Parole de RH : le développement des talents chez Prizz Telecom

par Laurène Boussé

Parole de RH donnée à Denis Hauser, directeur Ile-de-France Prizz Telecom.

Prizz Telecom, opérateur d’infrastructures sur le marché de la fibre optique, a pour objectif de poursuivre le déploiement de réseaux de fibre optique en Ile-de-France. L’entreprise est donc à la recherche de ses futures recrues. Lors d’une interview, Denis Hauser, directeur Ile-de-France Prizz Telecom, a évoqué la stratégie RH de l’entreprise, et les difficultés de recrutement auxquelles elle fait face en 2022.

 

Les métiers en tension chez Prizz Telecom 

Prizz Telecom a des perspectives de croissance qui nécessitent d’accroître ses effectifs. Cependant, l’entreprise fait face à des difficultés de recrutement accrues dans deux domaines, pourtant bien différents. Le marché est inégalement constitué : la demande est plus importante que l’offre.

Les développeurs web : 

Les développeurs sont très recherchés sur le marché de l’emploi. La demande est supérieure à l’offre. Avec la démocratisation du télétravail pendant la crise sanitaire, les entreprises ont encore plus eu besoin de connexions internet optimales (envois de nombreux fichiers, encore plus de stockage dans les datacenters).

Pour répondre à ce besoin de recrutement, Prizz Telecom fait appel à des cabinets de recrutement. L’entreprise contacte également des écoles spécialisées dans le développement web pour transmettre ses offres aux élèves.

De par leur métier, les développeurs sont très connectés et présents en ligne. Ils ont accès régulièrement à internet et aux offres d’emploi. La concurrence entre les recruteurs est donc importante. Ce qui n’est pas le cas pour les soudeurs.

Les soudeurs :

Le métier de soudeur fibre optique est essentiel à l’entreprise Prizz Telecom. Si une soudure n’est pas réalisée correctement, le signal ne passera pas, ou mal. Exercer cette profession nécessite des prédispositions comme le fait d’être méticuleux, précis et patient.  Cependant, il n’existe peu, voire pas de formation pour ce type de métier, ce qui complique le recrutement. Sans formation officielle, difficile de dénicher des profils. Les soudeurs ne travaillent pas sur internet, ils passent leurs journées sur le terrain et ne sont pas habitués à être démarchés. De plus, ce métier peut être précaire, donc il n’attire pas énormément de candidats. Prizz Telecom recrute donc aussi des profils dans les métiers connexes comme chez les électriciens, ou des salariés de l’artisanat en reconversion professionnelle. Elle propose des formations pour devenir soudeur.

 

Parole de RH : La stratégie RH de Prizz Telecom

Une stratégie de formation

Prizz Telecom propose des formations d’un mois, destinées aux profils sans expérience, souhaitant devenir soudeur fibre optique. Durant la première semaine de formation, l’entreprise propose une démonstration de l’outil, avec une mise en situation dans un atelier, le temps de se familiariser avec. Cette première semaine permet d’évaluer et d’aiguiller le candidat sur la finalité de la formation. Ensuite, les candidats en formation pratiquent en condition réelle : ils peuvent travailler sous une température allant jusqu’à 40 degrés, sur un trottoir où se trouvent de nombreux passants. Enfin, la qualité de leurs soudures est évaluée, ainsi que les compétences acquises durant la formation. L’état d’esprit du candidat ainsi que ses soft skills (capacité d’adaptation ou de travail en équipe) sont prises en compte pour décider de l’adéquation du profil avec le poste. 

 

“ Il y a peu, voire pas de formation au métier de soudeur fibre optique. Voilà pourquoi c’est compliqué de recruter. Sans formation ni diplôme officiel, on ne sait pas où aller chercher les candidats. “

Denis Hauser, directeur Ile-de-France Prizz Telecom

 

Développer le savoir faire interne pour se différencier 

Prizz Telecom a fait le choix de recruter plutôt que de recourir à des prestataires externes ou à l’intérim, en privilégiant un travail de qualité. L’entreprise dispose d’équipiers, en interne, qui interviennent sur le terrain, ils assurent un suivi qualitatif, ce qui ne serait pas aussi qualitatif en cas de recours à des prestataires externes. 

Les employés ne sont pas rémunérés à la tâche, ou au nombre de raccordements effectués chaque jour. L’entreprise n’exerce donc pas de pression financière sur ses salariés qui ont un CDI, et un salaire mensuel. 

Ce qui leur importe vraiment : la qualité de la soudure. Si celle-ci n’est pas réalisée correctement, Prizz Telecom doit intervenir, ce qui représente une perte de rentabilité. Sans oublier l’impact négatif sur l’image de l’entreprise, et une probable perte de confiance des clients. 

 

“ On ne peut pas se permettre que le travail soit de mauvaise qualité. Donc, ce sont des équipes en interne qui interviennent, ce qui nous assure un suivi de qualité totalement différent des autres opérateurs qui font appel à des sous-traitants. C’est un vrai choix d’entreprise “ Denis Hauser, directeur Ile-de-France Prizz Telecom

 

Voilà pourquoi l’entreprise a fait le choix d’internaliser son savoir-faire et de former activement ses collaborateurs. 

Les salariés sont la vitrine de l’entreprise, veiller à proposer un service de qualité aux clients permet à Prizz Telecom de se différencier de ses concurrents.

 

Prizz Telecom : photo Denis Hauser

Profil du RH : Denis Hauser, directeur Île-de-France Prizz Telecom

Denis Hauser supervise depuis deux ans les activités commerciales et techniques du groupe Prizz Telecom, pour la partie Ile-de-France dont il est le représentant. 

Ingénieur en production et distribution d’énergie, il a obtenu son diplôme d’études supérieures spécialisées d’économétrie à l’Université Paris Dauphine. Il a commencé son parcours professionnel au sein de la production et distribution d’énergie chez un pétrolier américain. 

Puis, il s’est orienté vers la communication et le marketing, notamment en agence de communication pour le Groupe Carrefour. 

Denis Hauser a par la suite été directeur marketing et communication pour la chaîne Eurosport France (Groupe Canal +), puis pour les chaînes thématiques et enfin directeur commercial du groupe Canal+.

N’hésitez pas à retrouver notre épisode précédent en cliquant ici.

 

Laurène BOUSSÉ

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire