Trophée du capital humain 2015. La stabilité de l'emploi : Principal levier de fidélisation

par La rédaction

Le métier et le salaire n’arrivent respectivement qu’en 2ème et 3ème position des critères de fidélisation des salariés, selon une étude réalisée par le Groupe Obea-InfraForces pour le Trophée du Capital Humain

A l’occasion de la remise du Trophée du Capital Humain Michael Page – Le Monde, qui récompense chaque année les entreprises qui placent l’innovation RH au service des salariés, Michael Page publie aujourd’hui les résultats de la 7ème édition de l’étude " Les salariés des grandes entreprises françaises et le capital humain " . L’occasion de décrypter les attentes et les perceptions des salariés des grandes entreprises en France en matière de gestion du capital humain.

Créé en 2009 par Michael Page et Le Monde, le Trophée du Capital Humain a pour objectif de mettre à l’honneur les femmes et les hommes qui participent au dynamisme et à la performance de leur entreprise.  Le Trophée du Capital Humain 2015 récompense 4 entreprises (AccorHotels, L’Oréal, Orange et Safran) pour une initiative remarquable répondant à une thématique précise. Les initiatives présentées peuvent être des initiatives Groupe, des réalisations de filiales ou de marques. Parmi ces 4 primés, un Lauréat est désigné pour l’ensemble de sa politique RH. Ce dernier aura convaincu le jury de la qualité de la gestion de son capital humain appréciée selon 4 critères : l’originalité/la qualité intrinsèque du dispositif mis en place, l’impact du dispositif sur les salariés de l’entreprise, la cohérence entre les actions présentées et la stratégie de l’entreprise et, enfin, l’engagement du Management. En 2015, ce titre de Lauréat est attribué à Orange.
 

Un salarié sur deux place la stabilité professionnelle avant le métier et le salaire

L’étude révèle que pour 50 % des salariés (respectivement 62 % dans le secteur public et 40 % dans le privé), la stabilité de l’emploi est le principal levier de fidélisation.

Elle est, ainsi, le premier moteur à une poursuite de carrière dans son entreprise actuelle, avant le goût du métier et le niveau de salaire. La sécurité de l’emploi est aussi, de l’avis de plus d’un tiers des salariés
(35 %), l’un des principaux leviers d’amélioration de la marque employeur avec la qualité de vie au travail (pour 59 % des déclarants).

Les résultats de l’édition 2015 de l’étude mettent également en lumière la hausse de tous les indicateurs de bien-être professionnel. La satisfaction et le sentiment d’écoute retrouvent, notamment, les niveaux historiques de 2012.

 

Toujours selon l’étude, 75 % des salariés considèrent que l’impact de la transformation numérique sur leur travail est important bien qu’ils ne soient, pour le moment, qu’un quart à se sentir menacés par l’arrivée de nouveaux outils (techniques de l’informatique, de l’audiovisuel, d’internet..).

Le numérique peut par ailleurs être plébiscité dans certains cas : 36 % des salariés qui ne travaillent pas à distance souhaiteraient pouvoir télé-travailler 2,4 jours par semaine, la moyenne actuelle étant de 1,8 jour. De plus, pour 64 % des déclarants, le travail à distance favorise le bien-être au travail.

" Malgré un contexte économique encore difficile, les salariés expriment une nette amélioration de leur qualité de vie au travail. Cependant, les entreprises doivent continuer à préserver leur capital humain : certains ressentent une certaine forme de menace exercée par la transformation numérique. Il est important de poser les premières pierres d’une démarche de réassurance et de rappeler que la stabilité et la sécurité sont les premières formes de bien-être recherchées ", explique Pierre-Emmanuel Dupil, Directeur Général Michael Page France.

 

Des salariés mitigés quant à l’efficacité du Compte Personnel de Formation

Parmi les nouveautés de l’année 2015, la mise en place du CPF (Compte Personnel de Formation), entré en vigueur le 1er janvier en remplacement du DIF (Droit Individuel à la Formation), ne suscite pas l’adhésion des salariés interrogés.

Si 3 salariés sur 4 ont déjà entendu parler du CPF, seuls 50 % d’entre eux en ont déjà ouvert un ou ont l’intention de le faire.

Cette nouvelle modalité d’accès à la formation, créée par la loi relative à la formation professionnelle, a pour ambition d’accroître le niveau de qualification de chacun et de sécuriser le parcours professionnel. Toutefois, seuls 51 % des salariés interrogés estiment que ce nouveau dispositif va réellement permettre d’améliorer leur employabilité, c’est à dire leur permettre de trouver un emploi, de le conserver et de progresser dans la hiérarchie.

Les Français se déclarent pourtant prêts à faire des efforts, dans une conjoncture économique complexe : 24 % des salariés seraient prêts à augmenter leur temps de travail sans contrepartie financière si cela permettait de favoriser la compétitivité ou de créer des emplois. 

 

 

ORANGE, LAURÉAT 2015 DU TROPHÉE DU CAPITAL HUMAIN 2015

ORANGE a été désigné Lauréat par le Jury – présidé cette année par Jean-Dominique Senard, Président du Groupe Michelin, société lauréate du Trophée du Capital Humain 2014 – parmi une liste de 4 finalistes dont AccorHotels, L’Oréal, Orange et Safran, tous sélectionnés pour la qualité de leurs actions et l’excellence de leurs initiatives relatives aux thématiques de l’édition 2015 :

  • L’APPRENTISSAGE : UN NOUVEAU TREMPLIN POUR L’EMPLOI  : SAFRAN, pour son initiative « Le Parcours Partagé d’Apprentissage (PPA) »
  • LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE AU SERVICE DES SALARIÉS : ORANGE, pour son initiative « Programme Orange Digital Leadership Inside »
  • MARQUE EMPLOYEUR ET EXPÉRIENCE CANDIDAT : L’ORÉAL, pour son initiative « Brandstorm »
  • L’ATTENTION AUX TALENTS LOCAUX DANS LA STRATÉGIE DE MONDIALISATION : ACCOR, pour son initiative « L’International Hospitality Management Program (IHMP) »

La cohérence stratégique des actions du Groupe Orange s’inscrit dans l’ambition de construire un modèle d’employeur digital et humain, c’est-à-dire qui sache faire levier sur le digital pour améliorer l’expérience salarié afin de faire d’Orange un employeur recommandé par plus de 9 salariés sur 10.

« Devenir une entreprise digitale « inside», ce n’est pas un simple programme ; c’est un projet d’entreprise où chacun doit se retrouver. C’est une véritable évolution de notre culture d’entreprise. » déclare Stéphane Richard, Président Directeur Général d’Orange.

 

À propos de PageGroup
Plus de 35 ans après sa création à Londres en 1976, l’expertise de PageGroup dans le recrutement et l’intérim spécialisés est reconnue et appréciée par les clients et candidats du monde entier.
Coté à la bourse de Londres depuis avril 2001, PageGroup (Michael Page International Plc) compte aujourd’hui 154 bureaux répartis dans 35 pays et rassemble plus de 5 500 collaborateurs qui conseillent et accompagnent leurs clients et candidats dans la recherche de solutions adaptées.

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire