En dehors d’une augmentation de salaire, 1 DAF sur 2 estime que les salariés souhaitent bénéficier d’horaires plus flexibles

par La rédaction

 

Le bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle constitue un facteur essentiel du bien-être : il est la cause de départ de 18% des salariés. La flexibilisation des horaires souhaités par un nombre croissant de salariés, pourrait être une réponse pour améliorer cet équilibre. Selon une étude* menée par Robert Halfexpert mondial du recrutement spécialisé, outre l’augmentation de salaire, certains avantages sociaux s’avèrent prioritaires aux yeux des salariés.

 

Des horaires de travail plus flexibles et la possibilité de télé-travailler : un besoin des salariés qui se confirme…

Les horaires de travail flexibles ne cessent de gagner du terrain et le télétravail tend à se démocratiser. 

50,5 % des DAF estiment que les salariés voudraient bénéficier en premier lieu d’horaires plus souples et, toujours selon les DAF, 17,5% des salariés auraient également une préférence pour le travail à domicile/télétravail.

En effet, les technologies rendent ces deux options plus accessibles et facilitent la vie de nombreux salariés : aller chercher son enfant à l’école et se reconnecter ensuite de la maison n’est plus une utopie.

Tout comme travailler au calme sur un dossier compliqué qui demande concentration et inspiration.

 

Le facteur pression qui pèse parfois sur les salariés permet à cette formule de gagner en popularité. Il serait même prouvé que profiter de moments « hors cadre »  permet d’être plus efficace.

Ces souhaits des salariés reflètent l’évolution de la notion de lieu de travail notamment chez les jeunes générations. Ce qui importe n’est plus l’endroit où l’on effectue son travail, mais l’environnement dans lequel on exerce son activité. Si travailler chez soi évite des contraintes de transports ou d’horaires trop grandes, les salariés sont prêts à faire entrer l’univers professionnel dans leur sphère privée.

… et qui peut profiter aussi à l’employeur

 

Le travail flexible peut véritablement renforcer la position concurrentielle de l’entreprise sur les marchés au sens large : les dirigeants mobilisent plus efficacement leur personnel en étendant leurs horaires de fonctionnement.

En répondant aux attentes de ce type, l’entreprise a de grandes chances de voir le niveau de satisfaction au travail s’améliorer : les salariés reçoivent davantage de marge de manœuvre et de responsabilité propre, ce quiaugmente leur motivation au travail. Le travail à horaires flexibles contribue aussi à entraîner une diminution de l’absentéisme d’où résultent des économies supplémentaires.

Parallèlement, les offres de flexibilité des horaires et de lieu de travail améliorent nettement la capacité de l’entreprise à attirer de nouveaux collaborateurs et à les retenir. Les trajets domicile-travail et les obligations familiales deviennent évidemment moins problématiques.

« Grâce aux horaires de travail flexibles, les salariés concilient plus facilement travail et vie privée. En satisfaisant ses collaborateurs sur ce point précis, l’employeur peut espérer élever le niveau de motivation et d’implication et, par un effet de domino, réduire les départs volontaires et l’absentéisme », confirme Noémie Cicurel, Directeur OfficeTeam & Robert Half Finance & comptabilité intérimaires. « Des salariés heureux dans un cadre de travail agréable sont généralement perçus positivement par les clients et favorisent l’attractivité de l’entreprise pour recruter les meilleurs talents. »

 

À propos de Robert Half
Fondé en 1948, le groupe Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé temporaire et permanent, est aujourd’hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers de la finance, de la comptabilité, de la banque, de l’assurance, du juridique et du fiscal, de la technologie et de l’assistanat.

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire