Logiciel de gestion de la pandémie

Le Gouvernement français, soucieux d’éviter une paralysie progressive de l’activité économique du pays a demandé à toutes les entreprises, y compris les PME et TPE la mise en place d’un PCA (Plan de continuité d’activité).

Beaucoup de grosses entreprises ont mis en oeuvre de véritables usines à gaz afin de palier aux problèmes engendrés par la pandémie annoncée. Opportuniste, mais pour le bien de tous, une PME bretonne, Nevisto SA, vient de lancer l’un des premiers logiciels de gestion de la pandémie en France, destiné aux entreprises et aux collectivités locales.

My RH Line a rencontré Ghislain Moncomble, PDG de Nevisto SA.

 

My Rh Line : D’où vous est venue l’idée de créer un logiciel en ligne de gestion de crise liée à la pandémie ?

Ghislain Moncomble : Fin juin, nous avons fait des brainstormings afin de savoir quel service pourrait répondre aux besoins de nos clients, les entreprises pour ma société, Nevisto SA et les collectivités locales pour 3Douest. Nevisto SA est spécialisée dans les services en ligne destinés à la vidéo et 3Douest, dans les services en ligne de type gestion de parking, de camping, de port de plaisance.
Nous avions, chacun de notre côté de gros blocs fonctionnels pouvant être mis en oeuvre très rapidement et au regard de l’actualité, nous avons pensé à la gestion de la pandémie pour nos cibles respectives.
Un flash de l’AFP le jour de notre lancement nous a beaucoup aidé en termes de communication, lundi 31 août. Sur une semaine, nous avons eu 1200 tests de la solution. 1200 entreprises l’ont testé et à peu près 700 collectivités. Nous avons eu pour le moment une dizaine de commandes et fait une centaine de devis.

« Une version pour les entreprises et une pour les collectivités. »  

M.R.L. : Présentez-nous le logiciel Gestionpandemie.com.

G. M. : Il s’agit d’un logiciel de suivi de gestion de situations pandémiques. Nous avons créé une version destinée aux entreprises et une version pour les collectivités. Ce logiciel permet aux entreprises de gérer leurs services en mode dégradé, c’est-à-dire avec un fort absentéisme lié à la Grippe A mais aussi à des Black-out comme par exemple une grève générale dans les écoles ou les transports.
Les entreprises peuvent ainsi gérer le suivi de la maladie, savoir si leurs employés on été vaccinés ou s’ils sont guéris.
Le deuxième bloc de fonctionnalité est la gestion des stocks d’équipement lié à la pandémie, tels que les masques, gants, savons… Ce deuxième bloc n’est pas non plus spécifique à la pandémie, il peut être adapté à d’autres cas.
Le troisième bloc, quant à lui, apporte aux entreprises une aide au PCA en se référant aux différentes grilles d’analyse pouvant exister et en particulier au niveau des conseils gouvernementaux.
Nous avons souhaité, avec la société 3Douest, que le logiciel soit très simple d’utilisation et puisse alors être déployé très rapidement. A chaque commande, nous créons une base de données dédiée à l’entreprise ou à a collectivité concernée. Pour les collectivités locales, c’et un peu plus compliqué, dans le sens où elles doivent également gérer les personnes sensibles qui ne font pas partie de leurs employés, leurs administrés handicapés, isolés ou âgés. Mais leur avantage principal dans la mise en œuvre du logiciel est qu’elles peuvent faire appel à des bénévoles.
C’est une application 100% internet. Cela limite les installations et facilite le travail à domicile, les employés pouvant accéder à toutes les fonctionnalités du logiciel depuis chez eux.
Pour les entreprises, nous avons créé une version multi-sites ou multi-services avec des habilitations hiérarchiques permettant à chacun de gérer uniquement sa partie, les tableaux de bord étant globaux.
Il nous est également apparu important de travailler sur l’ergonomie pour que la prise en mains se fasse en quelques minutes. Dans la moitié des cas, la prise en main du logiciel se fait très rapidement, pour le reste une petite formation en ligne d’une demie heure suffit.

« Une application 100% internet, très simple d’utilisation.»

M.R.L. : Visiez-vous plutôt de grosses sociétés ou de plus petites qui n’ont généralement pas de structure RH ?

G.M. : Côté entreprise, nous visions les entreprises de 50 à 500 personnes et nous avons eu très peu de contacts sur cette cible mais plutôt de toutes petites de 10 à 40 personnes et des très grosses de plus de 500 personnes.
Pour les petites entreprises, nous sommes contactés par les gérants, les dirigeants mais aussi par les services de médecine, gestion des risques et parfois par les RH.
 

M.R.L. : Avez-vous consulté des professionnels des RH pour l’élaboration du logiciel ?

G.M. : Non, mais c’était une volonté. Dans une vie antérieure, j’ai travaillé dans les SIRH, donc je connaissais le domaine et nous ne voulions pas interférer avec les ressources humaines où les délais de décision sont très longs, et où il y a beaucoup de progiciel de gestion intégrée et une forte volonté d’autonomie. Nous avons voulu compléter les outils traditionnels RH et non les supplanter.
 
 
 
 Propos recueillis par Anne-Sophie Duguay
                                                                      
                                                                                                                                                                 

Gestiondepandemie.com

édité par Nevisto SA et créé en collaboration avec 3Douest

© Crédits photos : Nicolas D. / Fotolia

Articles RH en relation

La place de la classe virtuelle dans la formation

Learning experience : comment BioMérieux a retravaillé son expérience formation ?

Prime Macron 2022 : quoi de neuf pour la PEPA ?