Prime macron 2021 pour tous les salariés : la pilule ne passe pas

par La rédaction

La nouvelle a été annoncée le 15 mars dernier. Après quatre longues heures de débat lors de la troisième Conférence sociale, Jean Castex a tranché. En 2021, la quasi-totalité des salariés pourra bénéficier d’une prime “Covid”, comme certains en avaient déjà profité en 2019 et 2020. La surprise aurait dû plaire au plus grand nombre, et pourtant, les avis sont mitigés.

Qui pourra prétendre à la prime Macron 2021 ?

En 2019, certains salariés avaient eu la chance de recevoir une prime exceptionnelle, au lendemain du mouvement des Gilets Jaunes. Cette prime dite “Prime Macron” avait été reconduite en 2020, après une année en proie au Covid-19. Aujourd’hui, ce coup de pouce est réitéré, principalement pour récompenser et aider les travailleurs de la deuxième ligne touchant un bas salaire. “Ceux dont la présence au travail s’est avérée indispensable pour assurer la continuité économique du pays tout au long de la crise”, a assuré Jean Castex. Vendeurs, caissiers, transporteurs, éboueurs, aides à domicile, et bien d’autres pourront donc prétendre à nouveau à la prime Macron. Le montant, initialement de 1000€ maximum, pourra être augmenté jusqu’à 2000€ pour les entreprises et les branches “qui auront soit conclu un accord d’intéressement d’ici la fin de l’année, soit ouvert une négociation sur la valorisation des métiers”.

Mais si les travailleurs de seconde ligne sont privilégiés, la totalité des salariés français pourra en être bénéficiaire. Sous certaines conditions cependant puisqu’il ne faudra pas dépasser un certain niveau de salaire qui, les années précédentes, s’élevait à moins de trois fois le SMIC.

Ces employeurs qui ne pourront pas verser la prime à leurs salariés

Si la prime Macron est vendue comme étant accessible à tous (ou presque), il sera finalement libre à l’employeur de faire comme bon lui semble. Libre à lui de verser, ou non, à ses salariés la prime défiscalisée et exonérée de cotisations sociales. Et parce que justement son versement n’est pas obligatoire, certains employeurs ont d’ores et déjà décidé de ne pas la donner. Effondrement du chiffre d’affaires oblige. De janvier à septembre 2020, le chiffre d’affaires des magasins physiques a baissé de près de 20% en France. Plus encore les mois qui ont suivi, et ce pour de nombreux corps de métier. En 2020, le PIB français a diminué de 8,3%. Soit la plus forte diminution observée depuis la Seconde Guerre mondiale. “Les entreprises ont vécu leur pire année”, confie Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, au micro de franceinfo. Beaucoup d’entre elles ne pourront donc pas verser la prime à leurs salariés selon celui qui met en garde contre une “désillusion”.

Sébastien Bazin, PDG du groupe hôtelier Accor, en est l’exemple parfait. Mercredi 24 mars, il se confiait sur franceinfo et affirmait être “incapable” de verser la prime Macron à ses salariés. “J’en ai marre qu’on revienne avec cette prime qui devait être extraordinaire”, continuait-il. Malgré tout, Sébastien Bazin l’assure, il remerciera ses collaborateurs “à sa manière”, en leur offrant des séjours ou des voyages par exemple.

En 2020, seuls 6,2 millions de personnes avaient pu profiter de cette prime sur les 25 millions de salariés français. Avec bien souvent un montant bien inférieur au 1000€ possibles. Alors, cette année encore, la crise économique empêchera-t-elle les entreprises de verser la prime exceptionnelle à leurs employés ?

La rédaction de myRHline

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire