Quelles bonnes pratiques pour un recrutement inclusif ?

par La rédaction

La diversité est en passe de devenir un véritable critère de différenciation pour toute entreprise. Aujourd’hui, la discrimination à l’embauche signifie aussi que l’entreprise passe potentiellement à côté d’un talent, de la meilleure personne pour le poste. Le ton a été donné par l’opération d’enquête sur la discrimination à l’embauche menée par le gouvernement en 2019 et la récente convocation le 19 juin 2020 de 7 grandes entreprises françaises à suivre une formation de recrutement inclusif. Ce geste montre l’ambition de faire du recrutement inclusif un réel enjeu d’avenir. Marque employeur, e-réputation, fidélisation des salariés, les DRH connaissent certainement déjà les avantages d’un recrutement ouvert à tous. Récapitulatif des bonnes pratiques pour amener plus de diversité dans les équipes.

Faire le point sur son recrutement, est-il inclusif ?

En premier lieu, il est primordial de faire l’état de la situation en fonction de l’entreprise. Mener une enquête interne par des méthodes de testing permet d’arriver à des preuves et donc un point de départ pour faire de la pédagogie et changer les pratiques. L’État a donc choisi de faire un exemple de ces 7 grandes entreprises pointées du doigt pour des pratiques discriminatoires.

Quoi de mieux que de demander leur avis aux premiers concernés ? Invitez les collaborateurs à témoigner sur le sujet via un sondage, une plateforme sur le réseau d’entreprise interne ou encore lors de votre prochain séminaire d’entreprise.

Pourquoi mettre en place le testing en interne ?

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • La correspondance par paire, qui consiste à envoyer des candidatures profilées par courriel.
  • L’audit par couple : deux candidats aux profils ethniques différents à compétences et expériences égales se présentent au même poste.

Une fois la preuve établie, on peut choisir de communiquer les résultats au niveau de l’entreprise ou pas. Dans tous les cas, poser des chiffres et des résultats d’enquête permet de se rendre compte de ses pratiques et de faire de la pédagogie en matière de discrimination à l’embauche. À partir du statu quo, il faudra alors donner l’impulsion pour transformer les modes de recrutement et obtenir de meilleurs résultats l’année suivante. 

Expérimenter avec le recrutement sans CV

Depuis son introduction, le principe du CV anonymisé suscite le débat. Le but de la manœuvre est de centrer l’attention du recruteur sur les informations liées au poste, plutôt que sur le genre, les origines ethniques ou sociales du candidat. Néanmoins, certains le trouvent contre-productif citant :

  1. L’anonymisation des CV est chronophage
  2. Ce format pénaliserait les candidats qui souhaitent mettre à profit leur identité (via Linkedin par exemple) et leurs expériences de vie.

Dans ce contexte, la numérisation du processus de recrutement propose-t-elle des solutions ? Quid des bases de données et des outils de recrutement web ? L’origine, l’adresse ou encore le nom pourraient être invisibilisé par le système pour éviter la disc discrimination à l’embauche.

Recruter dans la diversité, plusieurs voies sont possibles

Parce que chaque organisation est différente, la mise en place de méthodes plus inclusives peut être envisagée en différentes approches, en voici quelques-unes pour les RH :

  • Nommer un responsable diversité au sein du département des ressources humaines, cette personne travaillera étroitement avec les recruteurs et managers.
  • Former régulièrement les recruteurs et les chefs d’équipe à la démarche inclusive
  • Introduire un système de parrainage pour assurer l’inclusion dans la durée lors de la phase d’onboarding. C’est notamment ce que propose le groupe Casino à ses nouvelles recrues en situation de handicap. Les parrains et marraines sont formés via l’e-learning.
  • Se faire accompagner par des spécialistes du recrutement inclusif. La Fondation Mozaik, Nkaliworks, The Allyance, ces organisations peuvent proposer des sessions de sensibilisation et de formation au recrutement inclusif.

La diversité comme stratégie

Qu’implique le recrutement inclusif ? C’est surtout changer les habitudes et ce penchant naturel à se tourner vers quelqu’un qui nous ressemble. D’une manière ironique, dans un monde où les compétences douces et la valorisation du savoir-être du candidat sont en train de prendre le pas sur les compétences techniques, le profilage prendra une tout autre forme. La balle est dans le camp des RH pour déterminer une approche inclusive en fonction de ces nouveaux prérequis.

Mai TREBUIL

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire