3 Questions à … Nicolas-Louis Boël, CEO Altissia International SA

par La rédaction

Sally-Ann Moore : En 2012 et 2013, en France et en Europe, il y a eu une accélération de l'utilisation de logiciels open source, en partie grâce aux recommandations du gouvernement et de l’Union Européenne. Que conseillerez-vous aux responsables de formation et chefs de projet e-learning qui se trouvent confrontés aux solutions e-learning Open Source ? Quels sont les domaines particuliers du e-learning qui peuvent bénéficier efficacement de solutions open source aujourd'hui ? Pour qui et/ou à quel moment ces solutions vous paraissent adaptées ? Votre entreprise se développe-t-elle dans ce domaine?

Nicolas-Louis Boël : L’accélération de l’utilisation des logiciels open source est selon nous liée à leur niveau de développement toujours plus abouti et à une plus grande maturité dans les projets de grande envergure tels que Moodle. Toutefois, il nous semble judicieux de différencier 3 catégories d’outils open source propres au monde de l’e-learning: les « contenants », les « outils auteurs » et les « contenus ».

En ce qui concerne les contenants et, dans une moindre mesure, les outils auteurs, leur développement est indéniable.Ces outils répondent cependant souvent à des besoins assez génériques et demandent des configurations parfois complexes, voire des développements sur mesure dans le cas de projets et de besoins plus spécifiques. Il faut alors veiller à anticiper les coûts liés aux adaptations,qui, faute d’une analyse et d’une vision des besoins futurs, peuvent s’avérer importants, tant en termes financiers qu’humains. Avant de faire le choix d’un outil, il convient dès lors impérativement d’élaborer un cahier des charges précis afin de pouvoir sélectionner l’outil qui correspond le mieux aux besoins actuels et futurs.

Parmi les critères à prendre en compte, il convient d’analyser la crédibilité, la cohérence, la durabilité du projet open source et de vérifier l’activité et réactivité de la communauté du ou des outils sélectionnés. À ce jour, ces outils e-learning open source semblent surtout utilisés dans le milieu éducatif (hautes écoles, universités) ainsi que dans les PME. Les grands comptes restent plutôt tournés vers les LMS et outils propriétaires. Concernant les solutions open source orientées sur les « contenus », j’émets certaines réserves. A ce jour, l’offre est plutôt réduite, rarement complète, et, si elle n’émane pas de communautés académiques, sa fiabilité est plus incertaine. Dans ce cas aussi, la cohérence globale du projet est cruciale et l’agrégation de multiples contenus open source se traduit plus difficilement dans un parcours de formation complet et efficace. Il convient donc d’étudier minutieusement les objectifs poursuivis et d’évaluer si l’offre de contenu open source répond réellement aux besoins du projet.

En ce qui nous concerne, Altissia est un éditeur de contenus linguistiques associés à un contenant « maison ». Avec notre leitmotiv de renouvellement permanent, cette combinaison garantit à nos utilisateurs de vivre une expérience de formation innovante, agréable et surtout efficace.Nos contenus sont par ailleurs intégrables dans toutes les plateformes LMS compatible SCORM, qu’elles soient open source ou non. Nous avons d’ailleurs mis en place avec succès plusieurs projets linguistiques construits autour de la plateforme Moodle.

 

Sally-Ann Moore : En 2013 votre entreprise a mis en place un grand nombre de projets e-learning chez des entreprises de haut niveau. Parmi ces projets lesquels ont été vos favoris et pourquoi?

Nicolas-Louis Boël : Notre vision de projets pédagogiques globaux centrés sur la distance se confirme et se concrétise. L’e-learning reste au cœur de notre stratégie mais il s’intègre désormais chez nos clients dans un projet global de formation linguistique construit sur le long terme. Ces projets incluent bien souvent des dispositifs « blended learning » (tutorat, visioconférence, tests de recrutement,…) mais ils sont également parfois renforcés par un soutien « de terrain », tant sur le plan pédagogique que technique. Un exemple récent est le projet Brulingua.be dont le cœur est une plateforme en ligne dédiée à la formation linguistique de tous les chercheurs d’emploi de la région de Bruxelles (plus de 100.000 personnes), mais dont l’encadrement tant technique que pédagogique se fait autant en ligne que sur le terrain à travers de nombreuses séances de soutien organisées dans les centres du « Pôle Emploi » belge. Un autre exemple montre également la complémentarité de l’apprentissage en ligne avec d’autres dispositifs de formation. Nous avons créé, entre autres avec la société COFACE, des programmes de motivation à l’apprentissage dont l’une des multiples« récompenses » est un séjour d’immersion à Londres, une façon de joindre l’utile à l’agréable.

 

Sally-Ann Moore : En repensant à ces projets, y a-t-il quelque chose de spécial que vous avez appris de cette expérience ou ce que vous feriez différemment en 2014 ?

Nicolas-Louis Boël : Oui, il est impératif que les sociétés d’e-learning renforcent l’aspect communautaire et innovent dans la communication autour des projets e-learning. Nous devons sans cesse nous renouveler et nous adapter aux nouvelles tendances et usages des technologies. Ces dernières années, nous avons constaté une augmentation constante du phénomène de « sur-communication ». Avec les e-mails, textos, médias sociaux et médias traditionnels, nous sommes tous pris, voir dépassés par ce flot permanent d’information et nous avons le sentiment de ne plus « avoir le temps ». Notre rôle est de poursuivre dans la voie d’une communication plus ciblée, plus personnalisée, plus ludique et motivante, mais également d’accompagner les apprenants dans leur parcours d’apprentissage. Nous allons par exemple les aider et les conseiller afin de mieux gérer leurs sessions de formation. La flexibilité est une des grandes forces de l’e-learning, il nous revient dès lors de nous appuyer sur cet atout pour aider tous les apprenants à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés.

 

A propos d’Altissia Altissia est le spécialiste des formations innovantes en langues à distance. Dans une volonté de mettre l’humain au cœur de l’apprentissage linguistique, Altissia est né d’une alchimie unique associant les meilleurs spécialistes issus du monde de l’éducation, de l’innovation technologique et de la formation professionnelle. C’est en effet au cœur de l’Université de Louvain (UCL), l’une des plus anciennes et prestigieuses universités européennes, que les équipes d’Altissia développent des solutions linguistiques centrées sur les besoins de chaque apprenant. La progression dans toutes les compétences est garantie par un mix savamment orchestré entre les différents dispositifs de formation à distance (test de niveau adaptatif, analyse de besoins, plateforme e-learning, tutorat, cours par téléphone, visioconférence, classe virtuelle,..). Le groupe Altissia est actuellement actif en France, dans le Benelux, en Espagne, au Brésil, au Maghreb et au Moyen Orient. www.altissia.com/fr

 

Par Sally-Ann Moore, Directrice et Fondatrice d’iLearning

 

 

Forum RETROUVEZ ALTISSIA SUR ILEARNING FORUM LES 11 ET 12 FEVRIER 2014.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire