Le bon moment pour changer de Job ? Plus d'un tiers des salariés Français agacé par les plaintes de ses collègues

par La rédaction

 

Les plaintes incessantes et le manque d’hygiène majoritairement cités comme les pires défauts possibles d’un collègue de travail

 

Selon les résultats d’une étude1 réalisée par l’institut OpinionWay pour Monster, un leader mondial de la mise en relation entre les personnes et les opportunités de carrière, les trois pires défauts que peut avoir un collègue de travail sont de se plaindre tout le temps, de manquer d’hygiène et de parler trop et trop fort. Viennent ensuite la tendance à étaler sa vie personnelle, à être trop curieux ou à raconter des blagues nulles.

 

Plus d’un tiers des salariés agacé par les plaintes de leurs collègues

Les résultats de l’étude font clairement ressortir deux défauts peu supportables pour la majeure partie des répondants. Les chiffres révèlent ainsi le ras-le-bol de 36% des salariés concernant les plaintes incessantes d’un collaborateur, quand 30% des sondés se déclarent avant tout dérangés par le manque d’hygiène. Le troisième pire défaut cité arrive loin derrière, avec 10% des interviewés pointant du doigt le fait de parler trop et trop fort. Viennent ensuite le fait d’étaler sa vie personnelle et d’être trop curieux pour, respectivement, 8% et 7% des répondants, témoignant du besoin prégnant de garder séparées vie personnelle et vie professionnelle. À la liste des défauts proposée, certains salariés ajoutent ex-aequo, via la catégorie « Autres », la fainéantise, l’incompétence et le comportement manipulateur comme principaux points de blocage.

 

Des disparités géographiques notables entre salariés

En étudiant les résultats dans le détail, de légers écarts de perception sont constatés en fonction du sexe, du niveau d’instruction ou de l’âge des sondés, mais de fortes disparités régionales existent :

  • En fonction du diplôme : il sembleraitque les salariés avec un niveau bac ou supérieur soient davantages exposés aux plaintes répétées de collègues au travail. En effet, les salariés avec un diplôme inférieur au baccalauréat sont sensibles à seulement 26% aux plaintes de leurs collègues, quand ceux qui possèdent un niveau bac y sont sensibles pour 40% (contre 37% pour ceux avec un diplôme supérieur au bac). Les résultats soulignent également que, si 7% de l’ensemble des salariés placent l’abus de curiosité en tête des pires défauts au travail, ce chiffre grimpe à 13% parmi les répondants avec un diplôme inférieur au bac.
  • En fonction de l’âge : 40% des 30-39 ans se montrent particulièrement sensibles aux plaintes incessantes, ce chiffre passe à 34% pour les autres tranches d’âges.
  • En fonction du sexe : bien qu’il n’y ait pas d’écart de perception important, les femmes semblent plus incommodées par le manque d’hygiène (32%) que les hommes (28%), qui sont, eux, plus nombreux à dénoncer l’abus de curiosité (8% contre 5% pour les femmes).
  • En fonction de la région : l’étude révèle des sensibilités plus ou moins marquées selon les régions. Si les salariés du Nord-Ouest fustigent les plaintes incessantes d’un collègue à 42%, les salariés d’Île-de-France s’y accordent pour 29% seulement, préférant désigner le manque d’hygiène comme principal défaut (32%). Les salariés du Sud-Ouest sont moins gênés par le manque d’hygiène d’un confrère que dans les autres régions (24% contre 30% de moyenne nationale). Les salariés du Nord-Ouest, quant à eux, sont les moins embarrassés par les collègues trop curieux (à 4 % contre 7% pour l’ensemble des salariés français).

 

Les salariés ne savent pas toujours comment réagir face aux comportements abusifs

Les résultats de ce sondage permettent de souligner deux conditions clés pour des relations de travail apaisées. La première touche à l’atmosphère, avec un rejet de l’attitude foncièrement négative de certains collègues à l’égard des autres et parfois d’eux-mêmes. La seconde touche à la responsabilité de chacun dans la gestion de son hygiène de vie, un sujet épineux à cheval entre vie personnelle et vie professionnelle.

 

« Certains salariés se sentent désemparés face aux attitudes excessives de leurs collègues. Ils ne savent pas toujours comment réagir ni à qui s’adresser en fonction du problème auquel ils font face, parfois quotidiennement. Il existe différents profils de collègues nocifs et autant de façons d’appréhender ces personnes. Face au râleur, il ne faut pas hésiter à parler calmement et à lui rappeler des faits qu’il oublie peut-être de prendre en compte. Ce type de profil n’est en effet pas toujours objectif et rationnel. Il ne faut également pas hésiter à faire preuve de diplomatie avec les collègues qui parlent trop ou trop fort ou qui viennent transgresser la limite vie professionnelle/vie privée. Il est important d’ouvrir le dialogue posément avant de se tourner vers sa hiérarchie en cas de blocage. Certains signes peuvent aussi être symptomatiques d’un malaise propre à l’organisation, dans ce cas, les salariés sont en droit de se tourner vers l’extérieur pour rechercher une structure plus saine et soucieuse du bien-être de ses salariés. », analyse Marc Suchet, directeur marketing de Monster France, Espagne et Belux.

Les résultats du sondage : « Quel est selon vous le pire défaut que peut avoir un collègue de travail ?» 

 

  % de votes 

Se plaindre tout le temps

36%

Manquer d’hygiène

30%

Parler trop et trop fort

10%

Étaler sa vie personnelle

8%

Être trop curieux

7%

Raconter des blagues nulles

2%

Autres

6%

Ne se prononce pas

1%

TOTAL

100%

 

1Étude réalisée auprès de 1074 salariés français. L'échantillon est représentatif du salariat français sur les critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle, de taille d'entreprise, de secteur d'activité de l'entreprise, de statut de l’employeur (public/privé) et de région de résidence. Les salariés ont été interrogés en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview). Le terrain a été réalisé du 27 au 29 janvier 2015. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

 

A propos de Monster Worldwide
Monster Worldwide Inc. (NYSE: MWW) est un leader mondial de la mise en relation entre les personnes et les opportunités de carrière, où qu’elles se trouvent. Depuis plus de 20 ans, Monster aide les candidats à améliorer leur vie avec de meilleurs emplois et les recruteurs à dénicher les meilleurs talents. Aujourd’hui, grâce à une présence dans plus de 40 pays, Monster apporte les solutions les plus complètes et les plus sophistiquées en termes de recherche d’emploi, de gestion et d’accompagnement de carrière, de recrutement et de gestion de talents. Monster poursuit son travail de pionnier en transformant le secteur du recrutement grâce à une technologie avancée utilisant des solutions digitales, sociales et mobiles intelligentes – dont monster.fr, notre site phare en France – ainsi qu’une large gamme de produits et services.

 

 

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire