Comment le numérique responsable renforce la confiance numérique

par rh_dev

Confiance numérique ? Aujourd’hui, le numérique est présent partout au quotidien. Malgré leur praticité, les outils digitaux font néanmoins l’objet d’une méfiance de la part des Français. Rien de plus normal alors que de constater que depuis quelques années, le sujet de la confiance numérique est de-venu un enjeu majeur pour de nombreuses entreprises.

 

La confiance numérique, un enjeu majeur dans l’adoption des services digitaux par les équipes

Selon le dernier baromètre de l’Acsel  seulement 42 % des Français disent avoir confiance en Internet et les services informatiques.

Ce manque de confiance numérique pousse d’ailleurs 80 % des utilisateurs à mettre en  place des stratégies d’évitement ou de sécurisation de leurs données lorsqu’ils utilisent Internet (effacement des cookies; vidage du cache du navigateur, ad bloqueur, utilisation de fausses adresses mails ou de données erronées, …).

C’est également ce manque de confiance qui peut inciter certains salariés à refuser la dématérialisation des bulletins de paie par exemple. Les principaux motifs de refus sont en effet le manque de confiance dans la sécurité de ce document sensible et dans les outils numériques en général (Sondage Digiposte – La dématérialisation des bulletins de paie et vous, 1124 répondants salariés, juillet 2020)

 

Pour une entreprise, outre la gestion des données à caractère personnel, l’enjeu de la confiance numérique est de taille :

  • Inclusion numérique : il existe de grandes disparités (fonction de l’âge, des usages, du métier de chacun) face aux outils numériques ; porteuses du corps social, il donc est primordial pour les entreprises d’embarquer l’ensemble de leurs collaborateurs.
  • Image de marque : à l’heure actuelle, qu’il soit question d’image de marque ou d’attractivité employeur, la transformation numérique est au cœur des enjeux de notoriété et de visibilité des entreprises.
  • Intérêt économique : comme toute entité business, les entreprises cherchent à réduire les coûts « inutiles » et à gagner en productivité, elles favorisent donc en ce sens, l’automatisation d’un certain nombre de tâches chronophages – facilement remplaçables par des outils numériques – permettant également de gagner du temps ou encore l’utilisation de solutions facilitant la communication et le travail collaboratif.

 

Redonner confiance dans les outils numériques, pour développer et optimiser leurs usages tout en évitant la fracture numérique au sein de l’organisation, est un enjeu majeur. Mais sur quels éléments reposent réellement la confiance numérique et comment la faire évoluer ?

 

Le numérique responsable, un attribut essentiel de la confiance numérique

Les éléments techniques

Un premier levier de la confiance numérique est relatif aux questions de sécurité et confidentialité des données, qui reposent sur des éléments techniques et organisationnels de réassurance.

 

On peut notamment distinguer 3 parties :

  1. L’identification de l’utilisateur : comment s’assurer que la personne qui se connecte est bien celle qui doit se connecter, comment connaitre l’identité de la personne en ligne… (grâce à l’authentification double facteur, par exemple).
  2. La transaction numérique : comment s’assurer de la validité juridique de l’action effectuée et du consentement donné, par exemple pour une signature électronique, comment assurer la traçabilité et l’intégrité des transactions numériques (notamment via l’horodatage et les certifications d’authenticité).
  3. La conservation : comment conserver les documents numériques dans la durée, en assurant leur intégrité, en toute sécurité et confidentialité (avec des procédés de protection informatique comme le chiffrement des données).

 

Ces éléments constitutifs de la confiance numérique sont tributaires des évolutions normatives, sécuritaires, technologiques et organisationnelles. Mais aujourd’hui, la confiance numérique va beaucoup plus loin.

 

Les éléments éthiques et sociétaux

Au-delà des éléments techniques et organisationnels permettant d’assurer la sécurité et la confidentialité des accès et des données, d’autres dimensions interviennent dans la confiance numérique, qu’on peut regrouper sous l’expression « numérique responsable ». La façon dont l’entreprise utilise au sens large le numérique contribue à la confiance numérique.

Concrètement, les services numériques responsables d’aujourd’hui doivent apporter une réponse claire aux questionnements écologiques mais également éthiques et sociétaux.

 

C’est dans ce spectre que l’on retrouve – entre autres – le traitement des données sensibles ou confidentielles (RGPD) ainsi que les politiques d’inclusion numérique, dont   l’amélioration de l’accessibilité (RGAA) fait partie, ou encore les démarches de greenIT et d’éco conception, vers un numérique raisonné

 

C’est le cas de Digiposte !

 

Digiposte – le service numérique responsable de confiance

Digiposte est une solution de coffre-fort numérique mise à disposition des salariés pour recevoir et conserver leurs bulletins de paie et autres documents RH sous format numérique. La sécurité et la confidentialité des données est bien sûr clé, et la confiance indispensable pour assurer son adoption.

Concernant la sécurisation des données, nous mettons en place de nombreuses mesures techniques, fonctionnelles et organisationnelles pour y répondre. En voici quelques exemples non exhaustifs :

Nous hébergeons nos solutions en France (où les droits français et européens s’appliquent). Notre coffre-fort numérique est aussi conforme à la norme ISO 27 001, et respecte les modalités de mise en œuvre du service de coffre-fort numérique définis par les décrets de 2018 sur le service de coffre-fort numérique.

Nous assurons le chiffrement des documents et données, et proposons une authentification sécurisée (double authentification, TOTP – mots de passe uniques utilisables une seule fois et limités dans le temps, historique des connexions), ainsi qu’une parfaite traçabilité des documents qu’il abrite. Le coffre-fort Digiposte est audité fréquemment (3 à 4 audits par an) afin de tester la fiabilité et le niveau de sécurisation de ce service numérique.

 

A noter également que La Poste a mis en place un Charte Data qui pose les enjeux et les principes d’un usage respectueux des données.

 

La confiance dans ce service de La Poste passe également par notre engagement environnemental et sociétal.

La Poste compense 100% de ses émissions carbone depuis 2012 sur ses activités numériques. Digiposte est engagé dans une démarche d’éco conception, a réalisé des analyses de cycle de vie pour identifier les principaux impacts environnementaux du service et les réduire, et réalise des formations régulières des équipes sur le sujet.

Digiposte a réalisé des efforts importants en termes d’inclusion numérique, avec une démarche UX pour simplifier au maximum l’usage du service et aussi l’atteinte d’un niveau d’accessibilité supérieur à 85% sur le RGAA, pour les personnes en situation de handicap.

 

Pour réussir votre transformation numérique, faîtes vous accompagner par des acteurs qui favorisent la confiance numérique et notamment le numérique responsable. Limitez ainsi votre impact sur l’environnement, sécurisez l’utilisation des données de vos employés et clients, réduisez la fracture numérique interne et valorisez ainsi votre image employeur

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire