Case study : Randstad, le matching par la conversation

par La rédaction

Randstad dévoilait en février 2019 le lancement de son chatbot intelligent : Randy. Cet assistant virtuel utilise l’intelligence artificielle pour présélectionner les candidats grâce à la conversation, avant même l’étape du CV. Il a été testé pendant 1 an dans 12 départements avant d’être déployé au niveau national pour 650 bureaux en France, son lancement a été couronné de succès.

Un chatbot dans un contexte de matching

Au lieu de se contenter de poser quelques questions génériques avant de réorienter le candidat vers un conseiller, le chatbot a pour vocation de proposer une expérience de gamification aux candidats. Le processus de recrutement ne démarre donc pas par la création d’un profil ou l’envoi d’un CV, mais par une conversation qui permet de déterminer le lieu de recherche du poste et les compétences du candidat, afin de l’orienter vers les meilleurs matchs en termes de recruteurs. Randy amène par ailleurs des tests de personnalité de façon ludique au fil de la conversation, ainsi que des tests métier. Par ailleurs, à la fin de la conversation, le bot attribuera une note invisible au candidat afin d’indiquer aux recruteurs le niveau d’intérêt de son profil en fonction de la demande disponible sur le marché.
 

L’intelligence artificielle pour allier sourcing et matching 

Le chatbot, accessible par Facebook Messenger et sur la plateforme web de Randstad, permet de venir à la rencontre des candidats à n’importe quelles heures, notamment hors heures travaillées. Aux derniers chiffres communiqués, Randy comptabilisait 90 000 conversations en Août et avait pu évaluer environ 10 000 candidatures. Il propose aujourd’hui une série de jeux cognitif, afin d’évaluer les soft skills des candidats. L’objectif de Randstad est de faire monter le chatbot en compétences, afin d’y ajouter de l’intelligence émotionnelle, de la voix et de la vidéo, et d’accompagner les candidats dans le processus de recrutement.
 

Un outil déployé dans les filiales du groupe

Ausy, la filiale SSII du groupe Ranstad, a intégré plus récemment l’outil dans sa stratégie de recrutement. Il permet de tester et évaluer plus de candidats que les 4000 candidatures spontanées ordinairement comptabilisées par an. La société a d’ailleurs l’ambition d’élever le chiffre des candidats évalués à 20 000. Pour ce qui concerne la partie “test”, les profils sont actuellement évalués sur la base de leurs compétences autour des langages Java, C# et PHP. L’objectif du groupe est de développer l’outil pour couvrir 80% de ses besoins en termes de recrutement.
 

Création d’une base de candidats riche et qualifiée

Les 10 000 candidatures comptabilisées constituent pour Randstad un gain de temps non négligeable, notamment car ces candidats viennent nourrir une base de données qui constitue un vivier de recrutement pour le groupe. L’objectif de Ranstad est de continuer à faire apprendre des nouveaux métiers à ce bot, et de permettre de poursuivre les interactions avec le candidat au-delà de la phase de matching, durant les étapes de recrutement suivantes et jusqu’à la signature du contrat.
 
Sources : 

 
Mélanie Le Guen

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire