Réseaux pros et réseaux sociaux : David et Goliath Chiffres et tendances 2010

par La rédaction

Comme David face à Goliath, les réseaux sociaux professionnels sont bien moins imposants en notoriété et en nombre d’inscrits que leurs homologues plus intimes, mais usent de leur propre stratégie pour s’affirmer. Si les réseaux Viadeo, LinkedIn ou encore Xing ne jouent pas dans la même cour que le géant Facebook, ils bénéficient de sa notoriété, grâce à leur appellation commune.

Notoriété et efficacité des réseaux sociaux

Réseaux et réseaux

En tête du classement des réseaux sociaux les plus connus, établi par l’observatoire IFOP en août 2010 : Facebook, Copains d’avant et MySpace. Si le dernier peut se révéler fort utile dans l’extension du réseau de contacts et la diffusion de l’image dans le secteur du spectacle, les deux premiers s’avèrent plus sociaux que professionnels.
 
On s’y inscrit davantage pour retrouver des camarades de classe perdus de vue, partager des intérêts communs, des liens, des images, blaguer et se tenir mutuellement au courant des activités futiles et quotidiennes. Mais un chasseur de tête a-t-il réellement besoin de savoir que « ce soir, je mange des lasagnes, mon plat préféré » ?
 
Comme on peut avoir deux téléphones portables, un personnel et un professionnel, on ne peut pas faire le même usage des réseaux purement sociaux (Facebook ou Copains d’Avant) et des réseaux pros, comme Viadeo, LinkedIn ou Xing.

La notoriété ne fait pas le succès

Si Facebook, MySpace et Twitter s’imposent comme les réseaux les plus connus des internautes, cette notoriété ne fait pas forcément leur succès en nombre d’inscrits. C’est le cas de Twitter.
 
47% des 18 à 24 ans déclarent connaître ce réseau. Sa renommée atteint principalement les catégories sociales supérieures (47% chez les cadres contre 17% chez les ouvriers). « Toutefois, cette forte progression en termes de notoriété ne suffit pas à faire de Twitter un service de premier plan : seuls 2% des internautes interrogés y possèdent aujourd’hui un compte », remarque l’IFOP.
 
En France, si tout le monde connaît le géant américain Facebook, il se voit devancé, en nombre d’inscrits, par un autre réseau… français : Copains d’Avant. 45% des internautes interrogés affirment avoir leur propre compte sur ce dernier contre 30% sur le premier. Même surprise pour Trombi qui, avec ses 18% d’inscrits, devance MySpace (10%).

La faible part des réseaux pros

En queue du cortège… Viadeo, avec 8% d’inscrits, et LinkedIn (3%). Au sein de la communauté Internet prise dans sa globalité, les réseaux sociaux professionnels n’ont pas la part belle. Une faible part mais un point fort puisqu’ils ciblent leur public et développent des applications adaptées à la recherche d’emploi, de candidats, de fournisseurs ou de consultants, au développement d’un réseau purement professionnel.

Le profil des membres des réseaux pros

A chaque réseau, son objectif. Lorsqu’il s’agit de communiquer au plus grand nombre, l’entreprise se servira de Facebook ; mais pour cibler des profils particuliers, mieux vaut se concentrer sur les réseaux professionnels. Voici quelques pistes…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une stratégie différente des géants : le networking professionnel

Les réseaux pros bénéficient de la notoriété des monstres du networking et développent une stratégie propre, par le biais, par exemple, de partenariats avec les agences pour l’emploi.
 
En janvier 2010, Viadeo signait un partenariat avec l’Apec. Objectif : permettre aux recruteurs et aux candidats de relier leurs comptes. Six mois plus tard, 73 000 membres ont « réconciliés » leurs comptes, dont 2 000 recruteurs et plus de 12 000 jeunes diplômés. Ce partenariat a également vu la naissance d’une communauté Apec sur Viadeo, qui réunit aujourd’hui plus de 3 600 membres.
 
A cette même époque, les utilisateurs du site de l’Apec s’interrogeaient : « Mais où est passé LinkedIn ? ». Il y a deux ans, l’agence pour l’emploi des cadres s’était en effet associée à ce réseau. Leur partenariat se résume aujourd’hui à une icône IN dans le coin inférieur gauche de chaque encadré-offre d’emploi. En cliquant, on voit apparaître certaines informations LinkedIn liées au profil du candidat, comme le nombre de personnes parmi ses contacts qui travaillent dans l’entreprise.
 
Du côté de nos voisins d’Outre-Rhin, Xing est partenaire de l’Agence pour l’Emploi en Allemagne et de l’EURES (European Employment Services).

 

Typhanie Bouju

 


[1] Source : Stratégies Magazine, interview de Kevin Eyres, Directeur Europe, parue le 3 juin 2010
[2] Chiffres fournis par Viadeo (août 2010)
[3] Chiffres fournis par Xing (juillet 2010)

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire