Les chiffres du marché du travail fin novembre 2020

par La rédaction

En collaboration avec la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et Pôle emploi, la Dares publie toutes les deux semaines un suivi d’indicateurs sur la situation sur le marché du travail. Activité partielle (ou chômage partiel), les restructurations, les inscriptions à Pôle emploi… Voici les chiffres du marché du travail fin novembre 2020.(retrouver l’état des lieux à fin octobre)

 

Marché du travail fin novembre : les chiffres de l’activité partielle

D’après le rapport publié, 1,6 million de salariés ont été en activité partielle au mois d’octobre 2020, soit 89 millions d’heures chômées. Au 22 novembre on comptait 127 000 demandes d’indemnisation déposées pour le mois d’octobre par 118 000 entreprises. Parmi celles-ci, 46 000 ont été déposées en une semaine. Ces demandes concernent 0,6 million de salariés pour 37 millions d’heures. Il faut par ailleurs prendre en compte dans ces chiffres le fait que toutes les demandes d’indemnisations pour octobre n’ont pas encore été déposées. En comparaison, au mois de septembre, 157 000 demandes ont été comptées par 130 000 entreprises, pour 0,9 million de salariés et 55 millions d’heures. Les régions les plus concernées sont l’Île-de-France et de l’Auvergne-Rhône Alpes.

Les chiffres du marché du travail fin novembre qui concernent le nombre définitif de salariés en activité partielle au 30 novembre seront disponibles fin décembre. 1,6 million de salariés ont été en activité partielle en octobre, après 1,3 million en septembre et en août, 2,0 millions en juillet, 3,6 millions en juin, 7,2 millions en mai, 8,6 en avril et 7,0 en mars. Les secteurs les plus touchés par l’activité partielle ce mois d’octobre sont l’hébergement-restauration avec 470 000 salariés, les services aux entreprises ainsi que le commerce avec 240 000 salariés chacun. Pour l’hébergement-restauration, le taux de recours à l’activité partielle représente 45 % des salariés du secteur. Pour les autres activités de services et la fabrication de matériel de transport, ce sont 20 % des salariés du secteur qui sont concernés. Parmi les effectifs en activité partielle, 40% sont issus d’entreprises de moins de 20 salariés et 31% d’entreprises de plus de 50 salariés. Au total, ces heures d’activités partielles correspondent à 89 millions d’heures chômées sur le mois écoulé, pour un montant de 1,0 milliard d’euros versés en octobre.

 

Les demandes d’activité partielle depuis l’annonce du reconfinement

Quand on lit les chiffres du marché du travail fin novembre, on constate qu’entre le 26 octobre où a eu lieu l’annonce du reconfinement et le 22 novembre 2020, 385 300 demandes d’autorisation préalable d’activité partielle (DAP) ont été déposées. La fréquence des demandes est passée d’environ 3000 par jour avant le confinement à environ 15 000, 18 000 au point culminant. Le 22 novembre 6,4 millions de salariés étaient concernés par une demande DAP. En comparaison avec le mois d’avril, les secteurs de la construction, de l’administration publique, enseignement, santé et action sociale dans le total des salariés concernés par ces demandes est en repli en novembre, en revanche le secteur hébergement restauration est en hausse.

Pour ce qui est des tailles d’entreprise, la proportion des salariés qui font l’objet d’une DAP est en augmentation pour les très grandes entreprises de 1000 salariés ou plus par rapport à avril (26 % contre 21 % en avril). En revanche dans les TPE le chiffre recule de 32% en avril à 26% en novembre. Néanmoins il faut tenir compte du fait que le nombre de salariés couverts par une DAP un mois donné surestime très fortement le nombre de salariés effectivement placés en activité partielle ce même mois. Par exemple,11,3 millions de salariés étaient couverts par une DAP en mars, mais 7 millions ont été effectivement placés en activité partielle. L’estimation du nombre de salariés effectivement placés en activité partielle en novembre sera disponible à la publication des résultats mensuels de l’enquête ACEMOCovid vers le 20 décembre.

Marché du travail fin novembre : Les jeunes bénéficié de la reprise jusqu’en octobre

La crise sanitaire a eu un impact massif sur le nombre de demandeurs d’emploi, soit +31% entre février et avril 2020. Les moins de 25 ans ont été les plus touchés par la forte récession économique, avec +40% de chômage, suivis par les 25-49 ans à +34 % puis les plus de 50 ans à +22 %. À la lecture des chiffres du marché du travail fin novembre, la diminution du nombre de demandeurs d’emploi de mai à octobre est plus marquée pour les jeunes. L’écart d’évolution entre le nombre de demandeurs d’emploi jeunes et les 25-49 ans est complètement résorbé, + 9 % par rapport à février pour les deux.

Mais malgré une baisse continue depuis juin, le nombre de jeunes demandeurs d’emploi de catégories A, B, C reste tout de même au-dessus de son niveau d’avant la crise à fin octobre 2020. Pour expliquer ces chiffres contrastés, plusieurs éléments :

  • Les jeunes en emploi sont plus souvent titulaires d’un contrat court de type intérim ou CDD que les autres catégories de travailleurs. Les chiffres indiquent 35 % pour les jeunes, 11 % pour les médians et 6 % pour les seniors. Avec la chute des embauches pendant le premier confinement, ces contrats courts ont été les plus concernés, représentant deux tiers des destructions d’emploi, touchant ainsi plus les jeunes.
  • Les entrées en formation ont été ralenties pendant le premier confinement, pénalisant les jeunes aujourd’hui surreprésentés dans les demandeurs d’emplois en formation.
  • L’augmentation du nombre de jeunes demandeurs d’emploi est aussi due à leur positionnement sur les métiers les plus affectés par les mesures de restrictions mises en place, notamment l’hôtellerie.
  • Ils sont dans une plus grande proportion en recherche d’emplois dans les secteurs du tourisme et du commerce, eux aussi très touchés par l’activité partielle et les destructions de postes. Ils sont à l’inverse moins positionnés sur les services à la personne et le support à l’entreprise qui concernent des demandeurs d’emploi plus âgés et qui ont moins été touchés par la crise. 

Pour voir le détail des chiffres du marché du travail fin novembre, consulter le rapport complet de la DARES.

La rédaction de myRHline

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire