Le dynamisme des startups françaises

Ce dernier trimestre 2021 a connu plusieurs levées de fonds pour nombre de startups françaises et licornes (start-up valorisée à plus d’un milliard de dollars).

Ces entreprises à haut potentiel de croissance sont remarquées pour leurs projets innovants et obtiennent des sommes parfois colossales qui en disent long sur la pertinence de leur business model. 

Dans le secteur RH, elles s’appuient sur les avancées de la Tech, notamment l’IA, et le contexte sanitaire est souvent favorable à leurs projets en majeure partie liés à la digitalisation et au travail hybride. 

 

Des projets innovants qui séduisent les investisseurs

La façon dont les personnes travaillent est en train de changer fondamentalement. Cette évolution ne passe pas inaperçue et de nombreuses startups françaises inscrivent leurs projets dans l’accompagnement, et la confirmation, de cette mouvance. Les idées phares sont de faciliter les process de recrutement et d’onboarding, de mieux gérer les carrières et de fluidifier le marché du travail au-delà des frontières. 

Le développement du télétravail permet de repenser les processus de recrutement de talents et notamment de talents étrangers. L’embauche à distance donne aux entreprises la possibilité de constituer les meilleures équipes mondiales. Parmi les projets innovants, on peut citer les solutions SaaS de gestion des compétences, l’optimisation des process de recrutements internationaux, le développement du coaching en ligne, la gestion des carrières ou encore la dématérialisation des titres-restaurants. 

Des projets solides et dans l’air du temps qui séduisent les investisseurs et les fonds d’investissement. 

 

Levées de fonds : des acteurs de plus en plus influents en Europe et dans le monde

Ces startups anticipent les évolutions des marchés et des métiers et favorisent la détection des compétences ainsi que la mobilité. 

On peut notamment citer 5 levées de fonds : 

  • 365Talents, leader européen de la gestion des compétences, qui vient de lever 10 millions d’euros, de la part d’iXO Private Equity et Citizen Capital – et de ses investisseurs historiques – Ventech, Axeleo, Alliance Entreprendre notamment. La jeune pousse développe une solution SaaS qui exploite l’intelligence artificielle pour détecter en temps réel les compétences des collaborateurs et faciliter leur évolution interne. La plateforme est également un outil de gestion novateur et performant pour les DRH. 
  • Next Station, spécialisée dans le recrutement à l’étranger, a levé 1,5 millions d’euros fin octobre, auprès de Cameleon Invest, Cabiedes & Partners et BPI Innovation. Elle propose par là de solutionner la pénurie de talents au sein des entreprises. Sa plateforme permet de connecter les entreprises avec des candidats à l’étranger. L’entreprise promet de trouver le talent recherché sous 48h et revendique 400% de croissance sur les 12 derniers mois. 
  • CleverConnect, qui vise à optimiser le processus de recrutement en Europe, a levé 30 millions d’euros auprès du fonds allemand Digital+ Partners, avec la participation de ses investisseurs historiques, Citizen Capital et Sofiouest. Elle a déjà accompagné 2500 entreprises clientes sur chacune des étapes de leurs recrutements, du sourcing à la sélection des candidats.  Elle ambitionne de devenir un acteur incontournable du recrutement de talents en Europe. 50% des employeurs en France déclarent, en 2019, subir une pénurie de talents (baromètre Adecco “Data Emploi Territoire). 
  • Simundia, spécialisée dans le coaching digital, a levé 10 millions le mois dernier, auprès d’Educapital, d’AXA Venture Partners (AVP) et du fonds américain FJLabs. Sa plateforme met en relation les utilisateurs avec des coachs adaptés et personnalisés, trouvés par l’entremise d’un algorithme. Les collaborateurs développent ainsi leurs soft skills (communication, gestion du stress, management, etc.). Simundia a multiplié ses ventes par 10 ces deux dernières années.

 

  • Swile, licorne française, qui ambitionne de devenir un acteur international des titres-restaurants dématérialisés, a levé récemment 200 millions de dollars supplémentaires auprès de ses investisseurs historiques Eurazeo, Index Ventures, Bpifrance et Headline. L’entreprise propose aussi une carte de paiement et une application mobile pour les collaborateurs en entreprise. Représentative de l’essor de la French Tech, l’entreprise ne cesse de croître et compte aujourd’hui pour 13% du marché des titres-restaurant en France.

 

Olivier de Vitton

Articles RH en relation

Le télétravail obligatoire : maintenu pour 2 semaines

Qu’est-ce que la “Grande démission” ?

Des tensions d’approvisionnement pour les entreprises