Septième édition du club RH Pôle emploi : Comment anticiper et accompagner les fins de contrats ?

par La rédaction
.

Le septième atelier du club RH Pôle emploi, a réuni, en octobre, 30 dirigeants et décideurs RH, issus des plus grandes entreprises, autour d’une nouvelle thématique: Anticiper, informer et accompagner ensemble les fins de contrats de travail.

 

Comment éviter les démissions et les fins de contrats ? « Les fins de contrats présentent, au-delà des plans sociaux, de multiples facettes : fin de CDD, de missions d’intérim, démissions, retraites. Les licenciés économiques, auxquels est désormais proposé le CSP (Contrat de Sécurisation Professionnelle) n’en représentent qu’une petite partie» introduit Christian CHARPY, Directeur Général – Pôle emploi.

 

Les axes clefs de réflexion rapportés par les porte-parole DRH des ateliers :

 

Comment anticiper et accompagner ensemble les fins de contrats de travail ?

 

Tous les DRH s’accordent sur le fait que les fins de contrats doivent prendre une dimension dans la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Il est nécessaire d’anticiper les évolutions internes, de jouer sur la promotion interne et la gestion de flux et d’effectifs. De plus, le turn-over varie selon les secteurs, les métiers, les profils, la conjoncture et les enjeux. L’entreprise et le salarié recherchent un aspect « sécurité partagée » à travers les fins de contrat (démission ou rupture conventionnelle).

 

L’alternance est aujourd’hui une voie sure. Selon Jean-François GOMEZ, «EDF a atteint un fort taux de contrats en alternance et leur réserve un quart de ses embauches du CAP au Bac+4. Au-delà, EDF souhaite développer l'accompagnement vers l'emploi des alternants non recrutés.». La situation est différente dans les entreprises pour lesquelles il reste un potentiel de croissance important des contrats en alternance et qui souhaitent atteindre 4% de leur effectif intégré dans ce dispositif.

 

Les réponses à donner face aux demandes de ruptures conventionnelles se mettent en place. Pour le cabinet August & Debouzy, Sarah BIGUET atteste que « les ruptures conventionnelles sont parfois une pure demande du salarié ». Ces personnes ont anticipé sur leur projet professionnel et n’ont pas le même besoin d’accompagnement.

 

Comment Pôle emploi peut-il travailler avec l'entreprise pour faciliter l'information du futur demandeur d'emploi sur sa situation et ses démarches ?

 

Une gestion des plans de sauvegarde de l’emploi suppose d’anticiper les situations, en particulier lorsqu’il s’agit de mutations économiques, qui mettrait l’accent sur la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences. 

 

Le Général Jean-Paul MARTIAL, directeur de Défense Mobilité a illustré le sujet par la présentation des dispositifs d’accompagnement des armées pour les 26.000 militaires en fin de contrat chaque année (dont 20 000 reprennent une activité professionnelle civile).Ce dispositif de gestion de la reconversion des militaires est accompagné dans le cadre d’une convention par des agents de Pôle emploi chargés de développer les compétences des militaires en matière d’accompagnement vers l’emploi. La Défense Nationale, en particulier, les armées confient la gestion de leur assurance chômage à Pôle emploi, tout en la finançant en vertu du principe d’auto-assurance de l’Etat. 

 

Le schéma des fins de contrats prévisibles dans le secteur de l’armée, qui permet une anticipation sur 18 mois, ne se retrouve pas dans les secteurs marchands des entreprises présentes où la dominante est à l’attraction et la fidélisation des salariés plutôt qu’à l’organisation de leur départ. Ainsi, Jean-Luc LEVEQUE – DRH Leroy-Merlin explique « Nous considérons que c’est le développement des hommes qui génère le développement de l’entreprise et non le contraire. A tout niveau de l’entreprise chaque personne est responsable de son périmètre. Notre question est donc de savoir comment rendre les collaborateurs toujours plus autonomes grâce à l’acquisition de compétences et au partage de celles-ci. C’est pour cela que nous nous posons plus la question de la transmission des savoirs que celle de l’anticipation des départs car nous avons un très faible turn over. »

 

Comment mieux accompagner les licenciements économiques, les fins de contrats de travail ?

 

Des dispositifs directs sous forme de passerelles d’entreprise à entreprise avec l’intermédiation de Pôle emploi seraient intéressants suivant l’exemple de Défense Mobilité. La collaboration avec Pôle emploi et  les grandes entreprises nationales issues de services publics (France Telecom, SNCF, La Poste…) permet de valoriser les métiers dans leur globalité.

 

Héléna LOUCANO-JEUGNET – DRH de la société Acticall. explique : « l’enjeu se trouve dans la fidélisation et la professionnalisation des métiers par la formation, la VAE et l’alternance. Regarder dans l’entreprise les savoirs et les compétences pour préparer l’après et transmettre les savoirs et les savoirs faire. La gestion par processus n’est pas généralisée, il existe une culture orale qui nécessite de conserver les savoirs quand des personnes quittent l’entreprise».

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire