Candidats : comment se protéger d’un recruteur indélicat ?

par La rédaction

L’objectif premier de l’entretien d’embauche est de cerner le candidat afin d’apprécier son aptitude à mener à bien les missions qui lui seront confiées et valider ses capacités professionnelles. La raison pour laquelle les recruteurs insistent autant sur le côté humain, très subjectif, et poussent parfois le candidat à sortir de son CV est motivée par une volonté de vérifier les capacités interpersonnelles du candidat. Mais aussi sa prédisposition à adhérer à la culture d’entreprise. De son coté, le recruteur lui aussi, garant de la marque employeur, doit être en accord avec la législation du travail et les valeurs de l’entreprise. Comment fait-on pour se préparer à toutes les éventualités d’un entretien d’embauche ?

 

Préparer un entretien d’embauche avec un recruteur trop curieux : lorsque le fond de l’entretien « touche le fond »

Le recruteur est sympathique, il aborde sa propre vie pour créer une mise en confiance ? Pour autant, il n’est pas dans son droit. Pas besoin de se préparer à ce genre de questions pour votre entretien d’embauche.
Toutes questions liées à votre vie privée, aussi anodines soient-elles sont interdites: Article L1132-1 du Code du travail […son origine, de son sexe, de ses moeurs, de son orientation sexuelle, de son identité de genre, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de la particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une prétendue race, de ses opinions politiques.…].


Exemples de questions interdites :

Vous n’étiez pas préparer à ce genre de questions pour votre entretien d’embauche ?

« Je décèle un petit accent, vous êtes de quelle origine ? »
« Vous êtes toute jeune, quel âge avez-vous ? »
« Vous avez des enfants, vous comptez en avoir dans quelques années ? »
« Avez-vous des soucis de santé? »
« Vous votez à Gauche, je me trompe? »

Exemples de réponses : 

Voici quelques réponses pour vous aider à vous préparer à ce genre d’entretien d’embauche :

« J’apprécie l’intérêt que vous me portez. Je suis une personne plutôt réservée lorsqu’il s’agit de ma situation privée ou familiale. Mais il est vrai qu’une fois le stade professionnel dépassé, je me livre davantage. »

« Je crois savoir qu’une visite de santé est obligatoire pour tout contrat signé en entreprise. La médecine du travail pourra valider mon état de santé, mais pour revenir à ma dernière expérience professionnelle… »

« Je suis intimement convaincue que la religion comme l’opinion politique font partie de la sphère privée. Nous pourrions en discuter des heures, mais ni vous ni moi n’avons ce temps, si vous le voulez bien, recentrons-nous. »
 

Un recruteur impoli : lorsque la forme de l’entretien n’est pas « conforme »

En retard pour l’entretien d’embauche que vous avez préparé, trop occupés pour regarder le candidat dans les yeux, vexants, intimidants, voire menaçants ? Si l’objectif n’est pas de dresser un portrait-robot du pire recruteur dans le monde professionnel ni de diaboliser certaines maladresses, il n’en est pas moins important d’identifier ce type d’agissements, toutes proportions gardées. Mais aussi se préserver ainsi de toute remise en question ou sentiment d’échec. 
Selon l’Observatoire de la santé psychologie au travail, les Français confrontés à des « gens impolis » seraient de près de 35 % (2013-2017). Dans son livre blanc, le cabinet Robert Walters indique également que 36 % disent avoir eu affaire à un recruteur impoli et 24% ont été confrontés à des questions déplacées, sans rapport concret avec le poste ou les compétences liées.

 

Préparer un entretien d’embauche Ghosting: lorsque entretien rime avec « rien »

Un recruteur irréprochable en entretien, peut négliger le suivi, laissant le candidat dans une position d’attente. 86 % des candidats attendent une réponse dans la semaine mais ils sont 79 % à déclarer n’avoir reçu aucun feedback à l’issue de leur entretien. Le candidat a tout intérêt à relancer le recruteur et poursuivre ses démarches.

92 % des candidats relatent leur expérience négative à leur entourage. Des sites comme Glassdoor permettent d’évaluer et de partager son expérience de recrutement. De quoi renforcer la marque employeur ou au contraire lui faire défaut. En effet, 78 % des candidats se disent capables de décliner une offre s’ils estiment le déroulement de l’entretien peu convaincant et 54% jugent que la personnalité des recruteurs est un facteur déterminant dans la construction de leur avis sur ladite entreprise (Robert Walters).

NIHAD H.C

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire