Près de 80% des salariés français ont vu leur charge de travail augmenter depuis un an

par La rédaction

Charge de travail : elle a augmenté pour près de 80% des collaborateurs de 2015 à 2016. Comment faire face à cette accroissement de la charge de travail ?

 

La charge de travail en augmentation

Charge de travail schéma explicatif

 

La charge de travail des salariés français s’est largement accentuée depuis un an, ce qui a eu pour conséquence un niveau accru de stress, les collaborateurs effectuant plus d’heures de travail et réduisant le temps consacré aux pauses, aux vacances et à la famille. Dans l’immense majorité des cas, cette charge de travail accrue n’a pas été compensée par un accroissement des effectifs dans les entreprises.

Telles sont les principales conclusions d’une étude menée au troisième trimestre 2016 sur la charge de travail, à l’initiative de Wrike, éditeur d’une solution de gestion des tâches et des projets en mode collaboratif, conjointement auprès d’un échantillon représentatif de 1000 professionnels dans des entreprises de toutes tailles en France, en Allemagne et au Royaume Uni.

 

Comment gérer cette charge de travail supplémentaire ?

Pour absorber cette charge de travail supplémentaire :

  • 56% des collaborateurs ont travaillé plus d’heures, et 53% d’entre eux ont encore accru leur productivité.
  • Les salariés français ont également réduit le nombre et la durée des pauses, le temps dévolu aux vacances et à la famille, tout en accroissant dans leur grande majorité leur niveau de stress pour répondre à cette augmentation de charge de travail.
  • Dans le même temps, 80% d’entre eux déclarent que les effectifs de leurs entreprises sont restés stables ou ont diminué.

 

Charge de travail en hausse mais des effectifs stables ou en baisse

77% des personnes interrogées dans l’étude déclarent que leur charge de travail a augmenté depuis un an, pour 45% d’entre eux un peu, mais pour 32% d’entre eux significativement. Seuls 20% des répondants affirment que leur charge de travail était restée stable.

Cet accroissement du volume de travail n’a clairement pas été compensé par un accroissement des effectifs. Pour 47% des répondants, ceux-ci sont restés stables sur un an, et pour près de 34% d’entre eux, ils ont même baissé.

Pour compenser ce surcroît de charge de travail, les talents se sont vus attribuer plus de responsabilités (47% d’entre eux le déclarent) et plus important encore – et heureusement, ont continué d’augmenter leur productivité. Celle-ci a augmenté pour 53% d’entre eux, un peu (33%) et significativement (20%). Il s’agit d’un record pour les trois pays européens analysés dans l’étude. Seuls 40% des salariés en Allemagne, et 26%  au Royaume Uni déclarent que leur productivité s’est accrue.

 

Accroissement significatif du niveau de stress, mais moins qu’en Allemagne et au Royaume Uni

schéma cause charge de travail en hausse

Cette augmentation de la productivité est toutefois à mettre en regard d’une baisse importante du nombre et de la durée des pauses (nombre en baisse pour 41% des répondants et durée en baisse pour 46%). Mais surtout d’une baisse du temps consacré aux vacances et à la famille. 40% des personnes interrogées déclarent avoir réduit la durée de leurs vacances depuis un an. Il s’agit encore d’un record. C’est seulement le cas pour 32% des allemands, et 28% des britanniques. Le work-life balance est-il en danger ?

De même, 41% des répondants français déclarent avoir réduit le temps consacré à leur famille en raison de leur charge de travail importante, à comparer avec 31% des britanniques, et il est vrai 51% des allemands. Leur équilibre vie professionnelle et privée a donc été impacté.

Ces diminution sont eu un impact important sur le niveau de stress au travail perçu par les répondants. Celui-ci a augmenté pour 60% des personnes interrogées. Il est à noter que paradoxalement, ce niveau de stress a encore plus augmenté au Royaume Uni (62%) et en Allemagne (65%), alors que l’accroissement de la charge de travail est de loin la plus forte en France (77% contre 58% au Royaume Uni et 72% en Allemagne).

 

La technologie à la rescousse

L’étude Wrike montre également que l’accroissement de la productivité constaté chez les répondants français semble directement lié à un usage accru des outils numériques de dernière génération.

Ainsi, les français sont les champions des outils de CRM (32% d’entre eux déclarent en utiliser, contre 24% des allemands et 18% des britanniques), des outils de gestion de projet (28% déclarent en utiliser, contre 24% des allemands et 17% des britanniques) et des outils collaboratifs, tels que la plate-forme Wrike (24% des français, contre 17% des allemands et 15% des britanniques).

 

 

 

 

 

 

 

“La charge de travail ne cesse de croître, mais les systèmes et les processus ne suivent pas cette évolution, et cela a nécessairement un impact sur le niveau de stress des salariés (…) Ceux-ci ont besoin de meilleures façons de gérer les tâches et les sollicitations qui s’accumulent. Dans le même temps, les cadres ont besoin d’avoir une vue précise de la charge de travail des membres de leurs équipes, afin de prévoir de façon réaliste le volume qu’ils pourront supporter. “

Andrew Filev, CEO de Wrike

 

 

À propos de Wrike

Fondé en 2007 et basé à Mountain View en Californie (USA), avec un bureau européen à Dublin, en Irlande, Wrike édite une plate-forme logicielle de gestion de projets et de travail collaboratif en mode cloud, dont la version payante est déjà utilisée par 2,5 millions d’utilisateurs dans plus de 12.000 entreprises, petites ou grandes, à travers le monde. La société a attiré à ce jour 26 millions de $ de financement de la part des fonds d’investissement américains Bain Capital Ventures, Scale Venture Partners, DCM ventures et TMT. Vendue dans 120 pays dans le monde, la plate-forme est traduite en dix langues. Wrike a obtenu le statut de « Cool vendor » de la part du cabinet Gartner en 2014 dans la catégorie des outils collaboratifs, et fait partie des entreprises ayant enregistré la plus forte croissance dans la liste Technology Fast 500™ de Deloitte en 2015.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire