Réseaux d’entreprise, être ou ne pas être RH 2.0

par La rédaction

À l’horizon 2012, le réseau social d’entreprise (RSE), appelé aussi Réseaux sociaux pro, s’imposera clairement comme l’une des composantes majeures de l’intranet en France. Chaque entreprise doit désormais construire sa propre stratégie.

 
Gagnées par cette mode, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à faire le grand saut en créant un réseau social interne. Orange, Total et IBM ne s’y sont pas trompés en mettant en place des RSE calqués sur le modèle des réseaux sociaux publics. « Dans ce type d’outil il y a une dimension sociale qui consiste à replacer l’humain au cœur de l’information », explique Pierre-Julien Grizel, Directeur technique de Numericube éditeur de Twistranet, un réseau social d’entreprise Open Source totalement gratuit et libre d’accès. « Ces Facebook pour entreprise permettent aux salariés qui créent leur profil d’échanger avec leurs collègues par le biais de messages privés, mais aussi publics : l’information circule enfin ! ».
 

Les RSE apportent de la valeur à l’entreprise

« Le RSE a été conçu pour libérer la parole des collaborateurs en étant un lieu social et d’échanges pour tous. Il favorise le développement d’un esprit d’appartenance et permet aux salariés de partager leurs expériences au-delà des contraintes géographiques », insiste Pierre-Julien Grizel. Résultat des courses les réseaux sociaux pro s’imposent comme des boosters de l’efficacité, voire du bien être des collaborateurs au travail. Ils permettent clairement à l’entreprise de capitaliser sur la somme des intelligences individuelles. « Une des entreprises utilisatrices de Twistranet passe par son réseau d’entreprise interne afin de faire travailler l’ensemble des collaborateurs à l’enrichissement du documentaire des processus RH. Cela permet à l’entreprise d’enrichir son capital sans avoir besoin d’investir. C’est une sorte de Wikipédia de l’entreprise », explique le Directeur Technique de Numéricube.
 

Bien réussir votre projet de Réseau d’entreprise

Après avoir définit l’objectif du RSE, les RH doivent poser les bases de cette interactivité autrement dit créer une véritable Charte d’usages. Il est essentiel de veiller à ne pas sacrifier l’ergonomie du réseau d’entreprise qui doit être adaptée à toutes les générations et le niveau d’utilisateurs. Il faut, ensuite mettre en place une gouvernance. Qui anime quoi ? Global versus local ? « Le premier risque dans l’installation du RSE est que le taux de participation soit faible. Sur plus d’une centaine d’entreprises utilisatrices de Twistranet, 20 % ont un faible taux de participation induit pas l’absence d’effort d’animation par les équipes RH », précise le Directeur Technique de Numéricube avant de poursuivre « à l’inverse, quelques réseaux sociaux d’entreprise souffrent « d’infobésité » autrement dit sont victimes d’un trop plein d’information. Résultat trop d’info tue l’info et le réseau devient inefficace. Mais dans la grande majorité des cas les utilisateurs de Twistranet trouvent un juste équilibre ». Il faut donc accompagner les animateurs du RSE au moyen de formation et autres réunions régulières. Et ça en tant que RH c’est votre rôle !

 

Emilie Vidaud

 

 

Légende :
Pierre-Julien Grizel, Directeur technique de Numericube éditeur de Twistranet

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire