Mutuelle santé obligatoire : le vrai choix des entreprises

par La rédaction

Depuis le 1er janvier 2016, conformément à la loi ANI tous les dirigeants d’entreprise ont l’obligation de proposer une mutuelle à leurs salariés. Mutuelle-entreprise.fr, spécialiste de la comparaison de mutuelles collectives, s’est intéressé à la taille des entreprises soucieuses de proposer une couverture à leurs employés et à leurs choix en matière de niveaux de garanties.

Rappel : la loi ANI c’est quoi ?

  • Une couverture collective obligatoire pour tous les salariés du privé
  • La cotisation doit être financée à au moins 50 % par l’employeur
  • Chaque contrat prévoit un minimum de garanties (panier de soins minimum)

 

Cela fait maintenant plus de 5 mois que toutes les entreprises françaises du secteur privé doivent proposer à leurs salariés une mutuelle collective obligatoire. Or, il y aurait encore aujourd’hui 40 à 45% des entreprises qui n’auraient toujours pas entamé les démarches. Les employeurs vont donc se mettre en conformité tout au long de 2016, voire début 2017.

 

Les TPE : de plus en plus attentives à la santé de leurs salariés

Lors de cette étude, Mutuelle-entreprise.fr s’est intéressé à la taille des sociétés soucieuses de proposer une couverture à leurs employés.

Ainsi en France, 80% des entreprises recherchant une complémentaire santé pour leurs salariés sont des TPE composées de moins de 8 salariés. Du côté des plus grandes structures, plus de 20 salariés, seuls 6% ont réalisé une comparaison de mutuelles collective en ligne.

« Les TPE ont le réflexe de comparer en ligne, plus que les grosses structures, souvent déjà en relation avec des courtiers. Pourtant les PME de 20-100 salariés auraient tout intérêt à comparer leurs offres avec celles proposées en ligne » explique Julien Fillaud, Directeur Général adjoint du Groupe Comparadise

 

Comme prévu, les employeurs se contentent du minimum

Parmi les entreprises en recherche d’une mutuelle collective, les deux tiers s’orientent vers la formule minimale obligatoire. En effet, seulement 16% ont cherché à offrir une couverture santé plus complète que le socle de garanties imposé. Cela confirme les craintes des spécialistes qui prédisaient une orientation massive vers ce type de contrat, et de ce fait le besoin pour les salariés de renforcer leur couverture par une sur-complémentaire.

« C’est ce qui était à anticiper avec la loi ANI sur les mutuelles d’entreprise obligatoires : beaucoup de structures se plient au minimum légal, et de ce fait les employés disposent d’un contrat qui ne couvre pas suffisamment leurs besoins, notamment en dentaire ou dépassements d’honoraires chez les spécialistes. La mutuelle d’entreprise est censée être un avantage pour les salariés, dans la mesure où leur employeur en paie la moitié, mais ce bénéfice n’est pas si évident. En effet, les remboursements insuffisants les obligent souvent à financer eux-mêmes une sur-complémentaire généralement coûteuse » souligne Julien Fillaud

 

L’Île-de-France, N°1 dans la pratique des devis  

Les données récoltées soulignent également la réactivité de l’Île-de-France concernant la réalisation des devis. En effet, 34.4% des devis sont effectués au sein de cette région. Ainsi,sur 18 régions plus d’un quart des devis sont émis pour une société d’Île-de-France. Seulement 56.7% sont exécutés par les 17 autres régions.

 

 

A propos de Mutuelle-entreprise.fr
Créée en 2013 pour anticiper la mise en vigueur de la loi ANI sur la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés, Mutuelle-entreprise.fr propose aujourd’hui un comparatif de mutuelles collectives.
Mutuelle-entreprise.fr appartient au Groupe Comparadise, premier groupe indépendant de comparateurs financiers.

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire