Recruter un freelance, les pièges à éviter

par La rédaction

Le recrutement de freelances est une pratique en fort développement depuis quelques années. Il s’agit pour une entreprise, quelle que soit sa taille ou son secteur d’activité, de faire appel aux services d’un expert pour le temps d’une ou plusieurs missions définies conjointement. Le cahier des charges, les délais et la durée de la mission sont effectivement négociés et déterminés en amont par les deux parties.
 
Faire appel à un prestataire indépendant présente des avantages non négligeables pour une entreprise. Expertise, service personnalisé, faible engagement pour l’entreprise, flexibilité de la mission, disponibilité du prestataire, avantages tarifaires, autant d’atouts très attrayant dans un monde professionnel très mouvant et particulièrement incertain.
 
On observe une croissance notable du nombre de freelances ces dernières années, et ce, quel que soit le domaine d’activité exercé. Les entreprises n’ont donc par ailleurs aucune inquiétude à avoir pour se procurer les services d’un prestataire indépendant et en changer si ses méthodes venaient à ne pas leur convenir pour une raison ou une autre.
 
Cela étant, il existe un certain nombre de pièges et de limites à prendre en compte par l’entreprise avant de s’engager dans une telle collaboration.
 

  • Il est avant tout essentiel de vérifier la qualification de l’individu. En effet, il est facile pour tout individu de se proclamer expert dans un domaine pour tenter de décrocher un contrat avec une entreprise. Afin de limiter les risques, il est crucial de s’assurer de l’expertise du freelance en délimitant précisément avec lui les compétences effectivement maitrisées de celles qui ne le sont pas. A-t-il des exemples de missions concrets à donner ? Des documents à fournir ? Des preuves de son activité ? Tant de questions qui permettront à l’entreprise de s’assurer qu’elle n’a pas à faire à quelqu’un de malhonnête.

 

  • Dans certains contextes, le freelance peine à s’adapter à la culture de l’entreprise. Il est primordial pour la structure de cerner les valeurs partagées avant d’envisager d’embaucher un freelance.

 

  • Il peut être par ailleurs utile de comparer les grilles tarifaires des prestataires de mêmes métiers et à même niveau d’expérience. Les entreprises qui n’ont pas l’habitude de travailler avec des freelances peuvent se faire avoir concernant le coût des prestations. La collaboration doit être envisagée sous un angle juste et dans un rapport gagnant-gagnant. Il ne s’agit pas de rentrer dans une négociation acharnée et injustifiée. Tout le monde doit pouvoir trouver son compte dans l’arrangement, afin d’envisager, dans certains cas, une collaboration sur le long terme.

 

  • Il peut être difficile de s’assurer que le prestataire indépendant saura faire silence sur les informations internes et confidentielles de l’entreprise. La signature de clauses de confidentialité est évidemment possible mais la conservation d’informations confidentielles est avant tout une affaire de confiance mutuelle.

 

  • Juridiquement parlant, la responsabilité de l’entreprise est engagée par les actions des freelances avec lesquels elle collabore. Avant de signer un contrat, elle a donc tout intérêt à valider les informations légales liées au prestataire afin de ne pas se retrouver dans une situation délicate à posteriori.

 
Ces pièges évités, le freelance est souvent un collaborateur performant et stratégique lorsqu’il intervient sur des périodes bien spécifiques et anticipées. L’idée n’étant pas de recruter uniquement des freelances, qui peuvent donner une image parfois précaire à l’entreprise.
 
Camille MOUCHOT

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire