Frédéric Brouard, DRH de Kimberly Clark

par La rédaction

Myrhline vous présente, tous les 15 jours, le portrait d’un professionnel des Ressources Humaines.

Son parcours, sa fonction et sa vision des Ressources Humaines, d’aujourd’hui et de demain, sont abordés dans ce portrait d’un genre nouveau.

 

Parcours et diplômes.

"Je ne vous communiquerai pas mes diplômes car chez Kimberly Clark nous sommes particulièrement attentifs à la diversité et nous menons actuellement une réflexion quant à la mise en place du CV anonyme.
Pour nous la diversité à travers l’âge, ou le sexe, n’est plus une priorité car cela fait déjà partie de nos basiques. Ce qui est important aujourd’hui, c’est la diversité des personnalités ou des parcours éducatifs.
Pour ma part, après des études en Ressources Humaines, j’ai intégré le Centre Technique de Télédiffusion de France, opérateurs de réseaux, en tant qu’assistant RH. J’y ai travaillé en CDD pendant 1 an.
Par la suite, j’ai intégré le cabinet LOGI-RH, éditeur de logiciel, en tant que Consultant SIRH. L’avantage de rejoindre une petite structure était d’être entièrement responsable et autonome sur mes dossiers.
On apprend « les mains dans le cambouis », donc rapidement, dans des situations de stress et avec une véritable émulation collective et individuelle.
Mes missions principales étaient la mise en place de nouveaux systèmes d’information Ressources Humaines. Concrètement, cela se traduit par la réduction des tâches à faible valeur ajoutée puis par la mise en place de nouveaux flux d’information et donc de nouvelles organisations.
Mon dernier client a été Kimberly Clark et vous comprenez ainsi comment j’ai rejoint le Groupe.
Chez Kimberly Clark tout est allé très vite.
La 1ère année, j’étais en charge des projets SIRH et Compensation and Benefits pour devenir par la suite généraliste RH.
Début 2006, j’ai eu l’opportunité d’être promu DRH France et ma première mission a été la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Concomitamment, l’arrivée d’un nouveau Directeur France pour la Division Consumer, nous a permis de lancer un nouveau projet d’entreprise, véritable révolution culturelle chez KC.
Il a été question de changer les méthodes de travail, la vision de KC en France, la gestion des talents et des promotions, la formation… Nous avons ainsi fait évoluer l’ensemble des organisations avec de nombreuses passerelles entre le terrain, les ventes, le marketing, le trade et même les fonctions supports."
 

Votre Fonction actuelle.

"Mon rôle est un vrai rôle de Business Partner, c’est-à-dire trouver des solutions pragmatiques aux problématiques rencontrées. Je suis donc un apporteur de solutions, que ce soit dans la gestion des Hommes dans l’entreprise, pour la formation, les revues de performance, la communication et évidement les relations sociales.
Notre métier est complexe, nous pouvons le faire de façons vraiment différentes. Il y a toujours des raisons de ne pas faire ou de ne pas pouvoir faire. « Mon créneau » est de trouver des solutions, de limiter les risques, et de m’assurer que nous allons tous dans la même direction.
C’est d’ailleurs, sur ce point et sur cette qualité de Business Partner que je suis reconnu chez Kimberly Clark en France et en Europe."
 

Vos réalisations

"Aujourd’hui, nous sommes sur plusieurs projets primordiaux au niveau France.
L’un consiste à conduire un nouveau changement culturel en lien avec les ambitions de Kimberly Clark Europe pour 2012. L’autre, est un projet sociétal, qui nous aidera à nous recentrer sur nos valeurs. L’objectif annoncé est de développer le « caritatif » et le développement durable, en proposant des actions concrètes aux salariés.
 
Notre objectif est de communiquer autrement, et de nous assurer que nos salariés soient toujours aussi motivés et continuent de venir travailler chaque jour avec envie.
Pour le moment, c’est un succès car très peu de potentiels ont quitté notre entreprise depuis 2006.
 
Nous travaillons aussi sur un autre projet, qui est le pendant exact du projet sociétal, car il aura pour but de renforcer encore la performance de groupe (et individuelle) via des concours internes avec bien sûr du « fun ».
 
Quand on parle de réalisation, j’ai envie de mettre en avant les changements mis en place depuis 2006.
En 3 ans et demi, plus de 60% de nos salariés ont été promus. Presque tous nos collaborateurs reçoivent chaque année une formation de qualité que ce soit sur les compétences ou sur les qualités de leadership.
 
Nous avons renforcé l’ensemble de nos valeurs : replacer les salariés au centre de notre organisation. Dans une entreprise « challenger » sur nos marchés, c’est ensemble que nous faisons la différence !
Nos caractéristiques : être malin, entrepreneur, prendre des décisions rapidement, oser, donner l’envie et évidement construire les talents.
 
Nous avons également fait évoluer nos relations avec les syndicats, avec le comité d’entreprise et d’établissement, dans notre intérêt commun : faire en sorte que l’entreprise soit performante et que les salariés s’y sentent bien. 
 
Nous avons également renforcé la diversité avec de nombreuses actions concrètes, comme la mise en place des programmes  « Health and Wellness » pour s’assurer du bien-être des salariés dans notre entreprise…
 
Nous avons réalisé cela en moins de 4 ans. Et aujourd’hui, chez nous, tous les 6 mois, il y a des opportunités d’évoluer, ce qui n’est pas une pratique courante et qui est particulièrement motivant pour nos équipes.
 
Par ce biais, nous avons su conserver ce qui a toujours fait la différence chez nous : la culture d’entreprise. Cette culture qui fait que nous sommes tous attachés à nos marques, à notre entreprise et à l’ensemble des équipes.
 
Enfin, notre récompense c’est qu’aujourd’hui l’Europe considère la France comme un pays « modèle » et moteur. Nous avons reconstruit notre crédibilité au point de recevoir une véritable confiance des décideurs européens.
 
Ces succès collectifs ont évidement « ouverts des portes » à l’ensemble des collaborateurs de Kimberly Clark France.
Ainsi, j’ai eu l’opportunité de mener une réflexion sur la mise en place des nouvelles organisations de Kimberly Clark Consumer au niveau du « Secteur Européen » et pour l’ensemble des pays. Ce projet a duré 6 mois basé en Angleterre et m’a permis avec un groupe très restreint de décideurs Européens de réfléchir sur le Kimberly Clark de demain et de mettre en place les organisations de tous les départements et dans toute l’Europe pour pouvoir parvenir aux objectifs que nous avions fixés.
 
Je suis également aujourd’hui sur un projet de gestion des talents commun pour toute l’Europe de Sud pour favoriser les passerelles entre ses différents pays et faire partager les fameuses « bonnes pratiques »."
 

Votre définition du DRH d’aujourd’hui

"Un apporteur de solutions encore une fois. Quelqu’un qui est dans le business et qui le connaît.
 
KCC se structure en 3 divisions distinctes (healthcare, professional et consumer). Ce sont des métiers différents, avec des mentalités différentes, même si nous appartenons au même groupe.
Donc le métier d’un DRH, c’est de savoir comment chacun des business fonctionne. Quel est l’esprit et l’ambition (pas uniquement France) de chacun des business à court, moyen et long terme et de s’assurer que les actions d’aujourd’hui sont en lien avec les attentes de demain.
 
Le DRH d’aujourd’hui et demain sait et saura influencer ses « business partners », et il aura un rôle central dans l’entreprise (avec une sphère d’influence importante).
 
Il ne sera plus simplement un spécialiste du droit social. Ce DRH saura s’adapter encore plus aux business, en étant proactif, participatif et vecteur de changement. Il fera partie intégrante de l’entreprise.
Le DRH de demain devra être ouvert, légitime mais surtout franc, courageux et honnête."
 

Les DRH et les nouvelles technologies

"Ce qui est sûr, c’est qu’il faut avoir les bons outils. Concrètement, saisir l’absentéisme sans portail, c’est ridicule ! On perd du temps.
En RH, et comme dans tous les métiers, le but est de réduire les tâches qui n’ont pas de valeurs ajoutées pour que nos équipes se concentrent sur leur cœur de métier. Pour un vendeur, c’est de vendre. La difficulté pour la majorité des entreprises c’est que l’on se laisse « déborder » par le quotidien et par des choses qui n’ont pas un vrai intérêt pour nos métiers. Ainsi, les outils peuvent nous aider à aller dans ce sens.
 
Je suis favorable à la majorité des outils de communication, les intranets, les newsletters, une gestion différente d’Outlook, une gestion rigoureuse des e-mails… en fait, par tout ce qui peut aider quotidiennement.
 
Je crois à l’organisation des tâches et du temps de travail par rapport à cela, mais je ne crois pas que ce soit uniquement un outil qui puisse cette différence, çe serait trop facile.
 
Je suis favorable à avoir moins d’outils mais des outils performants."
 

Les DRH et l’externalisation (paie, recrutement…)

"Il faut que cela apporte de l’efficacité et génère des économies à court ou moyen terme sinon il ne faut pas investir. L’externalisation est un sujet sensible. La phase d’analyse et de mise en place est primordiale à son futur succès.
Je suis favorable à l’externalisation partielle ou totale de tâches comme le bilan social, la 2483 ou la paie.
En revanche, il est indispensable que les personnes qui sont dans les équipes RH connaissent un bilan social, sachent expliquer une 2483 et comprennent l’ensemble des enjeux avec une réelle prise de hauteur de l’administration du personnel en général.
Il faut aussi s’assurer que nos équipes puissent répondre aux questions des collaborateurs."
 

Votre vision de la fonction dans les 10 années à venir.

"Un vrai rôle de Business Partner, complémentaire avec le business et avec une sphère d’influence importante.
Les RH doivent être partie intégrante de la vision de l’entreprise et être le vecteur principal du changement et de la culture d’entreprise. Le DRH doit être moteur."

 

Propos recueillis par Anne-Sophie Duguay

 

 

 

 

Présentation de la société

Kimberly-Clark SAS, filiale française du Groupe Kimberly-Clark Corporation, fabrique et commercialise des produits d’hygiène et de santé à usage unique destinés à 3 grandes marchés : la grande consommation, les professionnels et collectivités, et enfin le milieu hospitalier. Nos marques Kleenex, Huggies, Pull’Ups, Le Trèfle sont au 1er ou 2è rangs mondiaux grâce à des stratégies marketing et commerciales rigoureuses et conquérantes.
Dans l’Hexagone, la société est représentée sur 2 sites de production (à côté de Nancy et Rouen) et à Nanterre pour le Siège Social. Elle emploie 530 salariés pour un CA de 380 Millions d’Euros.

 

 © Crédits photos : Phase4photography / Fotolia / D.R.

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire