Alloboulotbobo.fr, ensemble face au mal-être au travail

par La rédaction

La préoccupation pour le bien-être au travail prend de l’ampleur, à la fois dans les institutions concernées par la santé au travail, dans les thèmes de recherches au niveau européen et dans un certain nombre d’entreprises. Les salariés n’ont, quant à eux, que trop rarement l’occasion de se confier sur ce qu’ils vivent en situation de stress et se retrouvent isolés. Les initiatives pour venir en aide aux personnes en situation de mal-être professionnel apparaissent peu à peu. Le site www.alloboulotbobo.fr, site communautaire visant à aider les gens souffrant au travail à venir s’exprimer, à faire partager leur expérience, se faire aider et aider les autres dans un esprit communautaire, est l’une de ces initiatives.

My RH Line a rencontré, Victor Waknine, Fondateur du site Alloboulotbobo.fr

 

My RH Line : Comment est née l’idée du site www.alloboulotbobo.fr ?

Victor Waknine : L’idée est née il y a 3 ans, en 2007. Je suis moi-même consultant en stratégie, développement et management. J’ai un parcours professionnel de dirigeant d’entreprise notamment dans les nouvelles technologies. J’étais, à cette période, en pleine réflexion à la fois sur le management et sur internet (notamment les espaces collaboratifs et les partages de connaissances). Etant en contact, en tant que PDG, à la fois avec la motivation et la souffrance des salariés, je réfléchissais sur la problématique de la souffrance au travail et je me suis demandé s’il n’y aurait pas besoin de créer une plate-forme collaborative pour que les internautes du monde de l’entreprise partagent leurs expériences.
J’ai une légende personnelle. Il se trouve que je suis moi-même sorti du monde de l’entreprise d’une façon peut-être un peu brutale comme beaucoup de PDG débarqués. J’ai donc aussi essayé de rebondir sur du positif en essayant d’apporter quelque chose au monde de l’entreprise, une touche nouvelle et du partage.
Je connaissais bien internet, les logiques d’actionnaires et d’entreprises, et j’avais beaucoup travaillé la direction des équipes en étant patron. Je me suis alors dit qu’il y avait peut-être une place pour un site collaboratif et pédagogique sur la souffrance et le bien-être au travail.
Les sites qui existaient (sites médicaux, forums féminins) n’envisageaient la question que sous l’angle du stress.

"Le bobo social peut dégénérer et devenir une grave maladie"

J’ai fait moi-même ma propre introspection sur tous ces problèmes-là et il m’a semblé qu’il y avait trois liens sociaux fortement dégradés : le monde de l’entreprise, le monde de la famille et le monde de l’école. Ces trois organisations ont été fortement perturbées et le lien social y est fortement bousculé. Je me suis posé la question du malaise social, "bobo social". Pour le moment c’est un petit bobo, mais il faut faire attention car il peut dégénérer et devenir une maladie grave. En revanche un petit bobo peut être soigné si l’on réagit assez vite. Comme je viens du monde de l’entreprise, j’ai commencé par Alloboulotbobo mais j’ai déposé des marques sur allofamillebobo, alloecolebobo et allosocialbobo. Il y avait une démarche globale. J’ai commencé par Alloboulotbobo, parce que c’est ce que je connaissais le mieux. Je me suis concentré sur l’urgence de créer une plate-forme collaborative et pédagogique sur la souffrance au travail.

My RH Line : Comment se présente le site ?

Victor Waknine : Ce site est un peu le wikipedia de tout ce qui a été publié mais sélectionné par nous sur ces thématiques. L’ambition est d’apporter une source pédagogique et de discussions sérieuses sans être stigmatisant. Il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre. Le positionnement n’est pas la souffrance mais le bien-être. Le but c’est d’aller mieux.
Il ne s’agit pas uniquement d’un site sur le stress. N’étant ni psy, ni coach, je me suis mis sous l’œil du patron, du dirigeant d’entreprise qui partage avec ses équipes, les difficultés économiques mais aussi les moments heureux de l’entreprise où l’on développe un beau projet. J’étais au carrefour des pressions et des contraintes entre l’actionnaire qui m’avait nommé PDG et les salariés. Je devais « encaisser » pour mes troupes pour les protéger un peu comme un papa et leur faire partager de façon éthique les soucis du dirigeant. Je pense que les principales difficultés du monde de l’entreprise viennent de la confusion qu’il y a entre les pouvoirs du conseil d’administration et de l’actionnaire et la création de valeurs de l’entreprise qui est faite par l’organisation, le capital humain, les clients et le marché. J’ai donc poussé un petit peu loin la volonté de protéger l’outil de travail. Une des grandes difficultés du climat social dans le monde du travail vient de cette confusion.

"Le positionnement n’est pas la souffrance mais le bien-être.
Le but c’est d’aller mieux.
"

Comment concilier les intérêts entre des actionnaires qui investissent pour avoir un retour financier ce qui est normal, et la collectivité nationale des clients qui investissent sur un produit ou un service, des salariés et des dirigeants qui construisent un outil de travail pour fournir un service ou un produit. Il n’y a pas forcément conciliation entre ces deux aspirations. Ceux qui ont construit quelque chose vont le garder le plus longtemps possible c’est comme s’ils avaient réalisé quelque chose qui leur appartenait et ceux qui ont mis de l’argent veulent avoir la liberté de pouvoir entrer et sortir comme ils veulent. C’est la grande opposition qui crée tous les soucis qu’on connaît dans le monde de l’entreprise.

My RH Line : A qui s’adresse www.alloboulotbobo.fr?

Victor Waknine : Le but de la plate-forme est que tous les contributeurs de l’entreprise puissent s’exprimer, que ce soient des salariés, des dirigeants, ou même les actionnaires. Il est ouvert à tout le monde, les professionnels, les médias, les politiques, le site est libre. C’est une plate-forme publique, libre et gratuite sans publicité.

My RH Line : Qui intervient le plus ?

Victor Waknine : Ce sont les salariés aujourd’hui et des professionnels, des consultants, des coachs. Ce sont les deux populations les plus représentées.
Le site n’est pas encore très actif car il n’y a pas de publicité. Je privilégie le contenu, la qualité. Il y a beaucoup de nouveau visiteurs. Des visiteurs qui viennent de 70 pays. Beaucoup d’expatriés qui semble-t-il passent par là. Un petit millier de visiteurs par mois sur une thématique très précise.

My RH Line : Quels sont les thèmes qui ressortent le plus ?

Victor Waknine : Ce sont le harcèlement et les situations de surcharge de travail, d’épuisement. Le but du site est d’abord d’expliquer les ressentis des situations, il y a une démarche pédagogique. Nous décrivons les situations principales qu’elles soient bonnes ou difficiles. Nous proposons aux internautes de se reconnaître dans des situations car la première des choses est de sortir de son isolement. Pour cela il faut que l’internaute comprenne dans quelle situation il est. Nous lui proposons donc une explication de ressenti, cela lui permet de vérifier que c’est exactement cela qui correspond à son état. Il peut ensuite participer à un forum et profiter de la plate-forme pédagogique mise en place (informations utiles, actualités, sites utiles, enquêtes, dossiers, l’aspect judicaire et réglementaire, des tests). Cette plate-forme pédagogique est mise à jour de façon continue et donne un éclairage sur la thématique du bien-être et de la souffrance au travail. Il arrive qu’un internaute consulte jusqu’à 40 pages lors d’une de ses visites. Les visiteurs travaillent sur le site.

"Les étudiants n’ont aucune idée
de ce que signifie diriger une équipe faite d’humains"

Depuis Noël et la deuxième version, j’ai ouvert un onglet pour les étudiants qui sont prêts à entrer dans le monde du travail. Il existe aujourd’hui un vide, un déficit dans les écoles et les universités sur le management. On ne leur apprend pas ce qu’est le monde de l’entreprise. Les enseignements sont très théoriques et pas pratiques. Les étudiants n’ont aucune idée de ce que signifie diriger une équipe faite d’humains. Le site tente de pallier à ce déficit en les éclairant sur le contexte de la qualité de vie au travail, ce qu’ils doivent savoir s’ils entrent dans le monde du travail. Il est important que les gens qui travaillent se sentent bien. S’ils ne se sentent pas bien voilà pourquoi et voilà ce qu’il faut éviter.
Il faut expliquer que si on se sent bien on est plus motivé et que donc l’entreprise va mieux. Il y a un équilibre important à maintenir entre l’économique et le social. Il faut que les étudiants se préparent, se renseignent, s’informent. Ils doivent trouver des pistes, se préparer au monde du travail sous un aspect stratégie management socio économique par la performance éthique.
 
 
Propos recueillis par Anne-Sophie Duguay
 
 

 www.alloboulotbobo.fr

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire