La formation à distance boostée par la crise sanitaire ?

par La rédaction

La mise à jour des compétences est nécessaire sur le marché de l’emploi et de nombreux salariés sont aujourd’hui prêts à se former à distance.

L’étude « Transformations, Compétences et Learning », réalisée par Cegos en juillet dernier auprès de 1 800 salariés et 250 DRH d’entreprises privées de 50 collaborateurs ou plus, a mis en lumière l’accélération des mutations dans le secteur de la formation continue, bouleversé lui aussi par la crise sanitaire liée au Covid.

Mathilde Bourdat, directrice Offre et Expertise formation au sein de Cegos, explique que « les entreprises ont fait un gros effort pour adapter leurs formations pendant et depuis le confinement : 88 % ont ainsi continué à former en ligne leurs collaborateurs, mettant l’accent sur les métiers qui devaient évoluer le plus rapidement comme les commerciaux par exemple » avant d’ajouter qu’avant la crise du Covid-19 «  les formations à distance s’étaient fortement développées sur les deux dernières années. L’épidémie n’a fait qu’accélérer la tendance en faveur du distanciel ».

La formation à distance pour éviter l’obsolescence des compétences

Pourquoi dématérialiser de plus en plus les formations et ainsi faciliter leur accès pour les employés ? Tout simplement pour maintenir à jour les compétences des collaborateurs : les DRH considèrent que 47% des emplois de leur organisation présentent un risque d’obsolescence des compétences dans les 3 ans à venir.

Un sentiment partagé par les salariés : 81% ont répondu par l’affirmative à la question « Diriez-vous que les transformations liées aux évolutions technologiques (intelligence artificielle, robotisation, etc.) pourraient modifier le contenu de votre travail ? » tandis que 27% craignent une disparition pure et simple de leur métier.

« Les salariés ne sont pas dans le déni de réalité, commente Christophe Périlhou, Directeur Learning & Solutions chez Cegos. Ils ont parfaitement conscience de l’impact des évolutions sur leur métier… tout comme les DRH ont conscience de la nécessité d’accompagner les salariés pour faire face aux risques d’une “impasse” compétences ».

Les DRH sont donc bien conscients de la nécessité d’accompagner les salariés pour mieux appréhender l’impact des nouvelles technologies sur leur métier. Pour cela, ils mettent en place des programmes d’upskilling pour faire monter en compétences les salariés sur leur poste actuel ou pour développer des compétences sur un autre poste au sein de l’entreprise.

Vers des formations 100% en ligne ?

En France, on compte un salarié sur deux qui s’est formé à distance pendant le confinement, un chiffre qui monte à 64% au niveau européen. Avec un taux de satisfaction de 97% pour ces classes virtuelles, il n’est donc pas étonnant de voir que les deux-tiers de ces formations prévues avant la crise ont pu basculer à distance en cas de nécessité. Le tiers comprend des modules ajoutés

Les entreprises montreraient-elles la voie menant à de la formation 100% en ligne et en distanciel ? Pas forcément, toujours selon Mathilde Bourdat, car « la montée en puissance des formations en ligne ne signifie pas qu’on passera demain au 100% distanciel. De nouveaux équilibres sont à trouver entre classes virtuelles, formation en situation de travail et présentiel, puisque chaque modalité répond à un besoin et un objectif précis ».

Clément Kolodziejczak

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire