Le bien-être au travail : apprendre à l’optimiser.

par La rédaction

Alors que nous passons en moyenne 8 heures par jour sur note lieu de travail, 6 jours sur 7, autant y être heureux. L’environnement de travail jouera un rôle important sur l’efficacité de l’entreprise pour laquelle vous, et vos collègues, êtes le carburant.

Victime de mal-être, vous ne risquez pas l’excès de motivation, ni de vivre au travail ! Pour avoir une qualité de vie professionnelle, MyRHline vous parle de l’impact général du bien-être au travail et vous conseil afin de prévenir les risques professionnels et psychosociaux.

Le bien-être au travail, qu’est-ce que c’est ?

Généralement confondu avec la santé au travail, le bien-être au travail se définie par le biais de plusieurs facteurs interprofessionnels.

Nous reconnaissons le bien-être au travail par l’intégralité des facteurs pouvant influencer la qualité de vie des employés. Bien qu’il n’existe pas de définition officielle, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) justifie le bien-être au travail comme « un état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d’un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l’autre, les contraintes et les possibilités du milieu de travail. »

L’importance d’être heureux au travail.

Point clé des performances de l’entreprise, le bien-être au travail est essentiel pour les employés et les employeurs. Il faut savoir que des salariés heureux seront 12 % plus productifs qu’un employé stressé qui lui, sera 10 % moins productif et aura du mal à s’épanouir au travail.

Prévention des risques : partie adressée aux employeurs

Il existe 2 catégories de facteurs à prendre en compte.

Les éléments humains, tels que la charge et le temps de travail, facteurs de stress et de fatigue, impactant le bien-être au travail. La reconnaissance, l’esprit d’équipe et l’évolution sont 3 autres facteurs jouant un rôle sur la satisfaction et la productivité des employés. En tant que représentants du personnel, prenez l’initiative de saluer la qualité du travail

Les éléments matériels, tels que le bruit, la lumière, la température et l’ameublement. Autant de facteurs déterminants, si prise en considération, pouvant améliorer leurs qualité de vie. Un employé heureux connaîtra un taux d’absentéisme quasi nul et ne sera pas sujet au brun out.

Amélioration des conditions

Pour améliorer les conditions de travail et motiver votre équipe, penchez vous premièrement sur le ressenti des salariés. Évitez de fatiguer vos salariés sera la tâche principale. En effet, écoutez vos salariés quant aux horaires, la charge de travail ou encore la prise de congés. Personne ne fonctionne sous le même régime et il est important de savoir que certains seront plus « du matin » et d’autres, « de l’après-midi ». S’adapter à chaque individu mais aussi innover, en optant pour le télétravail aura pour effet une réduction du stress et du temps passer dans les transports pouvant être utiliser à bon escient pour leur travail à domicile tout en ayant un équilibre ente vie professionnelle et vie personnelle.

Aussi, pourquoi ne pas proposer des espaces de discussions ? Composés de baby-foot, d’une machine à café et d’autres divertissements. Tel est la politique RH du géant Google qui n’a rendu que plus heureux ses salariés au travail.

Les relations sociales : partie dédiée aux travailleurs

Un individu passe près de 35 heures sur son lieu de travail, il lui est donc essentiel de s’y sentir bien et entretenir un sens humain qui auront un impact évident sur la productivité. Le dialogue social et l’ambiance de travail apportent ainsi de nombreux avantages ayant tendance à renforcer le bien-être.

Bien sûr, s’entendre avec tout le monde est impossible, mais en revanche, il est possible de garder une bonne ambiance et un climat social. Il est bien plus agréable de travailler dans la bonne humeur et où chaque travailleur est intégré. Ainsi, cette intégration va se jouer grâce à vos collègues, mais surtout grâce à votre volonté. Évitez donc les commérages, prenez part aux conversations et aux sorties, prenez vos pauses déjeuners avec vos collègues, etc.

Adeline CERCUS

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire