Des salaires en hausse de 2.4% dans les entreprises françaises en 2017 selon les prévisions de Willis Towers Watson

par La rédaction

Des salaires en hausse de 2.4% dans les entreprises françaises en 2017 selon les prévisions de Willis Towers Watson

La dernière édition de l’enquête Salary Budget Planning Report de Willis Towers Watson menée entre juillet et août révèle que le taux d’augmentation des salaires dans les grandes entreprises – tous secteurs confondus – avoisinera les 2.4% en moyenne pour l’année à venir. Avec un taux d’inflation estimé par l’OCDE à 0.78% en 2017, le pouvoir d’achat des salariés devrait donc continuer à augmenter en 2017 et atteindre 1,6%

A titre de comparaison, les hausses de salaires progresseront de 3% pour les USA, le Canada et l’Allemagne, de 2.9% pour la Grande-Bretagne et 2.5% en  Italie; tandis qu’elles seront de 2.2% en Espagne

« Les augmentations attribuées en 2016 ont été plus conséquentes qu’en 2015, reflet de la meilleure santé des entreprises. La situation économique globale s’améliore avec 1,41% de croissance en 2016, et 1,49% prévu pour 2017 par l’OCDE. Les entreprises ont donc commencé à retrouver une marge de manœuvre qui se confirme dans les prévisions pour 2017 »,estime Jean-Vincent Ichard, Responsable du Département Enquêtes de rémunération de Willis Towers Watson en France.

« Pour 2017, les demandes budgétaires des directions des Ressources Humaines sont similaires à 2016. L’inflation s’accélérant, les salariés doivent s’attendre des gains de pouvoir d’achat en baisse. En effet, les quatre dernières années ont connu des taux d’inflations inférieurs à 1% voire nuls, ce qui a permis aux salariés, même avec des budgets d’augmentation en baisse, des gains de pouvoir d’achat significatifs », ajoute-t-il.

 

Répartition des hausses salariales

  • 2% des entreprises ont prévu un gel salarial
  • 23% des entreprises vont augmenter de moins de 2%
  • 18% des entreprises vont augmenter à hauteur de 2%
  • 37% des entreprises vont attribuer plus de 2% et moins de 3% aux augmentations salariales
  • 13% des entreprises vont augmenter à hauteur de 3%
  • 9% des entreprises vont octroyer entre plus de 3% et 8% (taux maximal mentionné dans l’enquête)

 

Des différences qui reflètent la santé économique des secteurs

Tous les secteurs ne sont pas traités à la même enseigne. Ainsi, le secteur de l’énergie et des ressources naturelles est significativement à la baisse comparativement aux autres (1.7%), reflétant la chute des cours du pétrole et des matières premières qui affecte le secteur depuis plusieurs années.

La chimie et l’industrie sont également en-deçà des augmentations des autres secteurs (2%), ce qui confirme que, si la situation économique globale française s’améliore, l’industrie reste encore à la traîne.

Certains secteurs tirent leur épingle du jeu à l’instar des secteurs des média (non traditionnels) et des nouvelles technologies qui se distinguent nettement en raison des hautes tranches d’augmentation qu’ils connaissent (respectivement 2.6% et 2.5%). Si la situation économique des acteurs du secteur des nouvelles technologies peut-être assez disparate (avec le secteur des Télécoms à 2,1%, celui des logiciels à 2,8% et le e-commerce supérieur à 3%), la guerre des talents qui fait rage conduit à une pression à la hausse des salaires, ces expertises étant particulièrement recherchées. A noter que plus des trois-quarts des entreprises dont l’augmentation envisagée est de 4% ou plus sont des acteurs des nouvelles technologies.

Les secteurs des biens de consommation et du retail (2.5%) et de la pharmacie (2.4%) ne sont pas en reste avec des taux stables (2.5% et 2.5% en 2016).

 

Les taux prévisionnels à la hausse en Europe

« Concernant l’international, le mouvement de reprise semble se confirmer. Tous les pays européens prévoient en effet des augmentations de salaires supérieures à l’année précédente. A noter que le bon niveau du Royaume-Uni (3%) qui poursuit sur le même rythme que l’année dernière (2.8%). Bien que l’enquête ait été conduite après le référendum du Brexit, le ton reste le même pour l’année à venir, en attendant l’activation de l’article 50 du traité de Lisbonne et la négociation des modalités de sorties. Nous n’assistons donc pas à un vent de panique des entreprises qui aurait pu conduire à des gels de salaire, » analyse Jean-Vincent Ichard.

 

Méthodologie  

L’enquête Salary Budget Planning Report a été réalisée en ligne auprès de 390 entreprises entre mi-juillet et mi-août 2016. Il s'agit des estimations à août 2016 et des taux réels observés dans les enquêtes de rémunération Willis Towers Watson.

 

Note aux rédacteurs

Il s’agit des taux d’augmentation des salaires fixes que les Directions des Ressources Humaines prévoient / vont demander aux Directions Générales lors de l’élaboration des budgets pour l’année 2017. Ce sont donc des prévisions / vœux, plus qu’une décision finale. Ces propositions des Directions des Ressources Humaines sont ensuite confrontées aux prévisions financières de l’entreprise dans le cadre du processus budgétaire.

 

À propos de Willis Towers Watson

Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW) est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde. Nous aidons nos clients internationaux à faire du risque un vecteur de croissance. Willis Towers Watson, dont les origines remontent à 1828, compte 39 000 employés dans plus de 120 pays. Nous concevons et proposons des solutions de maîtrise du risque, de gestion des avantages sociaux, d’accompagnement des talents et d’optimisation du capital pour protéger et aider les institutions et les individus. Forts d’un positionnement unique, nous savons où se croisent talents, actifs et idées : un avantage au service de la performance des entreprises.

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire