Formation, corporate learning et apprenance : vers des modèles d’universités d’entreprise plus ouverts et mieux adaptés aux enjeux de transformation des entreprises et de l’emploi

par La rédaction

 

Dans un contexte de mise en œuvre du CPF, de nouvelles règles de financement de la formation, de renforcements de dispositifs de professionnalisation, de développement des formations certifiantes… apprendre, former et développer les talents constituent autant d’enjeux stratégiques pour les organisations qui vivent une mue profonde à l’ère du digital et de la mondialisation ; que pour les salariés face aux compétences requises dans ce contexte.

Face à ces enjeux, BPI group, spécialiste de l’accompagnement RH des transformations, a interrogé 37 responsables d’Universités d’entreprise sur leur modèle et perspectives : 84 % (plus de 8 sur 10) affirment que leur modèle va radicalement changer dans les 5 ans. Ces résultats seront présentés lors de la première conférence « U-Spring, le printemps des universités d’entreprise », le 7 avril prochain, évènement placé sous le haut patronage du Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. 

 

Les principaux enseignements de l’enquête menée par BPI group (résultats complets disponibles le 7/04)

  • 84 % des responsables d’universités d’entreprise interrogés affirment que leur modèle va radicalement changer avant 2020
  • Les principaux facteurs cités d’évolution des modèles sont attribués à des contraintes de court terme, financières et technologiques
  • L’émergence du numérique et les nouvelles approches pédagogiques apparaissent comme les vecteurs principaux de transformation majeure des universités d’entreprise
  • Au premier rang des préoccupations des responsables d’universités d’entreprise : une exigence affirmée des DRH et DG « acheteuses » autour de l’efficacité, la transformation des apprentissages, la responsabilisation des salariés, l’Innovation.

 

Ce premier état des lieux en 2016 souligne la nécessité de réinventer le modèle existant des universités d’entreprise : peut-on passer d’une promesse élitiste centrée sur le management, la culture et la transformation des organisations à une promesse plus démocratique suscitant l’émergence, le développement et la mobilisation des compétences pour la réalisation de soi et le maintien de l’employabilité tout au long de sa vie professionnelle ?

 

Pour Sabine Lochmann, Présidente du Directoire de BPI group, « Les mutations rencontrées par notre société comportent un enjeu de formation clef pour leur succès. Le salarié de demain sera celui d’aujourd’hui, lequel devra avoir pris, dans l’intervalle, beaucoup mieux en main la gestion de sa vie professionnelle. Les entreprises, au-delà des obligations légales, sont au cœur de ce processus et cherchent de nouveaux formats leur permettant de s’acquitter de cette responsabilité. La proposition de valeur des universités doit s’inscrire dans une démarche prospective pour modéliser et susciter une nouvelle relation aux apprentissages, dont l’accès sera facilité par des solutions digitales intelligentes. En somme, une université « intelligente », c’est-à-dire capable de s’adapter aux rythmes et aux leviers de motivation de chacun, de construire de la valeur, en s’appuyant sur l’intelligence collaborative de tous les acteurs, au sein de l’entreprise et des territoires. »

 

Universités d’entreprise, de quoi parle-t’on ?

Généralistes ou spécialisées, campus, académies, écoles, universités…, leurs formes, statuts, organisations sont multiples et leurs enjeux ambitieux. Elles conjuguent plusieurs promesses : révéler et fidéliser les talents,  développer les savoir-faire, accompagner les transformations, fédérer des valeurs et la culture d’entreprise, renforcer le bien-être au travail et désormais développer l’employabilité des salariés et les rendre « acteurs de leurs parcours ».

 

Dessiner un nouveau modèle, plus adapté

Quels sont les nouveaux outils et modèles pour repenser l’université d’entreprise ? Comment accompagner les révolutions pédagogiques et les nouveaux modes d’apprenance ? Digital et formation, comment tenir les promesses de la massification et de la personnalisation ?…

Les universités d’entreprise ont leur rôle à jouer dans cet enjeu de développement de l’employabilité de leurs participants. Y répondent-elles aujourd’hui ?

 

BPI group organise « Le Printemps des Universités d’entreprise », qui se déroulera le jeudi 7 avril 2016 à Paris au pavillon d’Armenonville. Cet évènement est placé sous le haut patronage du Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. 

Entre conférences, ateliers participatifs et études de cas, cette journée explorera les meilleures pratiques en matière de formation et de corporate learning : nouvelles formes de pédagogie, révolution digitale, formation distancielle, business models et certification des universités d’entreprise. U-Spring rassemblera plus de 300 décideurs : DRH, responsables de la formation, du Learning & Development, directeurs d’universités d’entreprise.

 

 

A propos de BPI group
Créé en 1984, BPI group est un cabinet de conseil en management, spécialiste de l’accompagnement RH des transformations. Expert reconnu sur les enjeux de l’emploi en France, BPI group met en mouvement les dirigeants, managers, salariés autour des projets d’évolution des entreprises, et sur les territoires. Ses domaines d’actions pour y parvenir : l’identification & le développement des potentiels, la formation & la culture du changement, les modes d’organisation & le bien-être au travail, le management des mobilités internes & externes et la médiation territoriale & le développement de l’emploi. Les 700 consultants de BPI group interviennent ainsi tant en conseil aux personnes qu’en conseil aux organisations avec un souci constant de l’innovation continue dans la recherche de solutions.
BPI group développe un ancrage territorial, auprès de ses clients avec 26 bureaux en France. Le Groupe accompagne par ailleurs le déploiement de projets de ses clients à l’international. Le Groupe est détenu depuis 2012 par le fonds d’investissement Perceva.

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire