Société Générale soigne sa politique handicap

par La rédaction

 

Coup d’envoi de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées, lundi 17 novembre. Durant une semaine, les entreprises, mais aussi les institutionnels, vont se mobiliser pour faire progresser le taux d’emploi des personnes handicapées mais aussi sensibiliser le collectif de travail. Gros plan sur la politique handicap de Société Générale.

 

Avec un taux d’emploi des personnes handicapées de 2,83%, Société Générale est loin de l’obligation légale de 6% fixée par la loi handicap de 2005. Mais, l’établissement bancaire ne se résigne pas à ce faible score. « Nous recrutons à bac + 2/3 jusqu’à bac+5. Or, 80% des bacheliers en situation de handicap ne poursuivent pas leurs études dans l’enseignement supérieur. Notre rôle d’acteur responsable engagé dans la cité est donc d’agir en amont des recrutements », explique Sandrine Dhellemmes, directrice inclusion & mission handicap chez Société Générale.

 

Pour créer des passerelles entre l’enseignement supérieur et le monde de l’entreprise, la banque est partie prenante de l’association l’Arpejeh. « Il s’agit de nouer des partenariats avec les écoles et les universités afin de parrainer des bacheliers et des étudiants en situation de handicap pour les accompagner durant leurs études et leur professionnalisation », illustre-t-elle. Société Générale participe également depuis le début au dispositif d'inclusion "HandiFormaBanques", qui permet aux PH n'ayant pas de qualifications requises, d'intégrer le métier de conseiller via une phase de formation pré-recrutement et d'alternance. « Enfin, nous encourageons les passerelles entre le secteur adapté et protégé et le milieu ordinaire. Nous faisons par exemple en sorte que toutes nos SSII co-traitent avec ces entreprises pour constituer des binômes de travail. Nous avons d’ailleurs organisé un speed meeting pour constituer ces binômes. L’objectif est de faire monter les PH en compétences, de leur permettre de toucher du doigt des gros marchés et pourquoi pas, de les recruter par la suite», détaille la directrice de la mission handicap.

 

Ces initiatives s’ajoutent évidemment aux objectifs du dernier accord triennal (2014-2016) sur le handicap. En 3 ans, la banque s’engage à recruter 150 PH. « Même si ce chiffre avait été dépassé lors du précédent accord, embaucher des PH demeure compliqué compte tenu du niveau de diplôme requis », insiste-t-elle. Pour optimiser ses chances et celles des candidats, le 19 mars prochain, le groupe bancaire lancera la 7eme édition du Pass pour l’emploi. Ce forum de recrutement, installé sur le parvis de La Défense, regroupera une trentaine d’employeurs actifs sur l’emploi des PH. « Les candidats auront directement accès aux recruteurs et pourront se faire conseiller dans leur recherche d’emploi », détaille Sandrine Dhellemmes. Ce rendez-vous annuel vise aussi à « positiver le handicap » en sensibilisant les salariés du groupe au sujet. Une centaine d’entre eux seront d’ailleurs coaches volontaires lors de cette journée. « Les mentalités évoluent favorablement sur le handicap mais dans le même temps, la complexité du travail évolue aussi. D’un point de vue général, les gens sont plutôt favorables à travailler avec des PH. Mais quand cela devient un cas concret, la logique opérationnelle prend le dessus sur la logique humaine. Donc il faut continuer à sensibiliser », argumente-t-elle.

 

Le maintien dans l’emploi est aussi au cœur de la politique handicap de la banque. « Nous avons revu notre organisation avec la mise en place d'équipes pluridisciplinaires (acteurs médicaux-sociaux, RH, experts externes,…) qui proposent les solutions les plus appropriées à la situation de chaque salarié concerné. Ces équipes vont nous permettre de ne pas perdre de temps notamment pour les collaborateurs atteints de maladies chroniques ou dégénératives », conclut-elle.

 

Sylvie Laidet 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire