Nathalie Maldjian-DRH du Parc Astérix

par La rédaction

Myrhline vous présente, tous les 15 jours, le portrait d’un Directeur des Ressources Humaines.
Son parcours, sa fonction et sa vision des Ressources Humaines, actuelles et de demain, sont abordés dans ce portrait d’un genre nouveau.

 

Parcours et diplômes 

" Je suis juriste de formation. J’ai fait des études à l’Université Assas.
Par la suite, j’ai étudié la psychologie, essentiellement la psychologie du travail et la socio-psychologie, sociologie comportementale et j’ai fait un 3e cycle de management des ressources humaines avec l’IGS.
Mon parcours professionnel est assez atypique. En effet, j’ai commencé par exercer le métier d’avocat en droit de la famille. Par la suite,  j’ai étudié la psychologie pour mon métier d’avocat,  et j’ai alors découvert le monde de l’entreprise dans sa dynamique managériale des ressources humaines.
J’ai commencé à travailler chez Total en Ressources Humaines dans le cadre d’un stage à l’issue d’une formation RH et j’y suis restée pendant 18 mois chez Total. Mon travail concernait la définition de fonction, la pesée des emplois et la gestion de carrière des cadres avec la méthode (a-management) qui nous donnait la possibilité d’évaluer les cadres et de les positionner dans des secteurs aussi différents que la chimie et le monde du pétrole.
En 1995, j’ai intégré Disneyland Resort Paris à un poste opérationnel, et ensuite dans le recrutement pour les services techniques. J’ai intégré le service Paie, en tant que technicien paie et puis j’ai été promue responsable paie. A l’époque, j’appartenais à la division des boutiques (1000 personnes). A la suite de cela, j’ai été promue chargée de Ressources Humaines, toujours dans la division des boutiques.
Par la suite, j’ai travaillé pendant deux ans et demie aux relations sociales dans l’équipe support et en charge de définir tout ce qui est procédure, règlement intérieur,  travailler sur des projets d’accord, sur des problématiques plus juridiques. J’étais conseil, à ce moment-là, pour la restauration et l’hôtellerie, c’est-à-dire 3000 personnes. C’était pour moi l’opportunité de travailler sur 7 hôtels différents avec des problématiques évoquées par les chargés de RH qui demandaient soit une homogénéité de raisonnement, une cohérence, soit de définir un certain nombre de processus. J’ai intégré la division hôtellerie après avoir quitté les relations sociales pour coordonner l’ensemble des RH des hôtels. (3 ans)
Je suis restée 11 ans chez Disney.
Après cette expérience, je me suis posée la question de mon parcours pro et de son évolution.
J’ai postulée pour le Parc Astérix, qui était assez similaire, pour moi en termes de problématique opérationnelle, d’organisation. Je ne changeais pas trop de monde.
Je me suis rendue compte après coup que c’était deux mondes différents, avec des problématiques un peu différentes, mais cela reste du loisir avec ses problématiques de qualité de service, de problématiques opérationnelles."
 

Votre fonction actuelle

"Je suis Directrice des Ressources Humaines avec une équipe d’une petite dizaine de personnes.
Je suis essentiellement en charge de définir la stratégie de recrutement, la politique d’intégration et de formation. Nous recrutons environ 1200 pers à l’année.
J’ai beaucoup travaillé sur des problématiques managériales, accompagné les managers dans le suivi de leurs Ressources Humaines, sur les outils du temps de travail, le disciplinaire, des modules de formation.
Nous travaillons actuellement sur la GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) dans sa dynamique d’évaluation des opérateurs et de l’identification des formations nécessaires pour le poste.
Mon domaine couvre également tout ce qui est institution représentative du personnel, animation du CE, délégués du personnel, participation à la CHSCT (Comité d’Hygiène, de sécurité et des conditions de travail), et tout ce qui est communication interne, programme de reconnaissance et incentive.
Au Parc Astérix, j’ai noté une formidable valeur entrepreneuriale et un mode de fonctionnement type PME. Il s’agit d’une grosse entreprise qui reçoit 1 800 000 visiteurs par an et recrute personnes mais qui reste avant tout une PME avec une structure relativement courte en terme de positionnement hiérarchique, avec 175 permanents."
 

Vos réalisations

"Je considère que mes plus grosses réalisations se sont d’abord faites au sein de mon équipe, sur la façon de travailler, d’organiser l’équipe RH, la procédure RH et d’apporter aux opérationnels des outils, tel que le suivi du temps de travail. Nous avons retravailler ensemble l’intégration, la formation et revu le processus de recrutement."
 

Votre définition du DRH d’aujourd’hui

"Selon moi, le DRH reste avant tout un business partner. C’est quelqu’un qui doit pouvoir accompagner les équipes et la direction dans ses choix stratégiques, dans ses orientations d’organisation.
La dimension nouvelle, qui prend beaucoup d’importance aujourd’hui, c’est l’accompagnement des salariés dans leur dynamique individuelle, leur désir individuel d’évoluer dans l’entreprise de savoir à quoi ils servent dans l’entreprise. L’entreprise et le projet entreprise doivent avoir un sens pour eux. Le DRH doit aussi rationnaliser, gérer, cela reste  fondamental. Une nouvelle dynamique, ce sont les accords de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences qui deviennent des enjeux de positionnement stratégiques et d’anticipation. Cela a été d’actualité et le redevient avec la loi de 2005. Notre challenge va être de les convaincre que ce sont des outils pour eux, pour piloter leur activité, pour anticiper leurs besoins.
La responsabilité sociale, la diversité, accompagner les entreprises dans leurs enjeux de diversité du recrutement et de gestion des travailleurs handicapés, de seniors sont également des enjeux très importants. Les DRH qui ont l’expertise et une valeur ajouté doivent accompagner les directeurs et les opérationnels dans cette prise de conscience."
 

Les DRH et les nouvelles technologies

"Les nouvelles technologies nous donnent à la fois cette opportunité de rapidité et d’une meilleure réponse.
Nous revenons à quelques fondamentaux auxquels nous avons pensé il y a quelque temps qui concernaient le e-learning. C’était très loin dans les entreprises, mais aujourd’hui je pense que c’est un outil qui est vraiment opérant.
L’internet facilite évidemment beaucoup la communication notamment avec nos salariés et en matière de recrutement. Les actes de candidatures sont beaucoup plus rapides et le traitement est facilité pour nous mais nous devons faire face à un accroissement du nombre de candidatures. Il y a un double enjeu sur ces nouvelles technologies. : la rapidité de communication et l’importance de la sollicitation par le web."
 

Les DRH et l’externalisation (paie, recrutement…)

"Au Parc Astérix, nous n’avons externalisé ni la paie, ni le recrutement. Dans d’autres sociétés du groupe la paie est externalisée pour une question de praticité et de gestion des flux.
Je considère aujourd’hui que ce sont des secteurs, aussi bien le recrutement que la paie, qui peuvent tout à fait être externalisés. Cela fait partie des tâches qui peuvent être traitées par un prestataire dont c’est la spécialité.
Aujourd’hui l’externalisation du recrutement n’est pas envisagée en ce qui nous concerne mais nous travaillons en partenariat avec l’ANPE, ce n’est pas une externalisation mais un partenariat qui nous rend beaucoup de services et qui a vraiment fait toutes ses preuves."
 

Votre vision de la fonction dans les 10 années à venir.

"Les enjeux des 10 prochaines années sont toutes les questions du vieillissement de la population. L’accompagnement des entreprises dans les enjeux de la performance face à une demande de plus en plus accrue de nos salariés d’être considéré à titre individuel. Assez paradoxalement on a beaucoup dérivé sur des réponses individuelles en terme de rémunération, d’accessoire de la rémunération, d’évaluation objectivée individuellement les salariés. C’est parfois aussi à contre-sens, et contre productif. On parle beaucoup de stress au travail, de pression, il y a sûrement un mouvement d’équilibre qui va se faire dans les prochaines années entre l’intérêt collectif et l’intérêt individuel pour arriver à remettre en avant le sens du projet d’entreprise et des objectifs qu’on se fixe ensemble."
 
 
 
Propos recueillis par Anne-Sophie Duguay

 

Présentation de la société : 

A 30 km au nord de Lutèce (euh?pardon Paris), Parc Astérix, 2ème Parc de France, conjugue astucieusement humour, convivialité, partage et authenticité pour faire le plein de bonne humeur en famille ! Ici on ne manque pas de caractère !
 
Détonnant mélange de 31 attractions et de 6 grands spectacles, le tout mis en scène dans des décors truffés d’humour gaulois, Parc Astérix a accueilli, en 2008, 1.8 million d’irréductibles visiteurs. Une « potion loisirs » testée et approuvée depuis 1989 après JC !

Chiffres clé :

– Le personnel du Parc

Chaque année, 180 permanents et 1.200* saisonniers et vacataires de 18 à 60 ans font vivre le Parc Astérix.
Plus de 80 métiers différents sont exercés et tous conçoivent et réalisent l’ensemble des développements grâce à leur savoir-faire multiple et pointu.

*(équivalent temps plein)
– La fréquentation
En 2008, la fréquentation du parc : 1 800 000 visiteurs
L’origine des visiteurs : 85% de Français dont 50% de la région IDF et 15% d’étrangers (Grande-Bretagne, Belgique?)
– Résultats financiers
Le Parc Astérix est profitable depuis 1995 pour un chiffre d’affaires en 2008 de 69 M d’€

 

 
 

 © Crédits photos : Phase4photography / Fotolia / D.R.

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire