Résultats étude Professionnels RH comment allez-vous ?

par rh_dev

Nous avons mené l’étude “Professionnels RH comment allez-vous ?” auprès de 632 salariés de la fonction RH en octobre 2021 pour mesurer leur état de forme actuel, en partenariat avec Moodwork, Pearson TalentLens et notre confrère My Happy Job.

La fonction RH a été mise en première ligne pendant la crise du Covid19, le moral des professionnels des ressources humaines a été directement impacté, découvrons les résultats ci-dessous.

 

Le replay des résultats de l’étude étude Professionnels RH comment allez-vous ?

Nous étions en compagnie de :

  • Léopold Denis, Co-fondateur de Moodwork, Directeur Associé de My Happy Job by Moodwork, Administrateur du Lab RH
  • Fabienne Broucaret, journaliste, spécialiste des questions de société et de psychologie. Après dix ans passés dans la presse magazine et Internet, elle décide de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale en créant My Happy Job.
  • Zwi Segal, co-auteur des solutions MOTIVA, Docteur et professeur en psychologie
  • Et animé par Christophe PATTE, Directeur de la rédaction de myRHline.com

 

Ce que nous dit étude Professionnels RH comment allez-vous ?

77% des sondés se déclarent « très fatigués »

L’enquête révèle une inquiétante dégradation de la santé mentale des professionnels des RH sur toute la France. Ni la taille de l’entreprise, ni le sexe, ni le statut du RH n’interfèrent dans ce résultat. C’est un constat général et national. Depuis la pandémie, en plus de toutes les nouvelles tâches à accomplir, ils ont dû davantage se focaliser sur l’humain. Le Covid19 ayant ébranlé le moral de la globalité des français, les professionnels RH sont devenus plus que jamais leur coach. Les obligeant à les accompagner dans leur vie professionnelle et dans leur vie personnelle. Mais qui s’est occupé de la santé mentale des professionnels RH ?

“les RH se sont occupés de tout le monde pendant la crise mais personne ne s’est occupé d’eux”.

Zwi Segal, co-auteur des solutions MOTIVA, Docteur et professeur en psychologie

Ce rôle aurait pourtant dû être assuré par la direction.

C’est en réalité un double marathon que les professionnels des RH ont dû gérer. En effet, ils ont aussi dû réussir à gérer leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Les répondants sont à 85% des femmes et pour la plupart âgées de 30 à 35 ans. Elles ont potentiellement des enfants et ont dû mener une double charge mentale. Il a alors fallu gérer une vie de famille, des collaborateurs désemparés, ainsi qu’un métier en pleine transformation digitale.

Léopold DENIS, Co-fondateur & COO de Moodwork

Ces efforts très intenses pour adapter l’environnement de travail et la vie personnelle les ont encore davantage épuisés psychologiquement et physiquement.

 

Vers une déconnexion de la vie de l’entreprise …

59,5% des sondés déclarent avoir une vision peu claire de la direction que poursuit l’entreprise. Il existe des problèmes entre la direction de l’entreprise et les ressources humaines. D’ailleurs, lorsque l’on demande aux professionnels RH les dysfonctionnements de leurs entreprises, ils évoquent pour la plupart un manque de communication et une direction trop bureaucratique. Ainsi, 63 % des sondés déclarent que leur manager ne se comporte pas suffisamment en coach efficace avec eux. Les professionnels RH trouvent que les moyens mis en place pour eux sont insuffisants.

il y a un fort décalage entre la manière d’exercer ce travail de RH et la manière dont les RH ont le sentiment de pouvoir l’exercer au quotidien. Et ça, c’est une vraie source de mal être et d’usure. Et ça, ça épuise parce que je pense qu’on va peut être parfois sur-engager pour y arriver pour au final ne pas avoir les résultats qu’on voudrait.

Fabienne Broucaret, fondatrice du média my happy job

 

… et un manque de reconnaissance de la part de l’entreprise

39% expliquent avoir le sentiment que les salariés n’ont pas de reconnaissance pour la fonction RH dans leur entreprise. Ce manque de reconnaissance pour leur fonction et leur travail peut générer un désengagement irréversible.

les RH en France sont obligés de s’attarder sur l’administratif alors que ce n’est pas le cas dans les pays anglophones. C’est l’exemple de Steve Ballmer chez Microsoft. Il était DRH et est devenu après le PDG, un phénomène comme ça, ce serait assez rare en France, qu’un DRH devienne le PDG d’une société de cette taille

Zwi Segal, co-auteur des solutions MOTIVA, Docteur et professeur en psychologie

C’est aussi ce manque de projection et ce positionnement qui démotivent les professionnels des RH.

 

Des envies de départ

En effet, si presque un professionnel RH sur deux pense à changer de métier (48% des sondés), 20% ont engagé des recherches plus approfondies (entretiens, envois de CV, …).

Même si ce chiffre peut paraître alarmant, le Covid19 a bouleversé les vies et donc les priorités de la plupart des individus. Ce chiffre est finalement assez similaire à ce que l’on constate au niveau mondial pour la quasi-totalité des salariés.

 

Les RH aiment leur job mais ont un défaut notable

82,2 % des sondés déclarent donner le meilleur d’eux-mêmes pour leur entreprise

Même si les RH sont sur la ligne de front depuis bientôt 2 ans et que peu de reconnaissance leur est octroyée, ils aiment leur métier. Mais les professionnels RH ont un défaut, ils ne savent pas se vendre en interne.

Le manque de considération ressenti n’est pas lié à leur travail, il est lié à un manque de connaissances de la part des salariés, on entend souvent dans l’entreprise : les RH : ils ne foutent rien ! La fonction RH manque cruellement de marketing interne pour informer de ses missions et de ses succès

Christophe PATTE, Rédacteur en chef de myRHline

il serait intéressant de créer un vie ma vie dans l’entreprise pour que les salariés viennent passer une journée avec les RH pour comprendre ce qu’ils font vraiment et ce qu’ils apportent à l’entreprise

Fabienne Broucaret, fondatrice du média my happy job

 

La conclusion de étude Professionnels RH comment allez-vous ?

L’épuisement physique et moral de la fonction RH consécutive à la gestion de la pandémie ne doit pas être prise à la légère. Les ressources humaines sont la pierre angulaire du bien-être au travail, c’est pourquoi il est capital de leur redonner rapidement toute leur place.

Christophe PATTE, Rédacteur en chef de myRHline

 

Cette enquête est un puissant révélateur de la dégradation de la santé mentale des responsables RH partout en France, et dans tous types de structures. Si la pandémie a en effet été un facteur de cette dégradation, l’enquête révèle également une mise à distance des fonctions RH qui se ne retrouvent plus dans la stratégie et le fonctionnement de l’entreprise. C’est pourquoi chez Moodwork, nous avons décidé d’accompagner gratuitement tous les responsables RH qui le souhaitent en mettant à leur disposition tous nos outils digitaux afin qu’ils soient en condition de débuter l’année 2022 avec fierté et confiance !

Léopold DENIS, Co-fondateur & COO de Moodwork

 

Les chiffres de cette enquête témoignent d’un constat national. La taille de l’entreprise, le sexe, le statut des salariés n’interfèrent en rien les résultats. C’est donc une tendance générale qui fait état d’une fatigue et d’une charge mentale démultipliée sur les professionnels RH par la crise sanitaire. Il faut alors renouer le contact et régler les problèmes de communication pour que les RH se sentent mieux dans leur travail et reconnus.

Pour accompagner les DRH, Moodwork leur offre un accès gratuit à sa solution, vous pouvez vous renseigner directement sur leur site.

 

Téléchargez le rapport d’étude complet

  •  

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire