Les salariés européens en quête d’accompagnement sur la formation

par La rédaction

Etude de l’Observatoire Cegos sur « la formation en Europe ». Le Groupe Cegos, leader international de la formation professionnelle, a  interrogé 2 542 salariés en France, Allemagne, Espagne, Italie et au Royaume-Uni afin de mieux comprendre leurs pratiques et leurs  attentes en matière de formation professionnelle.

e-learning, serious game, mobile learning… les nouveaux modes d’apprentissage se démocratisent

En matière de formation, la méthode d’apprentissage incontournable reste bien entendu le présentiel, c’est-à-dire la formation en groupe dans une salle avec un formateur, qui concerne 91% des personnes interrogées qui ont eu accès à la formation au cours des 3 dernières années.

On constate néanmoins une augmentation de 3 points des formations mixtes (mêlant distanciel et présentiel) depuis l’année dernière.
Sur ce point, la France reste en retrait par rapport à ses voisins, avec 23% de salariés ayant suivi des formations mixtes contre 37% en moyenne. Néanmoins, la France progresse fortement sur ce point puisque l’an passé seuls 13% des salariés français déclaraient s’être formés « en mixte ». Ce chiffre a donc pratiquement doublé cette année.

Si l’on se focalise sur les salariés ayant bénéficié d’une formation à distance, on constate une forte poussée des tout derniers modes d’apprentissage tels que les serious games et le mobile learning. Ainsi, 45% des personnes ayant suivi une formation à distance déclarent avoir utilisé un serious game (vs 15% en 2010) et 39% une modalité de mobile learning (vs 9% l’an passé).

Laurent Reich, Responsable de l’offre « Formation » chez Cegos), explique :
« Ces chiffres peuvent paraître surprenants à la première lecture. Ils s’expliquent notamment par l’explosion des smartphones et des tablettes tactiles qui permettent à chacun d’accéder à tout moment à des savoirs, dans un cadre professionnel ou personnel. Les personnes apprennent par elles-mêmes en allant chercher les informations dont elles ont besoin, au moment où cela leur est nécessaire ».

Besoin des autres pour se former

Lorsqu’on interroge les salariés quant à leurs souhaits pour leurs formations futures, les formations sur le terrain, en salle et le coaching prennent nettement la tête des attentes, surtout pour les personnes n’ayant pas été formées (plus de 80% pour chacun de ces trois items).

Suivent l’ensemble des nouvelles méthodes d’apprentissage avec des scores certes inferieurs, mais toujours significatifs, comme le e-learning et la visio-formation, les formations mixtes…

Comme le constate Mathilde Bourdat, Responsable de l’offre « Management de la formation » Cegos :
« Si les salariés européens apprécient les nouvelles technologies de la formation, ils les perçoivent avant tout comme un complément aux méthodes plus traditionnelles. Ainsi, les salariés ont besoin des autres et notamment d’un tuteur ou d’un coach – réclamé par une personne sur deux – pour apprendre. Les modalités d’apprentissage à distance viennent ensuite compléter l’apprentissage de manière plus individualisée ».

Les Français en décalage par rapports à leurs voisins

On note à plusieurs reprises dans l’étude un enthousiasme plus mesuré des Français.
Bien sûr, ils apprécient fortement la formation qui leur permet d’acquérir des connaissances utiles pour leur travail (à 96%).
74% d’entre eux pensent que la formation peut leur permettre d’évoluer professionnellement. Mais, sur cet item notamment, nos concitoyens sont les moins optimistes de tous les pays interrogés.

Italiens et Anglais sont beaucoup plus convaincus (à 92%) du lien entre formation et évolution professionnelle. Espagnols et Allemands suivent dans l’ordre à 87% et 84%.

Lorsqu’on les interroge sur les changements positifs perçus au cours de ces dernières années, là encore, les Français restent légèrement en retrait : seuls 47% d’entre eux trouvent que le manager s’implique fortement sur la formation, contre 63% des Italiens.
Quant à l’accès à la formation, les ¾ des Italiens considèrent que la situation s’améliore, 58% des Français «étant de cet avis.

Des managers impliqués à tous les stades du parcours de formation de leurs collaborateurs

Lorsqu’il s’agit de choisir leurs formations, les salariés se tournent avant tout vers leur manager. Viennent ensuite les collègues (47%) et l’intranet de l’entreprise (42%). DRH et responsables formations n’arrivent qu’en quatrième position (36%). A noter qu’en France les services des Ressources Humaines s’en sortent un peu mieux (3e place avec 40%).

Non seulement le manager participe pour une large part le choix de la formation, mais il est également présent après : 70% des salariés le considèrent impliqué au retour de la formation pour dresser un bilan. Ils soulignent même, à 72%, son rôle d’accompagnement dans la mise en oeuvre des acquis de formation. C’est surtout vrai au Royaume-Uni où ce total culmine à 88%, beaucoup moins en France (60%).

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire