Conférence d’Emmanuel Macron : quels impacts pour les RH ?

par La rédaction

Hier s’est tenue la conférence de presse du Président de la République. Pendant plus de deux heures, il est revenu sur les points qui avaient déjà fuité après l’incendie de notre-Dame, mais pas que. Pour la première conférence de presse de son quinquennat, il a répondu à 15 journalistes sur divers sujets allant de l’indexation des retraites aux mesures pour le climat. Malgré sa volonté de calmer la crise des gilets jaunes, E. Macron est resté trop imprécis pour beaucoup de Français. Nous revenons sur les mesures phares évoquées, notamment celles qui concernent les entreprises…

En ce qui concerne nos amis RH…

  • La justice fiscale

Le Président a fait part de son souhait d’améliorer la justice fiscale. Comment ? Pour commencer, il envisage de baisser significativement l’impôt sur le revenu. Il évoque ainsi une baisse supplémentaire de “5 milliards” d’euros. Cette baisse conséquente sera financée par la suppression de “certaines niches fiscales” des entreprises. Il a aussi partagé sa volonté de ne pas revenir sur sa décision de suppression de l’impôt sur la fortune. En revanche, il compte évaluer d’ici 2020 les répercussions économiques de sa suppression.

  • La prime exceptionnelle

Autre mesure importante pour nos amis RH : la prime exceptionnelle défiscalisée versée par les entreprises sera pérennisée. Elle sera destinée aux salariés touchant jusqu’à 3600 euros net mensuels. Comme l’avait déjà annoncé le projet de discours du Président, elle sera désormais “ouverte aux employeurs chaque année”. Peuvent la toucher les employés qui seront dans les effectifs de l’entreprise au 31 décembre ou à la date de versement de la prime si elle est distribuée entre le 11 et le 30 décembre. Le montant peut varier en fonction : du statut des salariés ; du niveau de rémunération ; de la durée de présence au sein de l’entreprise et enfin du nombre d’heures travaillées par semaine.

  • Les retraites

Les retraités sont nombreux parmi le mouvement des gilets jaunes. Ils souhaitaient voir leurs revenus à la hausse car beaucoup sont en situation de précarité. La réponse de Macron :«Au 1er janvier prochain, je souhaite que nous réindexions les retraites de moins de 2000 euros.» Le Président français a aussi précisé qu’il n’y aurait “plus de sous-indexation de quelque retraite que ce soit à partir de l’année 2021”. Les retraités touchant de plus de 2000 euros seront donc réindexées en fonction de l’inflation à partir de 2021. La mesure pourrait coûter cher à l’état, mais elle permettra de redonner du pouvoir d’achat à ces Français qui n’arrivent plus à boucler leurs fins de mois.

Et pour le reste…

Le Président a aussi abordé des problématiques liées aux institutions, à la démocratie ou encore au climat. Il a écarté le référendum d’initiative citoyenne réclamé par le mouvement des gilets jaunes. Mais il s’est voulu rassurant envers les citoyens en déclarant vouloir aller plus loin dans le référendum d’initiative partagée, qui permet à des citoyens d’appeler à un référendum pour soutenir une proposition de loi. Il prévoit ainsi de passer de 4 à 1 million le nombre de signatures requises pour le déclencher.
Il a aussi confirmé hier soir que l’Etat enverra « 150 citoyens tirés au sort » au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Le chef de l’Etat a aussi rejeté le vote obligatoire ainsi que la prise en compte du vote blanc.
Pas de décision concrète concernant l’écologie. En revanche, le conseil de participation citoyenne évoqué précédemment abordera également les questions environnementales. De plus, une taxe carbone aux frontières et une « finance verte plus ambitieuse » verront le jour . Il veut également« présider de manière régulière un Conseil de défense écologique ».
Emmanuel Macron a confirmé vouloir supprimer l’ENA avec pour objectif de « bâtir quelque chose qui fonctionne mieux ». Il prévoit cependant de garder le personnel ainsi que les locaux :« Il faudra garder les locaux, les gens qui y travaillent mais je ne crois pas sur ce sujet au rafistolage ». L’établissement, qui forme les cadres de l’Etat depuis soixante-treize ans, a perdu de sa représentativité sociale. Le but de cette mesure est également de donner un coup de jeune à l’école, qui peine à donner envie aux étudiants de consacrer toute leur future carrière à l’Etat.
Par souci de simplification au niveau administratif (CAF, mission locale, préfecture, mairie…), il a aussi annoncé que différentes entités publiques pourraient être regroupées en des lieux appelés “France Service”. Le gouvernement mettra en place ces lieux dans chaque cantons d’ici la fin du quinquennat.

La réaction des gilets jaunes

Des représentants des gilets jaunes ont réagit aux annonces de Macron. Beaucoup reprochent à ce dernier son imprécision sur certain points, notamment au sujet du pouvoir d’achat des Français.
Pour résumer, la conférence de presse, qui était censée calmer le jeu, n’a pas satisfait les manifestants qui repoussent les protestations dans la rue. « Tout est repoussé, tout est vague, rien n’est précis, donc samedi on lui montrera que nous aussi on sait faire les choses en profondeur et le 1er mai aussi », s’est indigné Maxime Nicolle.
“On a parfois l’impression que tout est cul par dessus tête” est peut-être la phrase prononcée par Emmanuel Macron qui résumera le mieux le sentiment des français face à la crise qu’ils traversent.

Laure ESPINOSA

Articles RH relatifs

1 commentaire

Laisser un commentaire