Gamification : disrupter permet de résoudre l’énigme du recrutement

par La rédaction
.

Matthis Pierotti est le CEO de Origamix, start-up qui rend les process de recrutement plus rapide et plus efficaces par la gamification. Lors du salon Game All Over qui se tenait près de Lille, le cabinet LLR a fait un retour d’expérience de la gamification proposée. Ce cabinet spécialisé dans le conseil en propriété industrielle, recherche des profils ingénieurs très rares qui sont difficiles à attirer. Ainsi, le directeur de LLR, souhaite utiliser la gamification pour se différencier des concurrents. Mais pas seulement, aussi pour ne pas se tromper dans le choix de ses nouveaux collaborateurs.
 

Problématiques d’origine et rencontre

Les profils d’ingénieurs recrutés par le cabinet LLR sont des véritables stars sur le marché. Il peut parfois ne s’en présenter qu’un seul. De nombreuses entreprises sont donc intéressées par ces candidats. Ainsi, il faut pouvoir se différencier par rapport aux autres pour recruter. Ce qui fait la différence de manière générale, c’est la marque employeur de l’entreprise et l’expérience candidat. La réflexion simple, le cabinet travaille dans le secteur de l’innovation alors il faut innover dans son propre management.
Ainsi, la société a souhaité mieux connaître les candidats qu’elle rencontrait. L’objectif secondaire était de prévoir la faculté d’intégration des candidats dans l’entreprise. En effet, les savoir-être des candidats sont tout aussi importants que les savoir-faire. En effet, les profils ingénieurs sont certes très pourvus en savoir-faire, mais la fonction recherchée par le cabinet nécessite également d’autres qualités. C’est ainsi que la société fait appel à Origamix pour gamifier son processus de recrutement.
 

Mise en place de la gamification

La société a donc souhaité mettre en place un jeu permettant de tester les comportements des candidats. Le jeu a traduit les valeurs de l’entreprise mais de façon logique. De plus, les candidats sont souvent mis à l’essai durant une période de 4 mois après l’entretien. Un temps assez court pour évaluer la capacité d’un candidat à s’intégrer dans l’entreprise. Le jeu permet une assistance pour prendre une décision au bout de la période d’essai. Origamix propose en quelque sorte une solution de matching candidat.
Le jeu repose sur des études scientifiques permettant d’évaluer les softs skills des candidats. Ainsi, après l’entretien physique réalisé par l’entreprise, cette dernière transmet le CV des candidats à Origamix pour organiser une rencontre avec ce dernier. Suite au test réalisé par le candidat, le prestataire fournit un rapport avec une note de matching. De plus, il ajoute les conclusions sur le profil du candidat et la façon dont il s’est comporté durant le jeu. Ainsi, les notes reposent sur 3 critères : la résistance au stress, le rôle dans l’encadrement, ou encore le comportement par rapport à la diffusion d’un savoir-faire de l’équipe de travail. Ainsi, l’employeur a pu remarquer des corrélations ou des écarts entre les entretiens et les résultats obtenus.
 

Les bénéfices de la gamification dans le recrutement

Le jeu propose un éclairage différent sur le recrutement. En effet, les doutes que le recruteur a pu avoir lors de l’entretien, peuvent être confirmés ou non par le jeu. Néanmoins, le candidat ne doit pas voir la gamification comme une inquisition pour donner des infos sur son caractère qu’il ne souhaite pas forcément divulguer. C’est un moyen ludique et fun pour le candidat de montrer ses qualités à l’employeur. De plus, c’est un véritable bonus pour la marque employeur de l’entreprise. En effet, même les candidats qui n’ont pas fait le choix de ce cabinet se sont servi des résultats de ce jeu pour leur carrière. Origamix propose ainsi des jeux pour le recrutement, l’assessment, la marque employeur de l’entreprise. Elle organise également des chasses aux trésors urbaines.
 
Timothée DECAUDIN

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire