Attractivité des régions : les salariés attentifs au coût de la vie et à la qualité de vie avant d’envisager une mobilité professionnelle

par La rédaction

51% des cadres de premier niveau, techniciens et employés qualifiés se disent prêts à changer de région, dont 60% pour une opportunité professionnelle


Neuilly, le 30 janvier 2013 – Page Personnel a enquêté auprès des cadres de premier niveau, techniciens et employés qualifiés pour établir le palmarès des régions les plus attractives. Cette enquête nationale1révèle notamment une forte désaffection pour l’Île-de-France (65% des personnes interrogées se disent prêtes à la quitter) et une prise en considération importante du coût de la vie et de la qualité de vie dans les décisions de mobilité géographique et professionnelle. En effet 50% des cadres de premier niveau, techniciens et employés qualifiés se disent mobiles à condition d’embrasser une évolution de carrière vraiment significative et ne remettant pas en cause leur cadre et qualité de vie.
 
« Dans le contexte économique actuel, il n’est pas surprenant de constater que les salariés de toutes les régions recherchent le meilleur équilibre possible entre perspectives professionnelles, qualité de vie et pouvoir d’achat. Si 65% des franciliens interrogés souhaitent quitter l’Île-de-France, c’est principalement lié à la cherté de la vie, malgré des salaires toujours supérieurs d’environ 15% à ceux des autres régions », souligne Sébastien Hampartzoumian, Directeur général de Page Personnel.
 


Une France coupée en trois

L’enquête dessine une France coupée en trois :

  • L’Île-de-France se disqualifie sur les critères de niveau et de confort de vie créant un sentiment général de difficulté pour vivre confortablement dans la région avec un salaire de cadre de premier niveau, de technicien ou d’employé qualifié. D’ailleurs ce sont 65% des répondants qui sont prêts à la quitter et seulement 16% à y vivre. Ce sentiment n’est pas modéré par son dynamisme économique et les opportunités de carrière qu’elle offre, du fait de la forte concentration d’entreprises.
  • Le Nord et l’Est sont les régions qui ont le plus de difficulté à attirer. Perçues comme les moins dynamiques sur le plan économique, elles continuent à souffrir d’une image peu flatteuse que son tissu d’entreprises, les efforts des collectivités et la vitalité culturelle et universitaire de leurs grandes villes ne compensent pas tout à fait. Cependant, la région Est, très appréciée par ceux qui y résident pour la qualité de vie, tire mieux son épingle du jeu et parvient à retenir la population des cadres de premier niveau, techniciens et employés qualifiés.
  • L’Ouest et les régions du Sud restent les régions les plus attractives. La palme d’or de l’attractivité revient au Sud-Ouest et celle de la rétention des salariés en région PACA, malgré un taux de chômage élevé. Pour les personnes interrogées, ces régions paraissent proposer le bon niveau de compromis entre qualité de vie, coût de la vie, dynamisme économique et opportunités professionnelles.

 
Bouger, oui, mais pas à n’importe quel prix !

L’enquête montre que, contrairement aux idées reçues qui voient les cadres confirmés seuls mobiles, les cadres 1er niveau, les techniciens et employés qualifiés n’excluent pas la mobilité géographique : un sur deux se dit ainsi prêt à changer de région. Il est cependant évident que les salariés de ces catégories ne sont mobiles qu’à certaines conditions. Ce qui les inciterait à changer de région, c’est en premier lieu une opportunité professionnelle intéressante (60%). Le désir de trouver ailleurs un cadre et une qualité de vie plus satisfaisants arrive en deuxième position (49%).

 

 
« L’idéal est évidemment de concilier les deux, ce qui permet en outre de lever plus facilement d’éventuelles contraintes et/ou réticences familiales. D’ailleurs, en dehors de l’Île-de-France, la majorité des personnes interrogées sont très attachées à la région où elles vivent, qu’elles en soient originaires ou non. Cependant ce ne sont pas tant les origines familiales qui les retiennent mais bien l’absence d’opportunité professionnelle qui les encourageraient à changer de vie », conclut Sébastien Hampartzoumian.
 


 
A propos de PageGroup

Plus de 35 ans après sa création à Londres en 1976, l’expertise de PageGroup dans le recrutement et l’intérim spécialisés est reconnue et appréciée par les clients et candidats du monde entier.

Coté à la bourse de Londres depuis avril 2001, PageGroup (Michael Page International Plc) compte aujourd’hui 164 bureaux répartis dans 34 pays et rassemble plus de 5000 collaborateurs qui conseillent et accompagnent leurs clients et candidats dans la recherche de solutions adaptées.
En France, PageGroup recrute pour ses clients des collaborateurs en intérim, CDD et CDI à tous les niveaux d’expérience, du dirigeant au technicien, à travers les marques suivantes :
Page Executive est l’un des leaders de la chasse de têtes sur des postes de direction générale, de direction opérationnelle/fonctionnelle ou encore d’experts.
Il couvre également la recherche d’administrateurs et l’audit d’équipes dirigeantes ;
Michael Page identifie pour ses clients les meilleurs cadres confirmés par sélection et approche directe ;
Michael Page Interim Managemen intervient exclusivement dans la recherche de cadres confirmés pour des missions d’interim management ou de management de transition ;
Page Personnel recrute des cadres 1er niveau, des techniciens et des employés qualifiés pour des missions d’intérim, des CDD et CDI.

Le Groupe s’appuie également sur des équipes d’experts pour répondre à des besoins plus spécifiques :
Page Assessment propose des prestations de conseil en évaluation et en gestion des talents ;
Page Consulting intervient sur des missions de conseil opérationnel en Systèmes d’Information ;
Page Outsourcing spécialiste du RPO (Recruitment Process Outsourcing), gère avec flexibilité les opérations de recrutements volumiques.
PageGroup s’appuie sur un réseau national de 500 consultants répartis au sein de 30 bureaux.


Contacts presse :
Jérôme Broun – 01 55 74 52 34 – jerome@rumeurpublique.fr
Marie Goislard – 01 55 74 52 33 – marieg@rumeurpublique.fr

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire