Motiver, motiver…. il va falloir les motiver !

par La rédaction

 

Euro 2016, Tour de France, Jeux Olympiques, etc… Dans les semaines à venir, le calendrier sportif est on ne peut plus chargé. Même les moins sportifs de vos salariés devraient se prendre au jeu des pronostics, du suivi des scores, des compositions d’équipe, des soirées pizzas & co. Bref, pas facile de rester concentré quand son équipe préférée joue sa place en quart de finale. Et pourtant, Euro de foot ou pas, le business continue. Pour certaines entreprises, les affaires sont même plus que florissantes grâce à ces évènements sportifs. Nos conseils pour garder des équipes motivées. (ndlr : Allez les Bleus !!)

 

Varier les missions : A quelques heures du coup d’envoi de matches importants, les salariés peuvent avoir tendance à procrastiner tant ils sont préoccupés par l’enjeu à venir. « La solution : leur confier des missions à court-moyen termes qui sortent de l’ordinaire. Offrir des tâches spécifiques, personnalisées selon les intérêts et les compétences de chacun présente trois avantages: elle valorise les collaborateurs, leur permet de prouver ce dont ils sont capables et diversifie leurs compétences », argumente le cabinet de recrutement Robert Half.

 

Se prendre au jeu : inutile de faire comme si rien ne se passait les soirs des matches de l’équipe de France ou lorsque le relais des athlètes français s’élancent sur la piste. Vous passeriez pour un réac, un mou du genou, etc. Pire pour un manager qui ne s’enflamme pas pour son pays. Donc sans aller jusqu’à acheter du maquillage tricolore (quoique) ou à planter un drapeau bleu blanc rouge à l’entrée de l’open space, jouez le jeu. Par exemple, en organisant des moments de convivialité autour de la diffusion d’un match et d’un apéro dinatoire. Dans ou à l’extérieur de l’entreprise. Organiser des paris (sans argent) sur qui sera le vainqueur, le meilleur buteur, le meilleur gardien de l’Euro, etc… Evidemment, ces jeux ne doivent pas exclure toute une frange de votre équipe. Notamment les non sportifs et/ou les femmes. Si elles ne sont pas footeuses dans l’âme, cyclistes, etc… trouvez un moyen de les faire adhérer à ces moments off. Evidemment, autrement qu’en leur demandant d’organiser le pot qui va avec.  Ces challenges internes et les échanges hors contexte professionnel peuvent être un bon levier de motivation pour les collaborateurs.

 

Etre flexible : notamment sur les horaires. En effet, si l’on tient compte de la durée des troisièmes mi temps des matches de foot, mais aussi du décalage horaire (5 heures) entre la France et le Brésil, certaines nuits risquent d’être écourtées. Les finales de natation des JO se dérouleront par exemple à 22 heures, heure locale, soit à 3 heures du matin en France. Aussi, avez-vous intérêt à accepter une certaine modulation d’horaires dans la limite du respectable pour la bonne marche du business de l’entreprise. Enfin, si l’activité le permet. Of course. (Allez les Bleus ! )

 

Sylvie Laidet

 

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire