13ème édition du Baromètre Expectra des salaires cadres en partenariat avec RegionsJob

par La rédaction

En 2015, léger frémissement du salaire des cadres : + 1,2 % par rapport à 2014

Les cadres ont vu leur rémunération augmenter de 1,2 % cette année par rapport à 2014, selon la 13ème édition du baromètre Expectra, une étude basée sur les salaires réels extraits de 68 780 fiches de paie. Cette progression, bien que supérieure à celle enregistrée l’an passé (+ 0,9 %), signale un léger frémissement. Et ce, en dépit d’un contexte macroéconomique marqué par un chômage toujours élevé et des perspectives de croissance du PIB somme toute assez timides (+ 1 % en 2015 selon les prévisions du gouvernement). Dans ce contexte, la modération salariale reste de mise. Autre signe de l’absence de dynamisme des salaires cadres, les disparités sectorielles se resserrent davantage cette année. Un demi-point seulement (0,5) – contre 0,9 l’an passé –  sépare la filière Ingénierie & Industries, la mieux revalorisée avec une hausse de 1,4 %, de la filière Commerce & Marketing, créditée de la plus faible augmentation constatée en 2015, avec  + 0,9 % seulement. L’étude, enfin, se penche de nouveau sur les salaires des cadres en région et bénéficie cette année de l’analyse des experts de RegionsJob, partenaire de l’édition 2015 du baromètre Expectra des salaires cadres
 

« Après une hausse de 0,5 % en 2013 et 0,9 % l’an passé, la fiche de paie des cadres progresse pour la troisième année consécutive en 2015, avec une hausse de 1,2 %. Même si l’augmentation est modeste, elle confirme une tendance haussière qui s’inscrit dans le sillage d’une conjoncture qui devrait être marquée par un léger rebond de la croissance cette année. Si la prudence est de mise au regard des indicateurs macroéconomiques, somme toute encore modestes, l’analyse détaillée des hausses de salaire des cadres laisse espérer un regain de confiance dans les entreprises. Les plus fortes revalorisations salariales se concentrent en effet sur les ingénieurs, spécialisés en R&D notamment. Ces résultats témoignent d’une volonté de réamorcer la pompe à investissement qui, si elle se diffuse dans le reste de l’économie, devrait à moyen terme profiter à l’ensemble des cadres », déclare Christophe Bougeard, directeur général d’Expectra.

 

Les salaires des cadres aux prises avec une croissance molle

En hausse de 1,2 % sur un an, les salaires des cadres affichent en 2015 une progression modérée.

Evolution du salaire des cadres depuis 2009 – Source : baromètres Expectra des salaires cadres

 

Comment l’expliquer ? Considérons la conjoncture. Celle-ci donne à voir un tableau clair-obscur. Aux bonnes nouvelles du premier trimestre 2015 (croissance du PIB de 0,7 %, selon l’Insee, a succédé la déception d’une croissance nulle (0,0 %) au deuxième trimestre. Soit, au terme du premier semestre, un acquis de croissance de 0,8 %. Sur l’ensemble de l’année, et sauf accident, la croissance devrait sans trop de peine atteindre 1 %. S’il demeure poussif, ce résultat tranche cependant avec le statu quo enregistré de 2012 à 2014 : + 0,4 % de croissance chaque année sur cette période.

Ce contexte macroéconomique plus favorable est de nature à tirer les salaires vers le haut. Mais, compte tenu des ingrédients de la reprise, la hausse des rémunérations ne peut qu’être modeste. L’embellie conjoncturelle, en effet, procède surtout de facteurs externes, tels que la dépréciation de l’euro, la baisse des taux d’intérêts – toutes deux consécutives à l’action de la Banque centrale européenne (BCE) – et le recul du prix du pétrole.

Le rebond des fondamentaux de l’économie française se fait quant à lui toujours attendre. D’avril à juin, la consommation des ménages et l’investissement privé ont ainsi fait du surplace, avec des évolutions respectives de + 0,1 % et + 0,2 %, d’après l’Insee, en retrait par rapport au premier trimestre. De telles progressions sont naturellement insuffisantes pour alimenter une quelconque inflation salariale. Dans ces circonstances, les cadres ont certes vu leur fiche de paie augmenter en 2015 par rapport à 2014, mais dans des proportions mesurées.

Le bilan est également mitigé du côté du pouvoir d’achat. Avec une inflation au point mort – de janvier à juin 2015, l’inflation a atteint une moyenne annuelle de – 0,01 % –, toute hausse de salaire, si faible soit-elle, se traduit mécaniquement par un (léger) gain de pouvoir d’achat. Toujours bon à prendre, pourrait-on penser. Mais une évolution des prix en terrain négatif agit aussi comme un frein sur les rémunérations, entretenant une forme de modération salariale.

Celle-ci se nourrit enfin de la hausse du chômage. Dans un marché de l’emploi qui n’a toujours pas renoué avec les créations nettes d’emploi – cela devrait être le cas fin 2015 – début 2016 –, les salariés font profil bas en matière de prétention salariale. Qui plus est, les salariés sont moins enclins à changer de poste, ce qui contribue à priver la dynamique salariale de carburant.

 

Les 10 meilleures progressions de salaire au plan national

Alors qu’en 2014 le Top 10 laissait la place à un podium hétérogène, avec trois qualifications issues d’autant de secteurs différents (commerce, comptabilité et industrie), le classement 2015 présente un visage différent, beaucoup plus homogène, qui fait la part belle aux ingénieurs. Qu’ils travaillent dans l’industrie ou l’IT, les ingénieurs sont en effet les cadres ayant bénéficié des plus fortes revalorisations salariales. L’ingénieur d’études R&D, que l’on retrouve dans l’industrie ou le BTP, remporte la palme de la plus forte hausse de salaire cadre en 2015, avec une revalorisation de sa fiche de paie de 4,0 %.

Ces résultats semblent témoigner d’une nouvelle dynamique « projet » dans les entreprises et d’une reprise très progressive de la R&D et de l’investissement (actuellement centré sur le renouvellement et la modernisation des équipements). Bref, une évolution qui peut annoncer des auspices plus favorables pour les salaires et l’emploi mais qui devra naturellement se confirmer.

Null

 

À propos d’Expectra
Expectra, filiale Expert du Groupe Randstad France, est le leader en France du recrutement spécialisé de cadres et agents de maîtrise dans les domaines les plus pointus : Informatique & Télécoms, Ingénierie & Industries, Comptabilité & Finance, Commercial & Marketing et RH & Juridique. Chaque année, Expectra réalise plusieurs milliers de recrutements de profils hautement qualifiés en CDI ou Travail Temporaire, exclusivement cadres et agents de maîtrise. Expectra est présent dans 25 grandes villes françaises avec 30 bureaux et départements spécialisés, et 400 consultant(e)s et chargé(e)s de recrutement organisés par ligne d’expertise métiers.

 

A propos du Groupe Randstad France
Le Groupe Randstad France fait partie du Groupe Randstad, deuxième acteur mondial sur le marché des ressources humaines, fondé aux Pays-Bas en 1960. En France, il se place parmi les leaders en matière de services en ressources humaines avec en 2013 un chiffre d’affaires de 2,83 milliards d’euros. En 2013, le groupe (3 800 collaborateurs-trices) aura délégué chaque semaine 62 000 collaborateurs intérimaires et recruté 15 000 professionnels, en s’appuyant sur son réseau national et local de 830 agences et bureaux.

Randstad, qui est engagé depuis plusieurs années dans la lutte contre les discriminations, est la seule entreprise française de services en Ressources Humaines à avoir obtenu les labels « Egalité Professionnelle » (octobre 2008) et « Diversité » (janvier 2009), en reconnaissance des actions menées en faveur de la promotion de la Diversité au sein de l’entreprise.

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire