, alors que c’est une des préoccupations majeures de cette dernière.

Cela étant, lorsque l’organisation dispose des outils de pilotage de son capital humain, et qu’elle s’inscrit dans une démarche e-Learning suffisamment bien pensée, alors oui il s’agit d’un couple gagnant, puisqu’elle se donne les moyens de mettre en place des actions de formation professionnelle de qualité, répondant à ses besoins et à ceux de ses collaborateurs.

 

Sally-Ann Moore, Directrice iLearning Forum

 

A propos de Total Talent 2013

Deux salons autour de la gestion des talents :

Ilearning Forum

Talent Management 2013

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire