Avez-vous le droit de regarder l’euro 2016 au travail ?

par La rédaction

 

L’euro 2016 a débuté le 10 juin dernier et comme beaucoup de français, vous avez réalisé des pronostics et surtout vous avez une réelle envie de regarder l’ensemble des matchs. Un calvaire pour certaines personnes, une aubaine pour les autres ! Une cinquantaine de match sont prévus durant un mois, avec une première diffusion à 15h00 soit la plupart du temps, pendant les heures de travail au bureau. Cependant, quels sont les droits des salariés en la matière?  Explications !

 

Les règles applicables en la matière

La question relative à la possibilité de regarder un match de football au travail est sur toutes les lèvres depuis quelques jours. En effet, la plupart des collaborateurs n’attendant pas d’être rentrés à la maison pour regarder les scores.

La plupart du temps, ils suivent les résultats sur leur lieu de travail. Par contre, quelques-uns d’entre eux ne se contentent pas du résultat et suivent le match pendant leur temps de travail.

 

En principe, un salarié n’est pas autorisé à vaquer à ses occupations personnelles sur son lieu de travail. En effet, il est formellement interdit d’utiliser ses outils de travail pour regarder un match de football. Cela est prévu par le code du travail. Le collaborateur qui enfreint ses règles peut être sanctionné pour faute pouvant parfois justifier un licenciement.

 

Cependant, regarder les scores de façon ponctuelle n’est pas suffisant pour justifier un licenciement. Soyez donc vigilant !

 

Notez-le : l’usage d’internet à des fins personnelles pendant ses heures de travail doit être mesuré. Tout est question de dosage !

 

Par ailleurs, l’entreprise peut être dotée d’un règlement intérieur ou d’une charte informatique (parfois les deux) condamnant ce type de comportement.

 

De plus, il est strictement interdit de s’absenter ou de quitter son poste de travail de façon anticipée pour regarder un match de football. Cela est synonyme de faute grave pouvant dans certain cas justifier un licenciement. On rappelle que la Cour de cassation, dans un arrêt de 1983 a validé le licenciement pour faute grave d’un salarié qui a prétexté l’accouchement de sa femme pour pouvoir regarder un match de football.

 

Il est rappelé que la sanction doit être adaptée à la faute.

 

Notez-le : une récente enquête a démontré que certains français étaient prêts à prendre une journée de congé pour regarder un match !

 

Quelques conseils à suivre !

Il est vivement recommandé pour l’employeur d’organiser les choses et de renforcer la cohésion au sein de l’équipe, voire même de l’entreprise.  Par exemple, il est conseillé d’organiser des sessions de visionnage dans les locaux de l’entreprise, signe de renforcement des liens professionnels.

 

Il est aussi possible de laisser partir plus tôt exceptionnellement les collaborateurs, quand cela est possible et leur demander de rattraper les heures manquantes. Cela concerne principalement les personnes autonomes dans la gestion de leurs missions. A cet effet, il y a lieu de distinguer deux catégories de collaborateurs : ceux soumis aux 35 heures hebdomadaires avec des horaires collectifs obligatoires et les cadres au forfait jour justifiant d’une liberté dans l’organisation de leur emploi du temps. Ces derniers bénéficient d’une plus grande souplesse.

 

D’une manière générale, l’employeur se doit d’être conciliant et souple sur ce sujet avec ses collaborateurs. En d’autres termes, il y a lieu de tenir compte de plusieurs choses : la nature des responsabilités confiées et le degré de tolérance de l’employeur. Il revient à ce dernier de faire preuve de bon sens et au collaborateur de mesure et de rester « raisonnable ».

 

Yasmine MERABAI

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire