Les entreprises ont-elles du mal à recruter en 2022 ?

par La rédaction

Aujourd’hui plus de 3,3 millions de français sont au chômage. Malgré un marché du travail dynamique, certaines entreprises éprouvent des difficultés croissantes à trouver des candidats. Les tensions de recrutement en 2022 sont notamment plus élevées dans certains secteurs comme l’hôtellerie, la restauration ou encore l’industrie. Giles Gateau, le patron de l’Apec souligne que “à ce niveau on ne peut plus parler de tensions”.

Mais pour quelles raisons ? Quelles sont les stratégies des entreprises pour contourner ces tensions ? Explications.

 

Restauration, hôtellerie, industrie : pourquoi ces secteurs sont-ils en tension de recrutement en 2022 ?

Beaucoup de secteur comme la restauration, l’hôtellerie, l’industrie, le BTP, le service à la personne se trouvent confrontés à des tensions de recrutement en 2022. Après la levée des contraintes sanitaires, en 2021, près de 300 000 emplois sont à pourvoir.

Mais comment expliquer la coexistence de tensions de recrutement et d’un chômage élevé ? Une étude de la Dares datant de septembre 2021 justifie les situations de tensions dans certains secteurs par deux raisons :

  • un manque d’attractivité de métiers moins qualifiés. Après la crise sanitaire nombreux sont ceux qui ont voulu se réorienter dans un métier permettant un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle mais surtout de meilleures conditions de travail. Les heures de nuit en pagaille ou encore les coupures non rémunérées n’attirent plus les candidats à la recherche d’une meilleure qualité de vie au travail.
  • un désalignement de l’offre et de la demande de nature quantitative. Ce problème est lié à des problématiques de qualifications et/ou de compétences

À cela s’ajoute souvent le manque d’expérience des entreprises pour attirer des candidats dans leur organisation, les contraintes géographiques de certaines offres, le turnover élevé dans certains métiers et les revenus de remplacement (chômage, minima sociaux) trop peu incitatifs à la reprise d’emploi.

Selon une étude sur le secteur de l’hébergement- restauration de la Dares, seuls 213 000 nouveaux salariés ont rejoint le secteur de l’hébergement-restauration entre février 2020 et février 2021, contre 420 000 personnes habituellement sur un an.

 

Quelles sont les solutions pour recruter en cette période ?

 

Des meilleures conditions de travail et d’emploi

La première solution pour lutter contre les tensions de recrutement en 2022 réside dans l’amélioration des conditions de travail et d’emploi ainsi qu’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

 

Le plan de réduction des tensions de recrutement

Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a annoncé le 27 septembre 2021 un plan de réduction des tensions de recrutement. Ce plan vise à soutenir l’effort de formation des salariés et des demandeurs d’emploi pour favoriser l’accès à des métiers en tension. Les sous préfets ont pour mission de décliner ce plan à l’échelle de chaque bassin d’emploi. Un seul objectif : rassembler les acteurs concernés autour d’un même sujet, la réduction des tensions de recrutement et la construction de solutions concrètes.

Ces actions s’attachent à lever différents freins d’accès à la l’emploi et reposent sur : 

  • la promotion de certains métiers ;
  • le développement des compétences des demandeurs d’emploi en réponse aux besoins des entreprises ;
  • la levée des freins périphériques à l’emploi ;
  • le renforcement des liens entre les acteurs.

 

Margaux Fusilier

Articles RH relatifs

1 commentaire

Daugy Marianne mars 4, 2022 - 1:53

Super article

Répondre

Laisser un commentaire