160 000 emplois seront créés en 2020 selon le plan de relance de Castex

par La rédaction

«Après le temps de l’urgence vient maintenant le temps de la projection, parce que ce plan ne se contente pas de panser les plaies de la crise. Il prépare l’avenir», déclarait Jean Castex au sujet du plan de relance présenté le jeudi 3 septembre. Ce plan baptisé “France Relance” est estimé à 100 milliards d’euros sur deux ans, et s’articule autour de trois axes : la transition écologique (30 milliards), la compétitivité des entreprises (35 milliards) et la cohésion sociale et territoriale (35 milliards). Au programme : 70 mesures. Retour sur plusieurs d’entre elles.

L’objectif du plan de relance ? Retrouver en 2022 le niveau d’activité d’avant la crise

« Relancer l’économie et lutter contre le chômage, c’est l’objectif prioritaire de ce plan » a affirmé le Premier ministre à l’antenne de RTL. Pour Jean Castex, il s’agit de reconstituer la richesse nationale en “injectant massivement de l’argent dans l’économie”. “J’espère que le plan de relance de 2021 créera 160 000 emplois.” a-t-il déclaré. En outre, 200 000 formations seront mises en place pour accompagner les salariés travaillant dans des secteurs touchés par la crise à se réorienter vers des secteurs innovants, des secteurs d’avenir. L’idée : inciter les entreprises à mettre en oeuvre des plans de formation plutôt que des plans de licenciements. « On veut éviter les licenciements. On va essayer de remplir les bons de commande des entreprises » a insisté le Premier ministre.

Les mesures principales du volet compétitivité et cohésion sociale sont les suivantes :

  • Baisse de 10 milliards d’euros des impôts de production grâce à une réduction de 50% de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)
  • 3 milliards d’euros de soutien aux fonds propres des entreprises
  • des aides à l’investissement, pour le développement industriel sur les territoires, dont 600 millions d’euros pour un appel à projet sur la relocalisation de productions en France et 325 millions d’euros alloués à la transition numérique
  • un plan pour l’emploi des jeunes estimé à 6,5 milliards d’euros voté cet été qui comprend notamment une aide de 4 000 euros pour toute embauche d’un jeune de moins de 25 ans pour un contrat de trois mois minimum
  • un “bouclier anti-chômage” : 7 milliards d’euros seront débloqués pour instaurer “l’activité partielle de longue durée” et ainsi éviter les licenciements dans les entreprises

La transition écologique également au programme du plan de relance

En tout, 30 milliards d’euros seront consacrés au verdissement de l’économie, “un pas de géant pour la transition écologique en Franceselon la ministre Barbara Pompili. Des mesures qui devront “permettre d’atteindre la neutralité carbone en 2050”.

Mais également :

  • Les transports bénéficieront de 11 milliards d’euros, dont 4,7 milliards d’euros alloués à la SNCF et 1,2 milliards d’euros destinés au “mobilités du quotidien” (transports en commun et développement de l’usage du vélo)
  • 9 milliards d’euros seront dédiés à l’énergie, la transition énergétique des entreprises
  • Près de 7 milliards seront alloués à la rénovation énergétique des bâtiments publics (4 milliards d’euros) et privés (2 milliards d’euros)

Ce sont donc 160 000 emplois prévus grâce à ce plan de relance, alors que 800 000 destructions d’emplois sont attendues pour 2020 à cause de la crise du Coronavirus… « Nous dépasserons largement les 10 % de taux de chômage dans les mois qui viennent. Nous voulons revenir en dessous à début 2022 », a prévenu Bruno Le Maire. 

Philippine SANDER

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire