Article sponsorisé

Comment le blended learning révolutionne la formation

par La rédaction

Depuis avril 2020, la priorité pour les responsables formation et les services de ressources humaines face à la crise est de digitaliser leurs dispositifs tout en préservant l’efficience pédagogique. Et pour cela, le blended learning s’avère être le format idéal. L’organisme de formations Skillsday vous explique tout.

Du blended classique au blended 100% digital

Jusqu’en mars 2020, le format blended était défini comme un mix entre modalités pédagogiques digitales et présentielles. Par exemple, une formation mobile learning ou e-learning était suivie d’une journée avec un formateur pour mettre en pratique les nouveaux acquis.

Puis, le confinement est arrivé. Et avec lui la mise en place renforcée du FNE pour permettre aux entreprises de continuer à former leurs collaborateurs pendant leurs heures de chômage partiel. Le présentiel étant devenu impossible, la formation distancielle a pris le relais et le blended s’est adapté pour devenir 100% digital.

Quelles sont les modalités pédagogiques d’une formation mixte ?

La force d’une formation en blended, c’est la large palette de modalités d’aprentissage qu’elle offre.

  • Mobile learning
  • E-Learning
  • Classe virtuelle
  • Coaching individuel
  • Coaching entre pairs
  • Webinaires
  • Etc.

Le formateur peut ainsi personnaliser chaque parcours de formation et choisir les meilleures modalités en fonction des objectifs métiers de ses apprenants.

La temporalité a également son importance. Contrairement à la formation présentielle qui s’étale sur une ou plusieurs journées, le blended propose des modalités réparties sur plusieurs semaines. Elles peuvent être synchrones (classe virtuelle, coaching..) ou asynchrones (mobile learning ou e-learning), alternent entre apprentissage et entraînement (jeux de rôles, mises en situation, challenges…), privilégiant ainsi un ancrage mémoriel optimum.

Et l’apprenant dans tout ça ?

Si la formation évolue, le rôle de l’apprenant aussi. Alors que le formateur était le seul jusqu’à présent à apporter le savoir et connaître les bonnes postures, les choses changent aujourd’hui.

L’apprenant devient acteur de sa formation. Avec le mobile learning par exemple, il doit faire preuve d’autonomie. Comme son temps d’apprentissage est libre, il peut se former où il veut et quand il veut, revenir en arrière, refaire les activités d’ancrage, obtenir des badges, tester ses connaissances ou encore défier ses collègues dans des quiz…

Cette phase plus théorique va aussi lui permettre de prendre de la hauteur et réfléchir à sa propre expérience. Lorsqu’il arrive à l’étape suivante, une classe virtuelle par exemple, il a déjà en tête la partie théorique, il sait ce sur quoi il doit travailler. Il peut avoir noté des questions précises pour le formateur qui va alors pouvoir se concentrer sur la mise en pratique. La séance gagne alors en efficacité et en productivité.

Le blended learning favorise également l’intelligence collective et le feedback entre pairs. À distance, certaines personnes se sentent plus à l’aise pour s’exprimer librement et échanger des idées. Au formateur de créer cette confiance rapidement pour tirer le meilleur de la dynamique de groupe.

Un exemple de parcours de formation hybride

Skillsday a créé de nombreux parcours en blended. Voici un exemple mis en place pour l’un de ses clients :

Sur trois mois, les apprenants sont montés en compétence grâce à un enchaînement de modalités créées sur-mesure pour eux. Ce parcours a permis de conserver leur engagement intact tout au long du processus et aussi renforcer l’esprit d’équipe.

La formation blended learning a démontré ces derniers mois que le digital est une force et qu’elle peut remplacer le présentiel quand celui-ci ne peut être implémenté.

Pour en savoir plus sur les parcours de formation réalisés par Skillsday et le retour d’expérience de leurs clients et de leurs apprenants, découvrez leur podcast “Le jour d’avant”.

Agnès Boisliveau

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire