Rencontre avec O Fécherolle, DG de Viadéo France

par La rédaction

Créé en 2004, viadéo s’est rapidement imposée comme La plateforme de mise en relation professionnelle de référence, en France et à l’étranger.
Myrhline a rencontré Olivier Fécherolle, directeur général de Viadéo France.

Myrhline : Pourquoi et comment a été créé Viadéo et comment le définissez-vous ?

Olivier Fécherolle : Viadéo a été créé il y a 5 ans, en juin 2004 sous le nom de Viaduc.
Tout a commencé par un club d’entrepreneurs qui se rencontraient physiquement pour échanger des cartes de visite et se présenter leurs actions. Afin d’optimiser leurs rencontres, ils ont décidé d’utiliser internet.
L’idée était simple. La gestion de réseau, tout le monde le fait dans sa vie professionnelle. Qu’il s’agisse d’un réseau d’anciens élèves, d’anciens collègues, de professionnels, nous sommes tous membres d’un certain nombre de réseaux. Cela aide à développer son business. Nous nous sommes dit qu’internet pouvait apporter à cela un booster phénoménal pour être meilleur dans la gestion de ses réseaux. Et puis finalement comme les bonnes idées fleurissent souvent en même temps, nous avons compris que c’était intéressant puisque d’autres sites se lançaient en même temps avec des positionnements plus ou moins proches. Le tout s’est affiné vers un positionnement très précis de réseau social professionnel en opposition aux réseaux sociaux généralistes. Le but était de s’intéresser à des actifs en rapport de près ou de loin avec l’entreprise, qui souhaitaient utiliser et optimiser la gestion de leur réseau grâce à une plateforme internet.

M.R.L. : Sur la page d’accueil du site, on retrouve 3 mots : Networking, Business et Carrière. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

O.F. : Ces 3 mots sont le résumé des 3 grandes familles d’usages que font nos membres sur Viadéo. Toutes les actions qu’on l’on peut effectuer sur le site se classent dans l’une de ces familles.
Le Networking est ce qu’il y a de plus proche de site comme Facebook. Il s’agit de retrouver des collègues, des anciens de promotion, des personnes qu’on a pu croiser dans notre vie professionnelle, des connaissances communes. Pour enrichir son réseau et le développer, il est aussi possible de découvrir de nouvelles personnes, d’amorcer des conversations, des échanges avec les gens, de communiquer.
La deuxième partie est très importante, c’est le Business. Le site a été créé par des entrepreneurs. Très vite des chefs d’entreprises et des décideurs de haut niveau se sont inscrits sur le site. Nous sommes, aujourd’hui, un des sites les plus puissants parmi les sites de cadres supérieurs. Ils viennent sur le site pour faire du business au sens large, c’est-à-dire trouver des clients, mais aussi des fournisseurs, se faire recommander pour passer un certain nombre de barrières, trouver des financements, des distributeurs, valoriser leur expertise professionnelle et fédérer une communauté.
Par exemple, si vous êtes un expert de l’intégration SAP dans le système bancaire, vous allez pouvoir très facilement trouver d’autres experts et échanger avec eux beaucoup plus facilement que dans la vie physique. Il sera beaucoup simple d’amorcer les conversations sur Viadéo quitte à les poursuivre dans la vie réelle.

"Sur Viadéo, vous contrôlez votre image professionnelle."

Cette partie n’est pas forcément la plus visible du site car elle se décompose en une multitude d’usages différents en fonction du métier de nos membres, mais elle reste une des motivations les plus fortes de nos membres surtout en ces temps de crise.
La dernière partie est la partie Carrière. Nous avons volontairement utilisé le terme Carrière et non emploi, car derrière ce mot il y a deux choses. Il y a d’abord la notion de visibilité d’expertise. Les cadres ont bien compris qu’ils n’allaient pas faire toute leur vie professionnelle dans une seule entreprise. Ils ont donc intérêt à penser comme des agents économiques qui ont une valeur sur un marché avec une offre et une demande et qu’il faut faire son marketing personnel, faire en sorte d’être identifiable comme un expert dans son secteur ou sa spécialité professionnelle.
Sur Viadéo vous avez le contrôle, vous maîtrisez votre image professionnelle. On vous dit « Prenez les clés, pilotez votre carrière et mettez en avant votre expertise, vos savoir-faire et votre valeur. »
Il s’agit donc bien de la carrière sur le long terme, trouver un job, le garder et évoluer.

M.R.L. : Pouvez-vous nous dire laquelle de ces trois fonctionnalités est la plus utilisée par les internautes ?

O.F. : Paradoxalement, ce sont le Networking et le Business, même si la section emploi est importante et qu’il faut la mettre en avant, surtout dans le contexte économique actuel. Mais notre site a une vraie vocation Business. On a un peu tendance à faire un raccourci rapide lorsqu’on évoque Viadéo, en disant que c’est un site pour trouver un job, c’est vrai mais ce n’est pas uniquement cela.
Parmi les membres de Viadéo, quelle est la part de recruteurs ?
Il y a deux réponses. En proportions, ils sont un petit nombre. Nous avons 2 500 000 membres et les recruteurs ne sont que quelques dizaines de milliers. En revanche, le taux de pénétration chez les recruteurs est très fort. Je pense que 80% des recruteurs sont sur Viadéo car ils se sont rendu compte de la valeur énorme de la base de données pour identifier un candidat et faire des recherches pour aller chercher des spécialistes. Recruter un profil très précis est très compliqué et coûte très cher, par l’intermédiaire de Viadéo, c’est rapide et beaucoup moins cher. Les recruteurs ont très vite compris cela, c’est certainement pour cette raison que nous avons une image « emploi » très marquée.

M.R.L. : Quels sont vos clients principaux ?

O.F. : Quasiment tous les cabinets de recrutement sont clients ou utilisateurs. Comme nos membres sont en poste pour la plupart, c’est de l’or pour les cabinets de recrutement puisque pour leur mission, ils vont apprécier de pouvoir les approcher directement.
Parmi nos clients, nous avons de grandes entreprises, de grands industriels comme Total ou Vivendi et aussi pas mal d’IT comme Capgemini et beaucoup d’entreprises plus classiques.

M.R.L. : Quels sont vos prochains axes de développement ?

O.F. : Aujourd’hui nous nous développons selon deux axes.
Le 1er est géographique. Viadéo est une société française qui s’est développée à l’international. Nous sommes n°1 en Chine et en Inde où nous avons racheté des sites de réseaux professionnels locaux. Nous voulons aller chercher des parts de marché dans de nouveaux pays.
Le second axe est lié directement à Viadéo. Nous souhaitons être le fil rouge du cadre tout au long de sa carrière professionnelle. Pour cela, nous devons lui proposer des services qui vont coller à ses différentes problématiques. Nous segmentons notre offre en proposant des services toujours plus précis. Nous venons, par exemple de lancer un produit à destination des free-lances.
 

      "Un réseau, c’est un muscle qu’il faut entretenir"

M.R.L. : Si vous deviez convaincre un salarié ou un employeur d’utiliser Viadéo, quels arguments utiliseriez-vous ?

O.F. : Pour le salarié, je lui dirais qu’il a une expertise et un savoir-faire, et que pour mettre toutes les chances de son côté, il faut qu’il se fasse voir, qu’il soit identifiable comme personne avec des compétences importantes. Concrètement, si l’on tape votre nom sur Google et qu’on ne trouve rien, cela ne va pas accentuer l’envie de vous rencontrer. Si vous êtes sur Viadéo, votre page profil apparaîtra dans les premières réponses et pourra convaincre. Le recruteur vous verra sous un jour pro que vous maîtrisez.
Si vous avez également un profil Facebook, je vous conseille de le bloquer, sinon vous jouez avec le feu.
Pour convaincre un recruteur, je lui dirais que Viadéo est la base de données de personnes et de candidats potentiels la plus importante et la meilleure du marché puisqu’elle est constituée principalement de gens qui ne sont pas en recherche. Cela est très innovant. Ils auront d’un coup accès à tout un tas de candidats qui étaient inaccessibles précédemment.

M.R.L. : C’est donc vrai qu’il est plus facile de trouver un emploi quand on en a déjà un ?

O.F. : Oui, c’est un drame de la société française, on préfère débaucher quelqu’un que d’embaucher un chômeur. Mais c’est vrai que le recrutement est un métier risqué. Le fait d’avoir quelqu’un qui est en poste est l’un de gages même si les mentalités ont pas mal changé. On sait maintenant que tout le monde risque de connaître un accident de carrière et ce n’est pas honteux d’être au chômage.
Un réseau, c’est un peu comme un muscle, il faut le préparer pour le jour où en aura besoin. Ce n’est pas quand on n’a pas de réseau et qu’on est au chômage qu’on est le mieux armé pour trouver un nouvel emploi. En revanche, si vous avez entretenu votre réseau, développé et cultivé, il répondra tout de suite, le jour où vous en aurez besoin.
 

M.R.L. : Pour quelle raison avez-vous changé d’image ?

O.F. : Nous avons démarré, en début d’année 2009, un process important de refonte. Le site avait énormément évolué avec beaucoup de nouvelles fonctionnalités et il était devenu un peu brouillon. Nous avions également une image un peu triste. Nous voulons être sérieux mais pas ennuyeux ! La nouvelle image garde un style professionnel mais est plus attractive et friendly.
Nous avons effectué une refonte du tableau de bord en mars dernier, et nous allons faire évoluer le profil en octobre prochain, afin de permettre à nos membres de se présenter de manière plus pro et plus adaptée à leurs besoins.
 
 
 
Propos recueillis par Anne-Sophie Duguay
  

 

Chiffres clés  :

Créé il y a 5 ans
200 salariés
1 million de profils consultés par jour
8 500 000 de membres dont 2 500 000 en France
10 000 nouveaux inscrits par jour

Les membres :
Age moyen : 35 ans
43 % de femmes – 57% d’hommes
IDF : 35% – Province : 65%

 

 

 © Crédits photos : D.R.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire