Le DRH et le vigneron : « Il a de la bouteille » !

par La rédaction

Les vins en vieillissant, subissent de nombreuses transformations. Les hommes aussi ! Ces changements varient selon les vins/hommes et les conditions de stockage dans la cave et dans l’entreprise. Si certains vins/hommes prennent beaucoup de valeur et augmentent en qualité en vieillissant, d’autres vins/hommes se dégradent avec le temps. Durant le vieillissement prolongé en bouteille/entreprise, certains tendent à s’assouplir et les bouquets/potentiels se développent pour atteindre leur maximum au bout de quelques années; d’autres atteignent leur plein développement en quelques mois.

A l’instar des êtres humains, le vin passe par la petite enfance, l’adolescence, l’âge adulte, l’apogée, le déclin, pour finir par la sénilité/piquette totale. Les bouteilles de capacité supérieure à 75 cl portent des noms particuliers : Magnum : (1,5 litre), Jéroboam : (3 litres), Réhoboam : (4,5 litres), Mathusalem : (6 litres), Salmanazar : (9 litres) et enfin le Nabuchodonosor : (15 litres) tout comme nous appartenons à une génération particulière : génération Y (15-30 ans), génération X (30-45 ans),ou Génération senior (45-60 ans), chacun porte la culture et les valeurs de sa tranche d’âge
Petite enfance : les premiers pas c’est le Magnum :
2 bouteilles/ans d’expérience = acquisition des compétences basiques du  métier : c’est un Y, il a 25 ans.
Trop jeune, il ne laisse percevoir que peu d’arômes. En bouche, il manque d’harmonie, les différentes saveurs sont dissociées. On décèle parfois une dominante d’acidité, d’alcool, ou de tanins. Le vin manque d’expression, tout est en retenue, en attente… ! Et comme disait mon grand-père bourguignon « On ne connaît pas le vin à l’étiquette, ni l’homme à l’habit. » Il a certainement des diplômes, sort major de promo d’une grande école mais « l’habit ne fait pas le moine», il y contribue seulement… Un bon dégustateur/recruteur se posera sûrement la question suivante : Comment savoir si un jeune vin a « du potentiel » : c’est-à-dire est susceptible de se bonifier avec l’âge ? Ouvrez une bouteille : testez-le !
L’Adolescence : l’âge tendre c’est le Jéroboam :
4 bouteilles/ans d’expérience = maîtrise du poste notamment les compétences techniques et relationnelles : en phase de professionnalisation : c’est toujours un Y, il a 27 ans
Le temps de l’adolescence est une période transitoire qui révèle les futures qualités du vin/homme. Avant d’aborder la phase adulte, il est souvent utile d’aérer le vin en carafe/séminaire, et de  l’agiter par effet de rotation/formation.
L’âge adulte c’est le  Réhoboam :
6 bouteilles/ans d’expérience = responsabilités opérationnelles et ou chef de projet : Fin de sa vie de Y, début du X, il a 30 ans
Evolution, ascension, confirmation de la personnalité d’un vin/homme, phase montante, moment idéal pour la dégustation hédoniste qui chapeaute la période de bonification d’un cru. Plaisir total, original et complexe ! Gérer, organiser, animer : il prend en charge un projet dans lequel il doit faire ses preuves en maîtrisant des compétences stratégiques.
La force de l’âge c’est le Mathusalem :
8 bouteilles/ans d’expérience = Encadrement de proximité, Responsable de service : c’est un X, il a 33 ans
Le cadre devient un encadrant, il doit développer sa polyvalence pour prendre au fur et à mesure des fonctions globales de management avec un niveau d’autonomie et de décision plus important.
La maturité c’est le Salmanazar :
12 bouteilles/ans d’expérience = responsabilités managériales : toujours un X, il a 37 ans.
Au fur et à mesure qu’on avance dans une carrière, la dimension managériale prend le dessus sur la technicité. C’est dire qu’aux stades avancés de la carrière de tout un chacun, il faut apprendre à gérer une équipe, à orienter les gens, à gérer des projets. On n’est plus un technicien, mais un chef d’orchestre. On ne parle plus du savoir-faire, mais plutôt du savoir relationnel. L’individu passe alors d’une zone de confort : son pouvoir technique d’expert à une zone à risques : la gestion des ressources humaines.
L’apogée : la plénitude c’est l’âge d’or du Nabuchodonosor :
20 bouteilles/ans d’expérience = expertise, Direction : il est senior, il a plus de 45 ans.
Les cadres jugés à haut potentiel prennent des fonctions au siège et pour certains lâchent l’opérationnel. Ici, c’est de stratégie et de vision à long terme dont il sera question, cela signifie peser plus dans le débat, permettre à vos valeurs d’être représentées et de s’exprimer.
C’est sur les plus grandes tables que l’on sert des vins de 20 ans d’âge, ils sont précieux, se dégustent religieusement comme une denrée rare, concentré du savoir-faire du vigneron, de la cave qui l’a élevé. Pour définir l’apogée, pensons à l’homme dans la cinquantaine, certains affichent une santé morale et physique à toute épreuve, l’âge ne semble pas les atteindre : ils ont de la bouteille, de l’expérience ou de la maturité. Tous les arômes fins d’un bon vin se développent lors de son vieillissement et cette opération l’aide à passer les années avec succès. En d’autres termes, une personne qui a de la bouteille est souvent…. de bon conseil.
Le déclin ou le vinaigrier !
En revanche, c’est vrai, d’autres subissent les effets du vieillissement, sans réaction. A l’égal de l’homme, les vins vieillissent plus ou moins bien, selon leur état physique et les conditions de vieillissement. Avant l’heure, c’est pas l’heure, après l’heure c’est trop tard.

Après l’apogée suit le déclin, le dernier moment pour vider les casiers et les postes !
Le bon vin n’est plus qu’un souvenir… nostalgie ! Fatiguée, la robe vire au brun tuilé, les tanins s’avachissent, les cheveux sont gris. Trop tard ! Naïf de croire qu’il suffit d’enfermer les bouteilles/hommes dans une bonne cave/entreprise pour garantir une durée de vie illimitée. Le vin est une matière vivante, et comme toutes les matières vivantes il y a forcément une date limite de consommation… !

Une hystérie hygiéniste.

Le lobby viticole a réussi à empêcher les avertissements de dangerosité sur les étiquettes de vin. En effet, face à certaines mesures de santé publique jugées extrêmes, des voix se sont élevées pour affirmer que l’on tuait «l’art de vivre à la française».
Au nom de la santé publique, on a failli instaurer en France une société «hygiéniste» où bientôt, plus personne n’aurait osé boire un verre d’alcool.
Le lobby des recruteurs n’a pas réussi le même exploit ; candidats et recruteurs sont encore en train de se demander s’il est dangereux de porter son âge sur un cv.
En effet face à cette discrimination, des voix, la nôtre, celles des seniors chômeurs se sont élevées pour affirmer que l’on tuait « le recrutement à la française »
Au nom de la santé de l’entreprise, on a instauré en France une société hygiéniste dans laquelle on n’embauche ni les jeunes ni les seniors. On pourrait en effet rester sans voix devant cette flambée prohibitionniste mais je suis là pour vous rappeler que la rupture conventionnelle constitue « un pot de vin » et qu’un quinqua de « derrière les fagots » n’est pas nuisible !
Si l’alcool est à consommer avec modération, le quinqua et le sexa ne provoquent pas de dégâts.
« In vino veritas » une dame jeanne, senior, remplie d’eau de vie !

 

Elisabeth Lahouze Humbert 

Consultante RH

 

A propos de Cadres Seniors Consulting :
Créé en 2006 est le premier cabinet de recrutement spécifiquement dédié aux cadres seniors. Précurseur dans ce domaine, CSC intervient au niveau national et international et dans tous les secteurs du tertiaire et de l’industrie.
La mission de Cadres Seniors Consulting :
· Réintégrer les seniors rejetés du marché du travail,
· Combattre les idées reçues qui mènent la vie dure aux plus de 50 ans
 
Cadres Seniors Consulting vient de faire paraître 2 ouvrages chez l’éditeur Maxima (www.maxima.fr)  
Le Retour des Quinquas : Basé sur des cas concrets et des situations vécues, Le Retour des Quinquas est un ouvrage positif avant tout. Conçu pour faciliter votre recherche, il va vous permettre de vous repositionner sur le marché de l’emploi… et vous aidera de surcroît à rester optimiste!
 Le choc générationnel : C’est le premier ouvrage qui offre à tous : managers, DRH ou consultants, les moyens d’adapter leur management (délégation, évaluation, motivation, communication, formation…) en fonction des différences de comportement de chaque génération. Ainsi, cette enquête sur le terrain est aussi une très efficace boîte à outils managériale pour le pilotage au quotidien des équipes multi-générationnelles actuelles

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire