Managers, testez le trust and track leadership

par La rédaction

Les crises, et la période de confinement plus récemment avec son lot de travail à distance, révèlent les méthodes de leadership les plus solides. Et comme vous le savez, le management, c’est tout un art. Pour garder les salariés engagés, malgré le télétravail et les complications qu’une crise peut engendrer, il est nécessaire de se montrer tantôt souple, tantôt directif. En d’autres termes, de se montrer rassurant, en tenant les rênes, tout en déléguant et en faisant confiance à ses troupes. Focus sur le “trust and track” leadership, une méthode à l’opposé du management autoritaire, qui semble répondre à ce besoin.

Qu’est-ce que trust and track leadership ? 

C’est un entrepreneur américain, Nick Sarillo, qui a baptisé sa méthode “Trust and Track”, soit “faire confiance” et “assurer un suivi”. Par opposition au “command & control”, cette méthode invite le manager à faire confiance et à accompagner ses collaborateurs. Pour faire confiance, il s’agit de partager les mêmes valeurs : la culture d’entreprise et sa raison d’être doivent être clairement définies et comprises par tous.

La confiance, oui, mais seule elle ne suffit pas pour construire une entreprise résiliente. Le suivi est tout aussi primordial. Dans cette méthode, le manager n’oublie pas d’accompagner ses collaborateurs dans leur travail et de suivre leurs objectifs et résultats. Il s’agit bien de mettre en place des systèmes de monitoring -et non de vérification- pour tracker, en toute bienveillance toujours, les performances de chacun, en temps réel. Contrairement à la vérification, qui se fait par la hiérarchie à la fin de l’action, le monitoring correspond à un suivi progressif et régulier, qui permet de rectifier en direct les données si besoin. Il est recommandé de partager les données avec l’ensemble de l’équipe, pour développer le travail collectif et donc encourager une culture d’entreprise solide.

Le principe de « l’espace de sécurité »

Le manager est vu comme un mentor : il n’attend pas l’entretien annuel pour donner son feedback, celui-ci est spontané et constant, tout en étant constructif. Il félicite en direct les réussites et aide à pivoter lorsque les chiffres sont décevants. Cette bulle d’échange instaurée par le manager crée un « safe space », cet espace de sécurité qui permet au salarié d’ouvrir le dialogue si besoin, et de ne pas fuir ou de se refermer en cas de problème. Il est d’autant plus important de s’assurer de cet espace de sécurité lors de périodes de télétravail comme nous le vivons aujourd’hui.

Ce management, qui a la particularité d’allier savoir-être et performance, a connu un tel succès aux Etats-Unis que Nick Sarillo a créé une université pour transmettre sa méthode, le trust and track Institute. En effet, cette méthode de leadership engage les collaborateurs qui donnent le meilleur d’eux-mêmes, grâce à la confiance que l’entreprise leur offre, tout en étant guidés, grâce au suivi. Le salarié en sort grandi, il apprend et progresse au fur et à mesure. Mais attention, pour mettre en place ce style de management, il faut croire en la volonté des collaborateurs de faire de leur mieux.

 
Philippine SANDER

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire