4 critères d’UX pour bien choisir votre technologie de formation

par La rédaction

Grande absente de la formation digitale, la problématique d’UX Design ou User Experience Design est pourtant au cœur de toutes les plateformes qui font les succès du Web d’aujourd’hui. La raison ? Des outils de création et de diffusion vieillissants et disposant d’une approche uniquement top-down de la formation ? Peut-être bien. Dans un monde où les technologies, les usages et les enjeux évoluent à grande vitesse, il n’y a plus de doute pour dire que l’utilisateur final d’un produit est désormais revenu au centre. Ses envies, ses instincts, ses besoins, ses objectifs drivent l’évolution même de l’organisation des outils. Car sans UX Design capable d’engager l’utilisateur, il n’y a pas de formation. Et lorsqu’il n’y a pas de formation, on sait tous ce qu’il se passe. Ou ce qu’il ne se passe pas.

#1 Votre provider a t-il conscience de l’UX Design de ses produits ?

Ce premier critère peut paraître anodin, mais il a son importance. Très clairement, si vous posez cette question au fournisseur de Digital Learning qui vous propose ce type de contenu, et qu’il vous répond que oui, vous avez le droit de rire. Oui oui, de rire. Et peut-être même de lui proposer d’acheter l’un des manuels basiques d’UX qui sont très nombreux sur le Web.

Un bon UX Design, ça ne vient pas de soit et ça n’est pas qu’une affaire d’esthétique. C’est une réflexion profonde à mener lors de la conception même de la plateforme. Qui sont mes différents types d’utilisateurs, quels sont leurs profils, leurs besoins et objectifs, leur appétence pour le digital ? En fonction de cela, quels vont être mes parcours utilisateurs ? Comment réduire au maximum le nombre de clics pour arriver aux différents objectifs ? Comment rendre l’information importante de chaque page directement identifiable et actionnable ? A quel moment la présenter et sur quelle technologie ? Bref, c’est pour cela qu’on parle de « design » : un processus empathique mais rationnel qui vise à résoudre des problèmes fonctionnels de multiples natures.

Tous les grands acteurs du Web ont inclus dans leur service R&D une dimension UX. Songez un instant à un Deezer où vous ne trouveriez pas le bouton Play. Ou à un Facebook où vous ne sauriez pas où poster un document. Les utilisateurs auraient tous désertés.

#2 Respecter les codes du Web

Un bon UX Design passe aussi par la capacité du provider à détecter et reprendre dans son outil les grands codes fonctionnels du Web. Ceux qui sont devenus des habitudes culturelles intégrées chez les internautes, un peu comme on sait qu’il faut prendre un marteau par le manche et non par l’embout métallique. Reprendre les codes Web permet de réduire considérablement le temps d’adoption initial d’un outil. L’utilisateur arrive sur une solution nouvelle mais c’est comme s’il savait déjà l’utiliser.

Dans un environnement collaboratif, cela passe, par exemple, par l’utilisation d’une ligne d’actualités où l’utilisateur peut retrouver les dernières nouveautés de son réseau. Cela passe également par l’utilisation de forums contextuels attachés à chaque ressources pédagogiques (questions, documents, lien, sondages, fiche de cours, commentaires). Les notions de « J’aime » et de commentaires sont aussi largement repris aujourd’hui car ils sont pratiquement devenus des standards du Web. Tout comme la notion de partage de documents ou d’une publication dans la plateforme ou d’un score obtenu. Les évaluations sont aussi une pratique standard des plateformes Web pour que la communauté améliore structurellement la qualité des échanges et des contenus partagés : évaluer grâce à des étoiles les formateurs ou les apprenants pour faire ressortir les plus engagés. Les systèmes de notifications (in App et/ou par email) sont encore un exemple dont Facebook est certainement le plus connu et représentent un formidable outil de rétention utilisateur. Elles rendent l’usage quasi addictif. Enfin, le design d’interface peut aussi jouer sur l’adoption de l’outil car de grandes tendances se dessinent aujourd’hui sur le Web : Flat Design ou Material Design par exemple.

#3 Permettre les usages du Web

Le critère de l’usage dépend de la compréhension de votre provider des codes du web. Si votre provider a correctement identifié et repris ces derniers, de nouveaux usages commencent à se mettre en place sur votre plateforme. Ceux-là même qui rythment la vie de vos collaborateurs. Qu’il soit chez lui, ou dans son environnement professionnel, le collaborateur reste en effet un internaute avec ses réflexes, ses habitudes, ses convictions sur ce qu’il peut ou ne pas faire avec la technologie.

Mais de quels usages parlons-nous ? Il faudrait un article entier pour les présenter et lister leurs bénéfices mais en voici quelques-uns pêle-mêle : les user generated content, la sérendipité, la mobilité, l’utilisation de formats innovants du Web (au top de la technologie) ou encore la gamification. Promis, je reviendrai un jour sur ces sujets. Retenez une chose, si l’UX Design de votre plateforme permet à ces usages d’émerger, la fidélisation des utilisateurs n’en sera que décuplée.

#4 L’avènement du marketing pédagogique

L’objectif premier du marketing est de créer de l’engagement. En soit, le marketing et ses leviers ont donc beaucoup à apporter à l’univers de l’apprentissage en ligne : A/B testing de formation, community management, géolocalisation des apprenants en temps réel, funnel analysis, retargeting de contenus de formation, usage des données pour personnaliser et automatiser l’apprentissage… Les fonctionnalités proposées au formateur doivent lui permettre d’améliorer en continue ses formations, d’optimiser la gestion des communautés apprenantes, de les faires grandir et d’intensifier toujours plus l’usage de la plateforme. L’UX Design de la plateforme a donc pour objectif de donner du pouvoir aux formateurs et de donner plein sens à la pédagogie digitale.

Ces questions sont depuis le début au cœur des réflexions des équipes de 360Learning. Aucune nouvelle fonctionnalité n’est implémentée sans une démarche réflexive orientée « utilisateur final » et engagement. Je vous invite à découvrir dès maintenant le résultat de notre démarche ici.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire