Bpifrance prévoit 150 recrutements dans le cadre de la transformation de sa Direction des Systèmes d’Information

par La rédaction

Bpifrance soutient les entreprises françaises pour accélérer leur développement en France comme à l’international, et pour ce faire, le groupe accélère sa transformation digitale. Avec son plan de transformation de la Direction des Systèmes d’Information (DSI) prévu sur 5 ans et démarré en 2018, la BPI prend le virage de la FINTECH.

La transformation structurelle qui s’opère actuellement au sein de la DSI a pour objectif de favoriser son adaptabilité dans un contexte VUCA (variable, incertain, complexe et ambigu), auquel l’entreprise est de plus en plus confrontée (taux négatifs, COVID, digitalisation, contraintes règlementaires…). Dans ce cadre, 150 recrutements auront lieu dès début 2021, et jusqu’à 2023 au service de l’intérêt général, afin de participer à la mission de l’entreprise : Servir l’avenir ! Stéphanie Pouessel, Responsable Ressources Humaines sur le périmètre Finance et Systèmes d’Information, et Philippe Martin, Directeur Technique Groupe, reviennent sur cette importante transformation et la campagne de recrutement à venir.

 

Les enjeux de la modernisation

En préparation depuis 2019, la transformation de la DSI s’est accentuée depuis l’arrivée en juin 2020 du nouveau Directeur des Systèmes d’Information, Lionel Chaine. L’objectif fixé est de parvenir à transformer Bpifrance en une véritable fintech, tout en gardant la grande proximité de l’entreprise auprès de ses clients. Riche d’un réseau bancaire constitué de plus de 50 agences, implantées partout en France et dans les DROM-COM, ce maillage territorial en fait un modèle inédit pour une fintech. Pour cette transformation, plusieurs niveaux de modernisation sont ainsi conjointement menés.

Dans le cadre de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences (GPEC), un important travail a tout d’abord été entrepris pour actualiser le référentiel talents au regard des évolutions métiers amenées par le digital. Un travail qui a permis d’intégrer les nouvelles compétences de demain comme autant de compétences essentielles pour ces métiers de l’IT. Cette transformation organisationnelle de la DSI se traduit également par une modernisation des outils, des pratiques et des méthodes de travail, comme l’introduction au co-développement, mais aussi par la mise en place d’espaces collaboratifs et du flex office, permettant de favoriser les échanges entre collaborateurs et de gagner en agilité pour les équipes de Bpifrance.

Elément central de sa transformation et actuellement en développement, la nouvelle plateforme logicielle de Bpifrance repose sur plusieurs axes : une plateforme technique (IT) destinée à supporter de nouvelles applications, une refonte architecturale, un changement de pratiques et un changement culturel. Quatre chantiers aujourd’hui menés de front.

Par cette nouvelle plateforme logicielle, la DSI souhaite ainsi mettre en place des services d’infrastructure en mode self-service pour les équipes applicatives, afin de rendre autonomes ces dernières sur le cycle de vie de leurs applications : aujourd’hui, Bpifrance en compte entre 400 et 450, portants l’ensemble des métiers comme ceux liés à la garantie ou à l’assurance.

« Cette transformation permettra de refondre l’architecture applicative de Bpifrance, pour la rendre plus modulaire et lui permettre de répondre à de nouveaux enjeux de temps réel et datacentric, mais aussi d’apporter de nouvelles pratiques comme l’infrastructure as code, d’impulser des changements culturels autour de la prise d’initiatives, du droit à l’erreur et de la collaboration, afin que nos collaborateurs continuent de s’épanouir dans leur travail », précise Philippe Martin.

Accompagner la transformation en interne

La formation ayant toujours fait partie intégrante de l’ADN de Bpifrance, l’entreprise a une nouvelle fois privilégié cette voie en investissant fortement pour accompagner ses collaborateurs dans l’évolution des compétences et de l’organisation.

Le travail en mode agile revêt notamment une place prépondérante au sein de cette transformation structurelle : les équipes sont encouragées à prendre des initiatives et à abandonner un modèle en silo, pour bâtir de petites équipes projet leur offrant la latitude nécessaire pour travailler en autonomie et prendre des risques maîtrisés. Une culture du test and learn qui permet de sortir de processus d’études lourdes et chronophages et ainsi éprouver plus rapidement les idées.

Dans le monde variable, incertain, complexe et ambigu que nous connaissons aujourd’hui, il faut être en capacité d’absorber très rapidement les changements. Ce fut notamment le cas pour Bpifrance lors de la crise Covid, lorsque l’entreprise a dû délivrer en 2 semaines les applications permettant à des centaines de milliers d’entrepreneurs en France de souscrire au Prêt Garanti par l’État (PGE), dans le cadre du plan d’urgence instauré par l’Etat. Dans cette situation, un framework, SAFE, a été mis en place pour gérer l’agilité à l’échelle de dizaines d’équipes projet, tout en garantissant la sécurité des données.

Pour accompagner la construction de cette culture de l’agilité et de la réactivité, Bpifrance utilise un wiki, une base de connaissances mise à jour comportant du contenu informatif apporté par l’ensemble des collaborateurs, dans un modèle de social learning. Par ailleurs, et pour encourager la mobilité interne, les collaborateurs de la DSI ont la possibilité de tester de nouveaux métiers au sein de l’entreprise, pour des périodes allant de quelques semaines à quelques mois.

 

150 recrutements nationaux à la DSI d’ici 2023

La DSI comptera 300 collaborateurs d’ici 2023 : un important plan de recrutement est donc prévu sur l’ensemble du territoire.

“L’idée est d’aller chercher les compétences là où elles sont” explique Stéphanie Pouessel. Le staffing de compétences IT a ainsi également été démarré en dehors du bassin parisien, et notamment sur le site de Lille. “L’idée étant de développer un département IT là-bas pour s’ouvrir à des nouveaux bassins d’emploi. » Ce développement en région se poursuivra sur 2021.

Parmi les profils recherchés que l’on trouve sur le site carrière, on retrouve majoritairement des “doers”, les profils de management et de gestion de projet ayant déjà été adressés. Des profils orientés tech donc, que ce soit des développeurs, profils techniques, architectes, spécialistes DATA, cloud, temps réel, ou encore architectures applicatives de type micro service. “Il y a une vraie volonté de reprendre le contrôle technique de la DSI. Si demain Bpifrance souhaite devenir une fintech dotée d’un réseau bancaire, on doit être à l’état de l’art” explique Philippe Martin. Dans tous les cas l’accent sera mis sur les soft skills pour ces recrutements. Avec des technologies en constante évolution, c’est la capacité d’adaptation et de réactivité qui sera décisive pour différencier les candidats qualifiés prêts à rejoindre Bpifrance.

La rédaction de myRHline

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire