Projet de loi sur la prime aux salariés, quelles conséquences pour les entreprises

par La rédaction

L’instauration d’une prime obligatoire dans les entreprises de 50 salariés et plus qui distribuent des dividendes en hausse – que les médias ont communément qualifiée de « Prime Sarkozy » — s’inscrit dans le cadre du projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale. Cette réforme sera débattue à l’Assemblée nationale demain, le 14 juin 2011. Daniel Martins, Directeur prospective et développement du cabinet Leyton, livre son point de vue d’expert sur cette mesure.

 

Une mesure précipitée, pragmatique et « court termiste » 

Malgré une volonté d’accroître le pouvoir d’achat des salariés, cette mesure, élaborée à la hâte par le gouvernement, révèle de nombreux paradoxes (limite aux entreprises de plus de 50 salariés distribuant des dividendes en hausse, montant maximal de 1.200 € mais pas de montant minimal, etc.)
Par ailleurs, n’y a t-il pas une contradiction du gouvernement à opter pour ce type de dispositif alors même qu’il s’est appliqué à réduire, voire supprimer, toutes les formes de niches, sociales ou fiscales ?
 
Dans un contexte marqué par l’apparition de nouvelles charges pour les entreprises liées aux nombreuses pénalités sociales, cette prime, obligatoirement instituée dans les entreprises visées, contribue donc à alourdir davantage le coût du travail.

 

D’autres réflexions étaient possibles 

La prime Sarkozy révèle ainsi le pragmatisme dont les pouvoirs publics font preuve en matière d’emploi et de pouvoir d’achat.
Mais la valeur pratique de cette mesure sera-t-elle à la hauteur des attentes des salariés ? Connaîtra-t-elle une application pérenne ?
Cette mesure n’éloignera-t-elle pas davantage le capital et le travail, qui constituent pourtant les deux piliers des entreprises ?
La réflexion autour de l’augmentation des salaires en entreprise n’aurait-elle pas dû conduire les pouvoirs publics à réfléchir à un nouveau modèle d’entreprise ?
 

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire