Classements Universum 2013 des employeurs idéaux des étudiants français

par La rédaction

Plus de 34 000 répondants issus des grandes écoles et universités françaises ont élus leurs employeurs préférés. Universum France dévoile ses classements des employeurs idéaux pour les étudiants des grandes écoles de Commerce/Management et d’Ingénieurs françaises, ainsi que, pour la deuxième année, des étudiants universitaires. Ces classements sont issus de la plus grande enquête réalisée en France sur cette cible, avec un nombre record de 34 160 répondants.

 

Grandes écoles : LVMH et EADS conservent la pole position

Les étudiants des grandes écoles de Commerce/Management ont, pour la 8ème année consécutive, élu LVMH n°1, faisant du Groupe le leader incontesté en termes d’attractivité. On retrouve sur la 2ème marche du podium L’Oréal, qui reste stable par rapport à 2012. Google réussit cette année à atteindre la 3ème marche en volant une place à Apple, qui se retrouve 4ème. Tout comme en 2011, on retrouve Canal+ dans le Top 5, qui conserve sa 5ème place.

 

Du côté des Ingénieurs, le Top 5 est plus changeant et si l’on retrouve comme en 2012, EADS à la 1ère place et Google en 2nd, c’est Dassault Aviation qui vole la 3ème marche du podium à Thales en gagnant deux places. L’entreprise continue son ascension et confirme ainsi l’attractivité croissante des étudiants ingénieurs pour le secteur de l’aérospatiale et la défense. Yves Litzelmann, responsable de la Direction du développement des RH de Dassault Aviation analyse ainsi cette remontée : « La méthodologie du classement Universum (plus que notre bon positionnement au fil des ans) en fait notre référence en la matière… Dassault Aviation est donc fier d’obtenir cette place sur le podium des écoles d’ingénieurs obtenue à la fois grâce à nos points forts (image de haute technologie, santé financière, perspectives de contrats…) mais aussi, ne boudons pas notre plaisir, grâce à l’efficacité de notre politique de coopération avec l’enseignement qui, au-delà de simples relations avec ces écoles cibles, implique l’ensemble de l’entreprise dans un processus actif d’accompagnement de notre enseignement professionnel et supérieur. Apparaître au milieu de grandes entreprises prestigieuses, avec notre taille et des moyens plus modestes, nous confortent sur le bien-fondé de cette politique, la qualité des actions que nous pilotons et le professionnalisme de nos ambassadeurs. »

 

EDF entre dans le Top 5 et arrive en 5ème position. Apple accuse une perte de sept places et disparait du Top 5. La disparition de son leader charismatique peut-elle en être une explication, ou bien est-ce la stratégie de discrétion de la firme à la pomme qui déroute les étudiants ? À noter la forte progression de Safran, qui gagne onze places dans le classement pour se retrouver en 6ème position.

 

Les plus fortes progressions cette année, sont attribuées à EDF, +13 places, chez les commerciaux et à Colas, +18 places, chez les ingénieurs. EDF doit cette belle progression à ses actions continues envers les étudiants, Colas, pour sa part, récolte les bénéfices de la nouvelle campagne de communication lancée récemment.

 

Les Armées font une entrée fracassante dans le classement Ingénieurs et se retrouvent directement propulsées à la 30ème place. Le Groupe Galeries Lafayette quant à lui, entre dans le classement également cette année, chez les commerciaux pour atteindre directement la 20ème place.

 

Universités : des bouleversements notables

Dans la filière Commerce/Management, L’Oréal gagne deux places et détrône ainsi LVMH qui se retrouve 2nd. Air France accède à la 3ème marche du podium en remplaçant Apple qui se retrouve 4ème. Google, 5ème, conserve sa position dans le Top 5.

 

Chez les Ingénieurs, rien ne va plus dans le Top 5 : Apple et Microsoft ont été évincés, perdant respectivement douze et trois places. Thales fait une entrée fracassante dans le Top 5 en accédant directement à la première place. EADS se hisse à la 2nde et Google est 3ème. Air France maintient son attractivité en se classant à la 4ème position, quand Safran confirme son ascension et ferme la marche du Top 5. Florent Douty, Responsable du Recrutement et de la Mobilité chez Thales analyse ainsi la performance de Thales cette année : « Thales embauche en moyenne 30% de jeunes diplômés par an. À ce titre, le Groupe entretient des partenariats privilégiés avec l’enseignement supérieur, notamment avec les universités représentant un vivier de profils correspondant à nos besoins. En 2012, Thales a encore renforcé son déploiement d’actions dédiées : projets techniques et business, conférences, parrainage d’associations, ateliers RH,… Cet accompagnement spécifique des étudiants tout au long de leur formation est l’opportunité de partager avec eux notre passion de l’innovation et de leur faire découvrir la diversité de nos activités et métiers ».

 

Secteurs industriels et attractivité des employeurs : certains secteurs pâtissent du contexte économique

On l’avait constaté l’année précédente, au sein d’un même secteur, certains se distinguaient plus que d’autres en termes d’attractivités et les étudiants n’étaient plus uniquement sensibles au secteur dans lequel évoluait une entreprise, mais accordaient tout autant d’importance à ses valeurs en particulier. Les acteurs du marché ne pouvaient plus simplement compter sur l’attractivité de leur secteur d’activité, mais devaient se distinguer en soulignant leurs différences.

 

Cette année, même si cela est toujours vrai, on constate l’impact majeur du contexte économique dans lequel baignent les sociétés depuis un an, ponctués de plan sociaux, sur fond de crise et de restructuration. Celui-ci incite clairement les étudiants à se tourner vers des secteurs plus sûrs et associés à la sécurité de l’emploi, comme le secteur public ou les biens de grandes consommations.

 

« À chaque période de crise, la sécurité de l’emploi devient plus importante. Cette année encore, tout comme en 2010, suite à la crise financière, les étudiants y accordent une attention particulière. La tendance est d’autant plus marquée chez les universitaires, souvent moins sûrs de leur employabilité. » Explique Aurélie Robertet, Directrice France Universum.

 

« De même, en période de crise, la prise de responsabilité devient moins dominante pour les étudiants. En effet, dans un tel contexte, leur raisonnement devient plus individualiste. Le fait d’avoir des responsabilités ou de diriger une équipe implique une prise de risque, qu’ils sont moins prêts à courir. » Ajoute Madame Robertet.

 

Le fait d’être un leader ou de diriger une équipe, second critère de choix il y a quelques années, perd donc de la valeur depuis 2012, dans les objectifs de carrière des étudiants. Il en est de même pour la carrière à l’international : si ce critère reste le deuxième plus important pour eux, il subit une baisse notable depuis 2012. « Les étudiants sont parfois inquiets quant à leur avenir, et si l’international les fait toujours rêver, ils sont de plus en plus à la recherche de sécurité et stabilité dans leur emploi. Partir à l’étranger, pourquoi pas, mais si le poste de leurs rêves se présente dans leur pays d’origine, ils pourront reléguer l’appel de l’international au second plan. Tout comme le fait d’avoir des responsabilités, l’international représente une prise de risque, moins attractive en période de crise. » Indique Julie Giraud-Avril, Directrice des Relations Universitaires, Europe de l’Ouest, Universum.
L’équilibre vie professionnelle / vie privée reste le critère dominant pour les étudiants, toutes filières confondues, tendance encore plus marquée chez les Ingénieurs.

 

Les biens de grande consommation : le secteur gagnant de la crise

Nestlé (+1), Coca-Cola (+2), Mondel?z International (Kraft Foods) (+12), Unilever (+4), Ferrero (12), Pernod Ricard (+11), Mars (+4) : les entreprises de l’agroalimentaire ont le vent en poupe et séduisent plus que jamais nos jeunes diplômés. Le secteur des biens de grande consommation est en effet associé à la solidité financière, les étudiants voient dans ces produits de première nécessité un aspect rassurant, surtout en temps de crise. Seuls Procter & Gamble et Brasseries Kronenbourg enregistrent une baisse et perdent respectivement douze et cinq places.

 

Le secteur public : un retour en force

Le secteur public redort son blason : associées à la sécurité de l’emploi, les étudiants en Commerce/Management se tournent plus que jamais vers des entreprises telles que GDF SUEZ (inc. SUEZ ENVIRONNEMENT), la SNCF ou La Poste, qui gagnent chacune douze places. EDF enregistre la plus forte progression du secteur en gagnant treize places.

 

Du côté des Ingénieurs, la tendance est très marquée : la RATP (+17), la SNCF (+22), le CEA (+12) et DCNS (+14).

 

Série noire pour les Banques

Parallèlement, les banques sont en chute libre. Si en 2012 les banques d’investissement et les banques étrangères avaient réussi à tirer leur épingle du jeu, le contexte de crise affecte le secteur dans son ensemble. Pas une banque n’échappe à la baisse. « Les métiers associés au risque, les plans sociaux ou les restructurations, sont des images véhiculées par ce secteur, qui fait les frais de l’inquiétude grandissante de nos étudiants. » Analyse Julien Marchalant, consultant en Marque Employeur, Universum.

 

Les Big 4

Du côté des Big 4, Ernst & Young reste en tête, suivi de près par KPMG qui gagne quatre places au classement. PwC voit enfin la courbe s’inverser et gagne cette année six places, passant ainsi devant Deloitte. L’audit, perçu comme un secteur refuge, continue de faire rêver les étudiants. Pascal Collardey, Directeur des Ressources Humaines de KPMG analyse ainsi cette attractivité : « Le secteur de l’Audit du conseil et de l’expertise-comptable développe encore son attractivité. En période de crise, il rassure par sa solidité et l’employabilité qu’il donne aux jeune diplômés qui s’y engagent : le secteur reste très formateur (un cabinet KPMG consacre de 7 à 9% de sa masse salariale chaque année à la formation). Les métiers sont plus diversifiés qu’on ne le pense généralement et tous apportent une diversité d’expérience à travers celle de la clientèle traitée qui est un facteur clé de développement personnel. En venant travailler avec nous, les jeunes choisissent un secteur où  l’engagement demandé est fort mais où ils savent aussi qu’ils s’ouvriront de vrais choix à terme. Par ailleurs des cabinets comme KPMG ont beaucoup développé leur attractivité à travers une politique RH interne très active sur la qualité du management, la reconnaissance et la convivialité des équipes.»

 

Mc Kinsey & Company et BCG continuent de s’attirer les faveurs des étudiants, tout comme Bain & Company qui ne cesse de remonter dans les classements, depuis 2010.

 

La construction toujours recherchée

Le secteur de la construction est plébiscité par les Ingénieurs : Vinci, Bouygues Construction et Eiffage remontent tous dans les classements. Colas se distingue tout particulièrement en faisant un bond de dix-huit places.

 

L’énergie : bilan en demi-teinte

Bilan en demi-teinte pour le secteur de l’énergie, qui confirme une nouvelle fois l’attractivité plus singulière que sectorielle et l’importance pour chaque entreprise de se démarquer de ses concurrents. EDF et GDF SUEZ (Incl. SUEZ ENVIRONNEMENT) gagnent des places, Total reste stable, quand d’autres enregistrent une légère baisse : Veolia Environnement et Areva perdent chacune une place. Un peu plus loin dans le classement, après leur forte progression de l’année dernière, Schlumberger redescend de quatre places, tout comme Shell. Malgré quelques fluctuations d’année en année, l’énergie reste un secteur qui plait aux étudiants et dont les challenges, notamment liés à l’écologie, semblent les inspirer.

 

Crise dans le secteur de l’automobile

Le secteur de l’automobile, ayant jusqu’à reçu présent les faveurs des étudiants, est en crise : chute de PSA Peugeot Citroën avec une perte de quinze places, recul de cinq places pour BMW Group, également du Groupe Volvo et de Renault perdant respectivement deux et cinq places. Les plans sociaux et les mauvais résultats du secteur entachent indéniablement son attractivité.

 

En revanche, les équipementiers Michelin et Valéo tirent leur épingle du jeu en se maintenant à la 43ème position pour Michelin et en gagnant même cinq places, pour Valéo.

 

L’aérospatial et la Défense

Le secteur de l’aérospatiale et de la défense reste ultra attractif chez les étudiants Ingénieurs. Ainsi on retrouve EADS, Dassault Aviation et Thales dans le top du classement, depuis 2012. Safran et DCNS ne cessent de grimper depuis 2010 et enregistrent cette année respectivement une hausse de onze et quatorze places.

 

Télécommunications et réseaux

Chute spectaculaire pour les entreprises des télécommunications, résultat sans appel lié aux multiples annonces de plan sociaux. Orange amorti la chute, ne perdant qu’une place auprès des commerciaux et sept auprès des ingénieurs, quand son concurrent, SFR, perd dix-huit places auprès des commerciaux et dix-neuf auprès des ingénieurs. Bouygues Telecom et Ericsson maintiennent le cap auprès des commerciaux mais dévissent chez les ingénieurs.

 

 

À propos d’Universum

Universum est une entreprise internationale spécialisée dans la Marque Employeur*. Fondée en 1988, son objectif premier était d’améliorer la communication entre les étudiants et les employeurs qui souhaitaient les recruter. Aujourd’hui, nous aidons les employeurs à exceller dans le recrutement et la rétention, en apportant des axes d’amélioration à leur Marque Employeur. Universum fournit une gamme complète de services en Recherche, Conseil Stratégique et Solutions Medias et Communication pour permettre aux employeurs de comprendre, attirer et retenir leurs employés idéaux, actuels et futurs. Nous entretenons des relations privilégiées avec plus de 1 200 clients, incluant la plupart des 500 entreprises du classement « Fortune 500 » et collabore avec 1 500 écoles et universités dans le monde entier, afin de diffuser ses enquêtes sur les carrières et les employeurs préférés des Talents. Nous interrogeons annuellement et globalement, plus de 400 000 jeunes diplômés et jeunes expérimentés. Pour plus d’informations: www.universumglobal.com.

 

*La Marque Employeur est une stratégie que les entreprises utilisent pour attirer les employés qu’ils désirent, actuels et futurs Talents.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire