Le digital learning est-il compatible avec la formation en présentiel ?

Le digital learning connaît un succès croissant auprès des entreprises et des apprenants. Au point de détrôner la formation en présentiel ?

Le secteur de la formation est en constante évolution et on voit régulièrement apparaître de nouvelles pratiques. Ces dernières années sont ainsi apparus les notions d’e-learning, social learning, blended learning, ou encore digital learning. C’est ce dernier terme qui nous intéresse et nous allons voir ce qu’il signifie et comment il bouscule les codes de la formation.

Définition digital learning

Sous le terme digital learning se cache en réalité l’ensemble des outils numériques de formations et d’accompagnement mis au service des apprenants pour qu’ils atteignent leurs objectifs de formation plus rapidement.

Ainsi, contrairement à l’e-learning qui se déroule exclusivement face à un appareil numérique (ordinateur, tablette ou smartphone) et souvent à distance, le digital learning peut intervenir dans toutes les étapes d’une formation, aussi bien en distanciel qu’en présentiel.

De façon concrète, il est possible d’utiliser des outils numériques en amont d’une formation en présentiel pour transmettre des informations importantes à l’apprenant ou lui permettre d’explorer un univers grâce à l’e-learning. Les formateurs peuvent aussi faire appel au digital learning pour dynamiser leurs interventions et mettre en place des évaluations à la fin de la formation.

Les différents types de digital learning

Le digital learning offre un large palette d’outils aux apprenants pour développer de nouvelles connaissances et aux formateurs pour construire un parcours pédagogique complet. On retrouve ainsi :

  • Les MOOC : formation en ligne gratuite qui peut supporter un grand nombre d’inscrits pour transmettre rapidement des connaissances à une audience. Il s’agit souvent de cours vidéo avec des QCM d’évaluation à la fin.

  • Le microlearning : séquence de cours modulables pour permettre à l’apprenant d’obtenir rapidement des connaissances ou compétences. Ce format est particulièrement adapté à une utilisation sur smartphone ou tablette.

  • Le social learning : utilisation des outils numériques au sein d’une entreprise (chat, messagerie instantanée, réseau social interne) pour mobilier et utiliser les savoirs déjà présents dans l’entreprise.

  • Les serious games : intégration d’éléments pédagogiques dans un univers de jeu afin d’acquérir un savoir. On peut aussi y intégrer des objectifs thérapeutiques. L’objectif est de simuler un environnement et de travailler ainsi sur l’adoption de comportements de la part de l’utilisateur.

Quelles différences entre une formation 100% digitale et la formation en présentiel ?

La principale différence entre une formation digitale et une formation en présentiel est la durée des sessions : un apprenant ne peut pas suivre une formation digitale sur un temps équivalent à celui du présentiel car l’effort de concentration demandé est plus important à distance.

Au niveau des activités pédagogiques, on peut retrouver des similitudes et le formateur peut tout aussi bien proposer des travaux en sous-groupes ou des découvertes sous forme de jeux à distance. Il y aura toutefois des ajustements pour préserver l’ergonomie de la formation.

Enfin, les moyens matériels et techniques diffèrent entre le présentiel et le distanciel. Le choix technique est bien plus important lors d’une formation digitale. Un mauvais choix peut d’ailleurs compromettre totalement la session, ce qui est moins le cas lors d’un cours en présentiel.

Au final, la formation en présentiel et la formation digitale ne sont pas totalement opposées, elles peuvent au contraire être complémentaires. Un organisme qui propose la même formation sous deux formes différentes a tout à y gagner car cela permet de s’adapter aux besoins des apprenants tout en offrant différentes modalités d’accès.

Clément KOLODZIEJCZAK

Articles RH en relation

Résultats de l’enquête : Covid et digitalisation de la formation 2021

Les nominations de la fonction ressources humaines – Novembre 2021

Le dynamisme des startups françaises